Antisémitisme cosmique ? La sonde israélienne Beresheet rate son alunissage et s’écrase

E&R
12/04/2019
02:13

Antisémitisme cosmique ? La sonde israélienne Beresheet rate son alunissage et s’écrase

JPEG - 205.6 ko
"Petit pays, grands rêves" dit la publicité (qui s’est viandée)

C’est à rien n’y comprendre. On nous avait vendu les Israéliens comme les plus grands trusteurs de prix Nobel de la Terre, les plus grands savants, les plus grands scientifiques, les plus grands humanistes, les plus grands artistes, les plus grands plagiaires, les plus grands tout, et voilà que leur sonde se vautre comme une bouse sur la lune.

Le drame a eu lieu jeudi 11 avril 2019 dans la soirée et le monde entier s’est ému, surtout après ce qu’il s’est passé dans les années 30 et 40 en Europe. Pourquoi ce pays qui a traversé avec un courage infini tant de siècles de souffrance doit-il encore souffrir à cause de cette tentative d’alunissage, peut-être provoquée par les services secrets palestiniens ? À moins que Dieu, Yahvé, Allah ou un autre ne soit intervenu pour fausser la trajectoire et les calculs parfaits de la Nasa locale...

LCI nous raconte cette folle aventure brisée sur les sables lunaires :

« La toute première tentative d’Israël de réussir un alunissage a échoué jeudi soir, à la dernière minute après que sa sonde Beresheet a subi une panne de moteur. "Nous n’y sommes pas arrivés, mais nous avons bel et bien essayé", a déclaré l’homme d’affaires et philanthrope Morris Kahn, qui a largement financé le développement du projet, par vidéo en direct depuis le centre de contrôle de la mission, près de Tel Aviv. "Je pense que c’est vraiment énorme d’être allés jusqu’où nous sommes allés, je pense que nous pouvons être fiers", a-t-il dit. »

Tout avait pourtant bien commencé, le 21 février 2019 :

Grâce à cet échec, on a échappé au drapeau israélien sur la lune. Mais on est bons princes, et on applaudit la tentative des ingénieurs locaux car le défi était relevé et tout ce qui fait avancer la connaissance scientifique (pacifique) est pour nous une bénédiction. Cependant, c’est Israeli Aerospace Industries (IAI), une entreprise militaire qui est à l’origine de cet essai. Mais c’est pareil chez les Russes, les Chinois ou les Américains. Et n’oublions pas les Français avec leur base de Kourou. Les fusées dans l’espace, c’est bien ; les missiles intercontinentaux, c’est mieux !

Netanyahou, fraîchement « réélu » grâce à la victoire de son Likoud aux législatives, a lancé une phrase magique : « Si vous ne réussissez pas la première fois, vous réessayez ». Quel génie. Ce premier échec a dû lui rappeler le sien, face à Ehud Barak il y a 20 ans. Dorénavant protégé par son statut fortifié de Premier ministre, Bibi pourra échapper plus tranquillement aux griffes de la justice israélienne, tiens, un oxymore.

Pour voir le reportage d’Arte cliquez ici

Depuis sa victoire, plutôt que de regarder vers le ciel, le PM israélien pourrait se pencher un peu plus sur la pauvreté de ses retraités. Dans la plus grande « démocratie » du Moyen-Orient, il y a beaucoup de pauvres et on n’en entend pas parler, ça fausserait un peu l’image idéale utilisée pour favoriser les alyah...

Justement, France 3 a raconté le bonheur de ces Français de confession juive qui montent au pays de cocagne... Chaque année, les médias audiovisuels français relancent cette publicité illicite et gratuite pour Israël, mais ça ne choque pas nos journalistes de service public. Parfois, honteux de leurs publireportages, ils y mettent un bémol :

Si on écoutait la télé française, la France serait déjà vidée de ses juifs et Israël aurait déjà 9,3 millions d’habitants (au lieu de 8,7 aujourd’hui). Ce que France Télévisions et compagnie n’osent pas dire, c’est que beaucoup d’entre eux reviennent en catimini... car le travail et l’argent sont en France. Et il y a même des arrangements fiscaux pour ceux qui font la navette – pas spatiale mais bien terrestre – entre les deux. Nous en reparlerons une autre fois.