Éric Zemmour : "Contre les Gilets jaunes on est dur, contre les banlieues on est mou"

E&R
15/04/2019
03:00

Éric Zemmour : "Contre les Gilets jaunes on est dur, contre les banlieues on est mou"

Appel tranquille à la ratonnade

 

Invité par l’ancien cinéaste Élie Chouraqui le 14 avril 2019 sur la chaîne israélienne en français i24News, le journaliste et écrivain national-sioniste Éric Zemmour développe tranquillement sa théorie de la future guerre civile entre goyim et bougnoules, ou plutôt entre chrétiens et musulmans, ce à quoi aspire le national-sionisme en France.

Mais nous n’y sommes pas encore, il y a des Français, qu’ils soient chrétiens ou musulmans, qui ont compris la manip. Cependant, l’ingénierie est en cours, et Zemmour ne lâche pas l’affaire : il faut que ça saigne, les Français en ont assez des Arabes, c’est en substance son discours, et il propose sa solution très politique : la ratonnade. Pour l’instant, et il le dit lui-même, ce sont les Gilets jaunes qui ramassent.

Si Zemmour avait le pouvoir, il ordonnerait aux forces de l’ordre républicain d’arrêter de réprimer les Blancs pour s’attaquer aux métèques, c’est-à-dire les Noirs et les Arabes. On exagère à peine, tout est dans son discours et ses écrits depuis longtemps. Au moins Zemmour n’avance pas masqué. En face, Chouraqui, que l’on croyait faire partie de la gauche culturelle française, montre qu’il fait partie de la droite israélienne bien dure. Les masques tombent, ces temps-ci, c’est l’automne politique. Bientôt l’hiver ?

L’émission étant réservée aux abonnés de la chaîne de Patrick 50 milliards de dettes Drahi, nous avons récupéré des extraits en tweets.

Comme toujours avec Zemmour, on commence par en mettre une couche sur l’islam, qui « a un problème avec la liberté » :

 

Ensuite, au tour du regroupement familial qui oppose les Français de souche qui sont chassés par les arrivants du Maghreb :

« Dans les années 70-80, ce n’est pas de l’antisémitisme. Et à l’époque, la gauche, les élites de gauche, les élites juives de gauche – vous savez j’ai écrit beaucoup pour les critiquer, je suis en grand combat avec BHL et tous les autres, avec Attali et tout parce que je pense qu’elles ont une responsabilité terrible – ont traité des Français de souche qui étaient victimes de “racistes”, de “pétainistes”, de “fascistes”, on a évoqué “la mémoire de Vichy”... »

 

Enfin, on en arrive à la guerre civile, la cerise sioniste sur le gâteau zemmourien, résultat de 50 ans d’ingénieries politico-sociales. Pour être honnêtes, Zemmour n’a pas participé à la première partie de l’opération Grand retournement, la fabrication de l’antiracisme ou du racisme antifrançais des années 70-80. La seconde partie lui appartient, c’est la fabrication du racisme anti-musulman des années 2010. L’idée étant d’arriver à faire entrer en conflit les deux populations, montées l’une contre l’autre puis l’autre contre l’une, en les provoquant par des chocs électriques. Ils ont pour nom « délinquance », « terrorisme ».

« Moi je pense que ça va être beaucoup plus sanglant que ce que dit Houellebecq, parce que l’histoire est tragique... Contre les Gilets jaunes on est dur, contre les banlieues on est mou. »