Jean-Luc Romero accuse Alain Soral à travers les propos d’un Gilet jaune "homophobe"

E&R
09/07/2019
28:19

Jean-Luc Romero accuse Alain Soral à travers les propos d’un Gilet jaune "homophobe"

Incroyable ! Une émission de télé où les invités écoutent Soral, admettent qu’il a raison, plaisantent avec lui, reconnaissent son talent d’écriture, son sens de la formule... Est-ce un mirage ? Sommes-nous bien sur Terre ?
Oui mais en 2003, le 26 janvier pour être précis, dans l’une des dernières émissions qui pouvait bafouer les lois de la bien-pensance qui allait tout écraser, débats, pluralisme, liberté d’expression.

Nous sommes chez Paul Wermus, dans Piques & Polémiques (2000-2004), un talk-show hebdomadaire diffusé sur France 3 Paris Île-de-France, c’est dire la faible audience. Pourtant, ses émissions seront regardées et courues, et passeront en « national ». Aujourd’hui, 16 ans plus tard, elles passent pour surréalistes. On pouvait y débattre de tout sans hurler à l’« antisémitisme » ou à la « haine », ces bloqueurs de pensée, et cela permet de mesurer le chemin – le mauvais chemin – parcouru.

Le débat du 26 janvier 2003 sera d’ailleurs très actuel, puisqu’on y parlait communautarisme, communauté gay, francs-maçons et lobby juif ! Doublement incroyable. Alain Soral venait de sortir son premier opus des Abécédaires, Jusqu’où va-t-on descendre, le livre fera le délice des lecteurs et de l’élite, qui se verra dans un miroir pas vraiment déformant.

Wermus résume le topic : « Est-ce que les gays constituent un réseau d’entraide, un groupe de pression, copinage, lobby, piston, renvoi d’ascenseur ? »

Les invités présents ce dimanche sont tous gays, sauf Soral et Wermus. Il s’agit de Jean-Luc Romero, le lobbyiste gay de droite (il passera ensuite à gauche), même s’il s’en défend (du lobbyisme, pas de l’homosexualité) ; Thomas Doustaly, à la tête du magazine Têtu, donc très proche de Pierre Bergé, qui tient le mensuel gay chroniquement déficitaire à bout de bras ; Henry-Jean Servat, auteur et admirateur d’Adjani, chroniqueur mondain de Paris Match et dent dure contre les hypocrites ; Jacques Collard, homme de théâtre et de restaurants, associé entre autres avec Jean Marais puis Jean-Claude Brialy ; et enfin Henri Maurel, le patron de Fréquence Gaie, alias Radio FG. Un bon parterre bien déluré qui n’a pas sans langue dans sa poche.

« Se faire enculer est-il de gauche ou de droite », lance Soral à 6’28, et tout le monde de rire. Ah, c’était une autre époque ! D’ailleurs, même les invités sur place ont changé, et surtout Romero, qui est devenu très communautaire sur le modèle de la communauté de lumière. Le conseiller régional d’île-deFrance vient en effet, après le dernier samedi d’action, d’accuser un Gillet jaune (un seul) d’avoir tenu des propos homophobes contre lui. Voici ces propos :

« Alain Soral a raison et que les pratiquants de Sodome et Gomorrhe comme [moi] devraient être brûlés et exterminés »

 

Aujourd’hui, en pleine période maccarthyste LGBT-sioniste, il suffit de prononcer le mot « Soral » pour passer illico dans la lumière. Aussitôt, caméras et micros se tendent. Le système politico-médiatique a besoin d’un bouc émissaire et tous ceux qui veulent leur piécette de célébrité s’y mettent. Il a bien changé, le Jean-Luc, qui se défendait de tout communautarisme ! Lui qui faisait pleurer dans les chaumières avec sa séropositivité est toujours là...

Romero a retourné sa veste et joue à fond le rôle que les élites proposent au lobby gay : celui d’une communauté victimaire dont la souffrance vaut toutes les souffrances, sauf celle des Élus, bien entendu. La souffrance des Français, des Gilets jaunes, des pauvres ? Qu’elle aille se faire enculer. Pardonnez notre langage : c’est en substance le discours que tiennent les élites aujourd’hui.

Youtube Terms of Service (ToS), this website is using of YouTube API Services and Google Privacy Policy, Google Security Setting page