Juan Branco dénonce "les explications délirantes qui touchent aux juifs, aux francs-maçons..."

E&R
12/04/2019
16:18

Juan Branco dénonce "les explications délirantes qui touchent aux juifs, aux francs-maçons..."

Ah, enfin ! Juan Branco, le nouvel opposant direct à Emmanuel Macron, vient en un simple coup de fil à André Bercoff dans son émission de « résistance » sur Sud Radio de démontrer toute l’étendue de ses limites. Pour lui, le lobby sioniste et la franc-maçonnerie ne sont pas explicatifs du contexte politique actuel. Le jeune avocat préfère s’en tenir à la bonne vieille explication non réseautaire qui passe par les personnes : Arnault, Lagardère et compagnie, les vilains milliardaires qui se torchent avec la démocratie. Sauf que ça, on le savait déjà. Le Système peut souffler, il compte un ennemi en moins.

Gauchiste un jour, gauchiste toujours

Juan Branco, qui évite soigneusement de toucher au pouvoir profond, s’en tient dans son discours et des démonstrations à « l’oligarchie », celle des riches ou des puissants qui soutiennent Emmanuel Macron. Les Pinçon-Charlot ont fait le job avant lui, soit dit en passant.

Certes, les puissances économiques incarnées par Arnault (3e fortune mondiale, il vient de passer Warren Buffett), Niel, Drahi et Lagardère ont lourdement investi pour favoriser l’élection du futur président en 2017 mais ils ne sont pas les seuls. Et un journaliste honnête, s’il s’en tient évidemment aux faits, ne peut ignorer l’existence de réseaux de pouvoir occultes, sinon discrets, qui ont leur mot à dire – et un gros – dans la composition du pouvoir visible.

Si Niel et Arnault sont des stars de la presse libérale (qu’ils possèdent en partie) qui leur tresse des lauriers du matin au soir, ils ne sont pas le lobby sioniste ou le réseau franc-maçon. Ce sont d’autres forces qui jouent et qui ont joué dans l’élection d’Emmanuel Macron ou dans l’élimination de Marine Le Pen en 2016-2017, après avoir participé à l’élimination de François Fillon après novembre 2016.

Le masque tombe

Écoutons la démonstration de Branco (à partir de 10’13) :

« L’intelligence c’est faire le lien entre différentes informations. Or si ces informations sont manquantes, vous pouvez être très intelligents comme le sont les Français, votre capacité à faire du lien est obérée. Du coup qu’est-ce que ça provoque ? Ça provoque des théories complotistes parce que du coup évidemment on se rend bien compte qu’il manque une case quelque part au raisonnement, qu’il y a quelque chose qui est trop étrange donc les gens se précipitent vers des explications délirantes, qui touchent aux juifs, aux francs-maçons etc.

Mon ouvrage c’est au contraire essayer de montrer très factuellement, c’est une désactivation en fait de ces raisonnements complotistes en redonnant accès à ces informations qui pour des raisons qui sont pas forcément conscientes, c’est des raisons de structures, c’est-à-dire que quand vous travaillez pour un groupe qui appartient à, pardon un média ou un éditeur qui appartient à Lagardère, vous n’allez pas pouvoir parler de Lagardère ! »

Nous aussi on montre chaque jour très factuellement qui sont les réseaux de pouvoir à l’œuvre sous la politique visible, celle vendue par Le Canard enchaîné, Le Monde et maintenant Branco, qui se coupe ainsi d’une part importante de l’Explication. Quant à l’autocensure dans les médias, on ne découvre rien, on le sait depuis des décennies.

Branco enfonce des portes ouvertes – par d’autres – qui ont l’immense avantage de ne pas déranger le grand Conseil d’Administration des Maîtres du pays. Il ne risque pas que le poing oligarchique s’abatte sur lui. On en reste à une critique gauchiste du pouvoir qui s’est toujours limitée au pouvoir visible. C’est là la subtile arnaque du gauchisme, qu’il soit socialiste ou mélenchoniste. Si on veut que rien ne change, c’est la voie qu’il faut suivre et qui a entraîné dans l’impasse des millions de dominés depuis trois décennies.

Opposition contrôlée

Juan Branco peut être tranquille : il a envoyé son message au pouvoir profond, il peut taper sans problème sur le pouvoir visible, qui sert de punching-ball à tous les faux opposants, ou opposants d’opérette. Quand il aura nos ennuis, c’est qu’il aura fait un pas vers le véritable courage éditorial et non pas vers « les théories délirantes » !

En attendant, son livre Crépuscule se vend bien, la gauche orpheline d’un vrai leader se rue dessus, les ventes dépassent les 20 000 exemplaires selon Denis Robert qui en a écrit la préface. Vue de loin, toute cette opération semble faire partie de l’entreprise de récupération gauchiste du mouvement des Gilets jaunes. On précise que Branco est encore l’avocat de Maxime Nicolle... qui lui ne semble pas respecter les limites bien comprises de son avocat !