Julia, transgenre, profession "insulté" Ou les contradictions de l’idéologie mondialiste

E&R
12/04/2019
00:38

Julia, transgenre, profession "insulté" Ou les contradictions de l’idéologie mondialiste

Tout le monde a vu les images de Julia, transgenre – au siècle dernier on disait travesti, ou travelo – qui a été insulté et frappé (on devrait mettre le féminin car il semble pencher de ce côté) en sortant du métro République en pleine manif anti-Bouteflika le 31 mars 2019. Le mauvais endroit au mauvais moment... Ceux qui n’ont pas vu les images peuvent les voir ici :

Nouveau bug interne dans l’idéologie mondialiste

Alors que les manifestations des Français d’origine algérienne ou des Algériens en France étaient bon enfant, voilà que l’agression de Julia vient tout gâcher. Une partie de la presse s’est empressée de dénoncer le manque de tolérance des Maghrébins et en a profité pour dénoncer l’incompatibilité de l’islam avec la République.

 

Sauf que Julia n’est pas la République et que les transsexuels ont toujours été mis à l’écart de la société dans toutes les sociétés. Ne sachant si on a affaire à un homme ou à une femme, cette crise d’identité permanente met les autres mal à l’aise. Ce qui n’est pas une raison pour taper dessus, bien sûr. On peut analyser sereinement le phénomène, ou le micro-phénomène « transgenre ».

 

Passé l’agression, Julia a étonné tout le monde en défendant à moitié ses agresseurs. Écoutons-le :

 

Julia, malgré ses blessures, reste incroyablement tolérant envers ses bourreaux, ce qui est une belle leçon d’humanisme.

 

Il a porté partout le message antiraciste qu’on lui a appris, et qu’il a ressenti assez violemment pourtant :

 

Des petites voix se sont élevées pour relever la contradiction dans le discours de Julia :