La cagnotte de soutien au boxeur Christophe Dettinger dépasse les 100 000 euros Une bonne droite populaire dans la gueule du pouvoir répressif

E&R
08/01/2019
07:11

La cagnotte de soutien au boxeur Christophe Dettinger dépasse les 100 000 euros Une bonne droite populaire dans la gueule du pouvoir répressif

En préambule, voici la vidéo complète des événements qui ont conduit Christophe à défendre les siens. Cette vidéo, BFM TV ne la montrera pas.

La différence entre un Dettinger et un Castaner c’est que le premier est populaire et le second impopulaire. Mais alors profondément. Le premier s’est battu avec ses poings contre des forces de l’ordre armées jusqu’aux dents et le second aboie le discours nauséabond des forces occultes qui se planquent dans l’ombre de la République. Question classe, y a pas photo.

« Lundi après-midi, une cagnotte de soutien à l’ex-boxeur professionnel a connu un succès fulgurant sur le site Leetchi.com, qui permet aux internautes de mutualiser leurs dons. Créée par un certain Nicolas Alves, qui serait un ami de Dettinger, cette cagnotte est présentée comme “la seule et unique officielle validée par sa famille”. Dès sa mise en ligne ce lundi, le succès est massif. À 15 heures, le compteur affiche déjà 16.000 euros. Deux heures et demi plus tard, à 17h30, la levée de fonds réunit près de 2.000 donateurs, pour une somme approchant les 35.000 euros. En début de soirée près de 3.000 donateurs avaient manifesté leur soutien à Christophe Dettinger. Pour un montant total dépassant 50.000 euros ! Théoriquement ouverte pendant encore… 43 jours, la levée de fonds destinée à l’ancien boxeur pourrait rapidement atteindre des sommets totalement inattendus lors de sa création. » (Source : capital.fr)

D’ailleurs, le peuple ne s’y trompe pas : la cagnotte de soutien à Dettinger dépasse ce mardi 6 janvier 2018 les 100 000 euros. Si l’on organisait une cagnotte pour Castaner, et qu’on ne comptait que les dons vérifiés – comme les achats du même nom sur Amazon pour éviter les infiltrations des petites mains des grandes entreprises qui trafiquent les commentaires sous les produits qui les intéressent – on ne dépasserait pas les 10 euros.
C’est donc un gouvernement impopulaire qui s’impose et qui s’oppose à tout un peuple en lutte et à ses symboles : Drouet menacé par la justice, Chouard sali dans les médias dominants, Dettinger traité de criminel... et on ne parle même pas de Soral et Dieudonné, habitués à ce (mal)traitement de choc.

L’équation est simple : populaire dans les médias, impopulaire en bas. Impopulaire dans les médias, populaire en bas.

 

Les Gilets jaunes qui ont voulu, par ignorance ou par calcul, passer de l’autre côté de la barrière sociale se sont vu disqualifier par le mouvement : c’est le cas de l’andouille Jacline Mouraud qui monte un parti jaune ou d’Ingrid Levavasseur qui se rêvait en chroniqueuse chez BFM TV. Les deux ont été éjectées illico presto de la grande famille du peuple en lutte. Mieux vaut avoir faim que de pactiser avec l’ennemi en croyant à ses salades pour toucher trois deniers de Judasse !

Pour relativiser la violence d’un Dettinger, qui fait visiblement peur aux autorités du pouvoir visible et du pouvoir profond car il est l’incarnation de la force brute du peuple, voici les images de lynchages de Gilets jaunes par des forces de l’ordre fasciste libéral, des forces complaisamment défendues par les journalistes du Système (ici Quotidien de Yann Barthès) :

 
 

Eux ne risqueront rien, à l’image du commandant de police de Toulon Didier Andrieux qui a été blanchi par le procureur, malgré ses violences avérées et répétées. Aujourd’hui, la justice poursuit celui qui a été frappé : il est accusé d’avoir tenu un tesson de bouteille.

 

Chasse à courre anti-Dettinger

Quand la vidéo de la contre-attaque de Dettinger sur le pont est sortie, aussitôt, les chiens du Système, excités comme des puces, ont reniflé le cerf. La meute a été lâchée pour pister le démon populaire.

 

La scène a dû plaire à ces grands chasseurs que sont les Rothschild. Un nom qui revient souvent dans les revendications des Gilets jaunes, mais on ne voit pas le rapport. Si ?

Tout le monde peut constater que le lien entre le haut et le bas a été définitivement rompu. Mais pendant que le haut réprime, le bas d’organise. Le peuple voyageur, solidaire de Dettinger, envoie un message à Macron :

Malgré les avertissements très clairs du peuple en colère, les dirigeants hors sol continuent à cracher leur haine. Mounir Mahjoubi, le cuistot devenu ministre, parle d’une « cagnotte indigne » :

 

Quelle élégance dans la bouche d’un ministre ! Que la Mahjoubi comprenne bien une chose : le dégoût, avec un tel mépris de classe, est réciproque.
Moralité : faut pas trop chauffer le peuple parce qu’après, il s’embrase. Apparemment, en haut lieu, on n’a toujours rien compris le sens profond des événements actuels. Castaner insulte les Français, Macron les menace, Philippe les réprime, Mahjoubi les salit, Griveaux les méprise... Quel tableau ! Du jamais vu en 60 ans de Ve République ! Le pouvoir se délégitime tout seul !

De l’autre côté de ce monticule de propos écœurants, l’ancien entraîneur de Christophe évoque avec calme et pondération les vertus de son poulain et la raison qui a poussé le boxeur à foncer dans les hommes casqués :