Lyon (69) : découverte archéologique majeure d’un quartier militaire romain

FDS
09/07/2019
01:37

Lyon (69) : découverte archéologique majeure d’un quartier militaire romain

De récentes fouilles archéologiques ont révélé un quartier militaire datant du premier siècle situé juste à côté des remparts de l’ancienne ville romaine de Lyon, dans le 5e arrondissement. Le site est découpé en trois parties, comprenant la maison romaine, le fortin avec le stock des armes et une terrasse d’armements.

Cette découverte archéologique majeure, sur 650m², pourrait apporter un nouvel éclairage sur les derniers instants de la bataille de Lyon en 197, opposant les légions de l’Empereur Septime Sévère et l’usurpateur Clodius Albinus.

« On fouille une scène de champ de bataille avec tous les vestiges des combats qui ont eu lieu en milieu urbain avec des pointes de flèches, des éléments d’artillerie, des lances, des éléments d’équipement tombés lors des combats et puis même la tête d’un légionnaire décapité à la suite de cette prise, et ça, c’est exceptionnel pour nous. Ça nous permet de documenter ces vestiges archéologiques et puis surtout de faire le lien entre la petite et la grande histoire et de rassembler ce qu’on découvre et ce qu’on connaît à travers les textes et la connaissance historique de l’empire romain« , a confié Benjamin Clément, archéologue responsable des fouilles de la Visitation.

Les archéologues ont aussi trouvé beaucoup d’objets liés à la vie quotidienne, que ce soit pour la toilette des gens de l’époque, comme des cures oreilles ou des pinces à épiler, ou pour leur occupation le soir au moment de la défense de la ville, comme des dés ou des jetons. La plupart des objets seront confiés au CREAM de Vienne, spécialisé dans la restauration d’objet archéologique. Au total, il y aurait près de 100 pièces d’armement et 300 d’objets du quotidien répertoriés sur le chantier depuis début juin.

Les fouilles touchent à leurs fins puisqu’elles terminent à la fin de la semaine avant de continuer l’année prochaine dans la même période. Le chantier est réalisé conjointement par le Service archéologique de la Ville de Lyon, l’Université Lumière Lyon 2 et le laboratoire ArAr (CNRS Lyon).