Sermon de l'abbé Beauvais sur le bon et le mauvais larron

reinformation.tv
13/07/2019
58:58

Sermon de l'abbé Beauvais sur le bon et le mauvais larron

Mes biens chers frères, les évangélistes ne se sont pas étendus sur les détails de la Crucifixion. En revanche tous les quatre notent une particularité qui ajoute encore aux humiliations infligées à Notre-Seigneur Jésus-Christ.
« Avec lui on crucifia deux brigands : l'un à droite, l'autre à gauche » écrivent les trois premiers évangélistes et puis saint Jean ajoute : « un de chaque côté et Jésus au milieu ». Saint Marc remarque à ce sujet que ce fut en accomplissement de ce qu’avait écrit le prophète Isaïe : « il sera mis au nombre des méchants ».
Ce spectacle inouï que le Sauveur donna de sa mort à tout l'univers toucha particulièrement d'une manière différente les spectateurs. Les passants lui adressèrent des blasphèmes, les princes des prêtres et les docteurs de la loi se moquèrent de lui, les criminels souffrants à ses côtés l’outragèrent en lui reprochant de ne pouvoir se sauver et les sauver avec lui.
Et saint Luc qui donne à cet épisode un peu plus de développement a écrit qu'à un moment donné l'un d'entre eux que la tradition a appelé Dismas se trouva changé subitement par l'effet d'une grâce extraordinaire.
Trois croix sont dressées sur le mont calvaire. Sur trois gibets, trois corps qui souffrent. Et des trois poitrines qui se soulèvent et s’abaissent l'une après l'autre s'échappent les mêmes gémissements.
Avec Jésus de Nazareth, on expédie deux criminels de droit commun. Simple coïncidence en apparence, mais en réalité on a là un dessin mystérieux annoncé de longue date par le prophète Isaïe : « il a été mis au nombre des scélérats » et cette conjoncture aggrave la cruelle dérision dont on accable Jésus. Il se trouve au milieu à la place d'honneur dans le déshonneur. Après la parodie du manteau royal, du diadème et du sceptre, c'est maintenant l'odieuse comédie du trône, du trône sur lequel les juifs ont hissé ce pauvre roi bafoué.