Violences à Paris : la justice plus sévère avec les manifestants

FDS
05/12/2018
02:21

Violences à Paris : la justice plus sévère avec les manifestants

Ils sont étudiants, artisans ou encore ouvriers agricoles. Les manifestants jugés mardi 4 décembre sont des « gilets jaunes », venus de province. Un bourguignon de 31 ans a été condamné à quatre mois de prison ferme pour avoir jeté un pavé sur des policiers. « Je n’aurais jamais du faire ça, je venais juste pour déclarer notre colère, on en a marre de payer », reconnait l’homme. Arrêtée aux pieds de l’Arc de triomphe (Paris), une mère de famille sort d’une garde à vue de 48 heures et s’en sort avec un simple rappel à la loi. Les principaux casseurs et pilleurs seront, eux, jugés ultérieurement.

En direct du palais de justice de Paris, le journaliste Dominique Verdeilhan apporte des informations complémentaires sur les comparutions en cours. « Il y a quelques minutes encore, des peines de prison ferme ont été prononcées, rien que pour la journée d’hier, il y a eu 20 condamnations pour de la prison ferme, dont huit avec mandat de dépôt, c’est-à-dire une incarcération immédiate. Autre preuve du durcissement de la justice : il y a actuellement treize personnes devant des juges d’instruction pour de probables mises en examen », explique le journaliste.