Les communiqués de victoire des fabricants de vaccin à ARN messager proclamant 95% d’efficacité a été très efficace sur leurs cours de bourse, mais a mal caché l’absence de données sur la mortalité et en particulier sur la seule cible éventuelle des vaccins : les personnes très âgées avec comorbidités multiples.[] En l’absence de données probantes publiées, les campagnes massives de vaccination en Israël et en Grande-Bretagne constituent des essais thérapeutiques phase 3 sur des populations mal informées. Leurs résultats constatés du premier mois font craindre qu’elles se transforment bientôt en catastrophe/scandale sanitaire. Signal d’alerte fort venant d’Israël Les médias sacrent Israël, le champion de la lutte anti covid19 par le vaccin Pfizer. Superbe opération financière pour Pfizer qui a obtenu un bonus de prix de 40% pour cette priorité accordée à Israël. Depuis le 20 décembre, en un mois, près de 25% de la population (plus de 2 millions de personnes) auraient été vaccinées. Mais depuis cette date, selon les chiffres de l’OMS, les nombres quotidiens de contaminations et de morts attribuées au Covid19 explosent.    Les contaminations quotidiennes sont ainsi passées de 1886 cas le 21/12 à 5674 cas le 20 janvier 21.[1] Le Dr Sharon Elrai-Price, [2] des services de santé publique au ministère israélien a averti le 12/1/2021 qu’une seule dose du vaccin contre le coronavirus n’offrait pas une protection suffisante contre l’infection par le virus. Elle a ajouté que 17% des patients gravement malades actuellement hospitalisés sont des patients qui ont reçu une première dose du vaccin avant leur hospitalisation. Les données montrent qu’à cette date, 4.500 personnes ont été diagnostiquées positives au coronavirus après avoir reçu la première dose de vaccin.  “Le nombre de cas confirmés a atteint un nouveau sommet, nous avons passé la barre des 9.000 tests positifs. Il n’y a jamais eu un tel chiffre et la mortalité journalière a été multipliée par 3 passant de 18 le 20 décembre à 50 le 19 janvier 2021, et conduisant le gouvernement à prolonger le 3ème confinement du pays pour une durée indéterminée. Forte inquiétude en Grande-Bretagne depuis la vaccination La Grande-Bretagne est le second pays dans la course à la vaccination qui a débuté le 4 décembre avec le vaccin développé par Pfizer et BioNTech. Depuis cette date, le nombre de contaminations quotidiennes a explosé passant de 14898 le 4/12/2020 à 33355 le 20/1/2021 (après un pic de 68063 le 9 janvier 2021. Et malheureusement la mortalité Covid19 aussi, qui après une augmentation de près de 300% (414 le 4/12 à 1610 le 20/1/2021) dépasse de 30% celle observée en mars-avril 2020 (pic maximal 1224 le 22 avril 2020)  Dans ces deux pays les vaccins, présentés comme le moyen de sortir des confinements mortifères, aboutissent en fait à les prolonger ! Inquiétudes aux USA Depuis le début de la vaccination, la mortalité Covid19 a augmenté de près de 200% (1296 le 28/12 à 3557 le 17/2021) et dépasse la moyenne des décès quotidiens observés en mars-avril 2020. Ces augmentations considérables et simultanées des incidences journalières des contaminations et des décès après la première dose de vaccin Pfizer dans les trois pays à la couverture vaccinale les plus élevées sont très inquiétantes et constituent des signes d’alarme forts. Alerte en Norvège pour les personnes fragiles La Norvège a émis le 15/1/2021 une alerte après la constatation de 23 décès liés au vaccin Pfizer [3] [4]chez des personnes âgées en Ehpad. Parmi ces décès, 13 ont été autopsiés, les résultats suggérant que les effets secondaires courants pourraient avoir contribué à des réactions graves chez les personnes âgées fragiles. Selon l’Institut norvégien de santé publique : « pour les personnes les plus fragiles, même des effets secondaires relativement légers peuvent avoir des conséquences gravesPour ceux qui ont une durée de vie restante très courte de toute façon, les avantages du vaccin peuvent être marginaux ou non pertinents » et l’Institut national de santé publique a modifié le guide de vaccination contre le coronavirus, y ajoutant de nouveaux conseils de prudence sur la vaccination des personnes âgées fragiles. Évolution en France non vaccinée pendant cette période En France, tant le nombre de nouveaux cas que le nombre de morts quotidiennes ont diminué lentement durant cette période à un niveau beaucoup plus faible (par million) que dans les pays champions de la vaccination. On est donc frappé par les différences évolutives de l’épidémie Covid19 entre les pays gagnants de la course à la vaccination et la France plus lente à vacciner. Cet éloge de la lenteur rappelle qu’il n’y a pas de médicaments ou de vaccin sans risque et qu’ils peuvent paradoxalement augmenter la gravité de la maladie qu’ils sont censés combattre. Vaccins anticancer à risque et vaccin contre le SIDA et la dengue Cela a été constaté avec les vaccins prétendument anticancer (les vaccins anti-hépatite B censés prévenir le cancer du foie [5]et les vaccins anti-papillomavirus prétendument anticancer du col de l’utérus)[6], quelques candidats vaccins contre le Sida et plus récemment avec le scandale du vaccin contre la dengue aux Philippines qui a entraîné plusieurs centaines de morts.  Mais les leçons de la catastrophe du Dengvaxia n’ont pas été tirées et la propagande provaccin actuelle, en l’absence d’essais suffisants, met en danger ceux qui se font vacciner contre le Covid19. Peter Doshi, un associé de l’Université du Maryland chargé de recherche sur les services de santé pharmaceutiques a prévenu dès novembre 2020 : « attendons de disposer des données complètes des essais » car les communiqués de victoire de l’industrie sont imprécis et incomplets. Il a rappelé aussi que les essais n’étudiaient pas le seul critère pertinent, la mortalité [7] seulement le nombre de cas basé sur des tests souvent faux [8] « le monde a tout parié sur les vaccins pour apporter la solution à la pandémie, mais les essais ne sont pas centrés sur la démonstration qu’ils le seront ». Après examen du dossier remis à la FDA, il estime : « l’efficacité réelle beaucoup plus faible que celle affirmée jusqu’à présent : “bien en dessous du seuil d’efficacité de 50 % fixé par les autorités réglementaires pour l’approbation”. Ce chiffre ne serait donc pas de 95% mais bien en dessous, entre 19% et 29%. Si ces données avaient été présentées et analysées, il n’y aurait pas été possible d’obtenir d’autorisation de diffusion de ces vaccins par les autorités compétentes. Les anticorps facilitateurs sont-ils responsables de cette catastrophe annoncée ? Après vaccination, les anticorps peuvent entraîner une aggravation paradoxale de la maladie. Ce phénomène immunologique particulier est appelé anticorps facilitateur (en anglais Antibody-dependent enhancement [9]). Chez l’homme, un tel phénomène a été observé dans les essais de vaccins contre le virus respiratoire syncytial[10](VRS) et lors de la campagne de vaccination contre la dengue [11]  entraînant plusieurs centaines de morts aux Philippines en 2017, l’arrêt de la vaccination et une cascade de procès en attente de jugement. Chez le chat, le vaccin contre le coronavirus responsable de la péritonite virale féline  a été abandonné à cause de ce mécanisme [12]. Chez les macaques vaccinés contre le SARS-COV spike protéine, les infections post vaccinales ont été marquées par l’aggravation de la pathologie pulmonaire. Lors d’essais de vaccin contre le coronavirus du Mers, les lapins développent des anticorps mais leur pathologie pulmonaire est aggravée. Dans un communiqué récent l’Académie de médecine [14]  avertit : « sur le plan collectif, l’obtention d’une couverture vaccinale élargie, mais fragilisée par un faible niveau d’immunité, constitue un terrain favorable pour sélectionner l’émergence d’un ou de plusieurs variants échappant à l’immunité induite par la vaccination Ni pro ni antivaccin, je suis fermement opposé pour l’instant à la généralisation d’un vaccin insuffisamment évalué et dont les premiers résultats en population réelle sont catastrophiques. Contrairement à ce que prétendent les décodeurs /déconneurs liés à l’industrie pharmaceutique, je ne suis pas contre la vaccination. Je suis pro-vaccin lorsqu’un vaccin est efficace, sans danger et qu’il permet d’éviter une maladie grave.  Je suis contre un vaccin lorsqu’il est inutile, comme pour les maladies transmises uniquement par l’eau (polio, typhoïde, choléra) dans les pays à l’hygiène publique disposant d’eau potable et de traitement des eaux usées ou lorsqu’il n’a pas été correctement étudié et évalué : vaccin contre la dengue (qui a causé des centaines de morts), vaccin Gardasil (qui augmente paradoxalement le risque de cancer du col). L’indication de n’importe quel traitement ou vaccin doit reposer sur l’évaluation de sa balance avantages/ risques. On ne peut espérer aucun avantage individuel à vacciner contre le Covid les moins de 65 ans, puisque la maladie est chez eux plus bénigne que la grippe ; cette population ne peut donc rien espérer des vaccins anticovid si ce n’est des complications.  Et l’argument sociétal (on se vaccine pour protéger les autres) n’est pas non plus pertinent puisqu’il n’est pas démontré que le vaccin soit capable d’empêcher ou de ralentir les transmissions virales. En l’état actuel des connaissances, la vaccination des plus âgés présentant des facteurs de risques (population où un vaccin efficace et sans danger pourrait être utile) n’a pas été correctement évaluée, car les essais refusent d’inclure cette population à risques. Le principe de précaution soulevé par l’alerte norvégienne justifie de ne pas les vacciner systématiquement, tant qu’on ne disposera pas de données transparentes en nombre suffisant affirmant l’efficacité et l’absence de toxicité en population réelle. En conclusion : Il faut se réjouir paradoxalement de la lenteur que met le gouvernement à généraliser la vaccination anti Covid19. Les résultats actuels du vaccin génique dans les populations israélienne et britannique laissent en effet craindre un possible catastrophe sanitaire vaccinale. Dr  Gérard Delépine chirurgien, statisticien  Notes : 1T Zrihen Dvir Israël : plus ils nous vaccinent, plus la pandémie progresse Riposte Laique 20 janvier 2021  2 i24NEWS Israël/Covid-19 : 4.500 personnes infectées après avoir reçu la première dose de vaccin janvier 2021 3 La Norvège lance une alerte après la découverte de 23 décès liés au vaccin Pfizer Businessman 15/1/2021 https://fr.businessam.be/la-norvege-lance-une-alerte-apres-23-deces-possiblement-lies-au-vaccin-pfizer/ 4 Norway Warns of Vaccination Risks for Sick Patients Over 80 https://www.infobae.com/en/2021/01/15/norway-warns-of-vaccination-risks-for-sick-patients-over-80/ 5 www.docteurnicoledelepine.fr 6 Hystérie vaccinale, N et G Delépine éditions Michalon 2018 7 ] Peter Doshi : Pfizer and Moderna’s “95% effective” vaccines—let’s be cautious and first see the full data November 26, 2020 https://blogs.bmj.com/bmj/2020/11/26/peter-doshi-pfizer-and-modernas-95-effective-vaccines-lets-be-cautious-and-first-see-the-full-data/ 8 ] Peter Doshi associate editor Will covid-19 vaccines save lives ? BMJ 27 10 2020 Current trials aren’t designed to tell us : BMJ 2020 ;371 :m4037 http://dx.doi.org/10.1136/bmj.m403. 9 Dejnirattisai, W. et al. Cross-reacting antibodies enhance dengue virus infection in humans. Science 328, 745–748 (2010). 10 Polack, F. P. Atypical measles and enhanced respiratory syncytial virus disease (ERD) made simple. Pediatr. Res. 62, 111–115 (2007). 11 Sridhar, S. et al. Effects of dengue serostatus on dengue vaccine safety and efficacy. N. Engl. J. Med. 379, 327–340 (2018 12 Vennema, H. et al. Early Death after feline infectious peritonitis virus challenge due to recombinant vaccinia virus immunisation. J. Virol. 64,1407–1409 (1990). 13 Hohdatsu, T., Nakamura, M., Ishizuka, Y., Yamada, H. & Koyama, H. A study on the mechanism of antibody-dependent enhancement of feline infectious peritonitis virus infection in feline macrophages by monoclonal antibodies. Arch. Virol. 120, 207–217 (1991). 14  Communiqué de l’Académie du 11 janvier 2021 : Élargir le délai entre les deux injections de vaccin contre la Covid-19 : quels risques pour quels avantages ? La source originale de cet article est Mondialisation.ca L’article Vaccination anti-Covid : quelles conséquences ? est apparu en premier sur medias-presse.info.
medias-presse.info
La France a enregistré neuf décès sur 823.000 personnes qui ont pour l’instant reçu un vaccin contre le Covid-19. Il s'agit de «personnes âgées résidant en Ehpad ou en résidence vieillesse qui présentaient toutes des maladies chroniques et des traitements lourds».
fr.sputniknews.com
Il serait peut-être temps de prendre exemple sur les restaurateurs italiens. La peur du gendarme est une chose, la peur de la mort (économique) devrait lui être supérieure... – La Rédaction d'E&R – Les restrictions sanitaires ont forcé les commerçants à repenser leur activité. Au bord de la faillite, à la peine ou ayant réussi à tirer leur épingle du jeu, ils ont accepté d'ouvrir leur comptabilité à franceinfo. Cédric, restaurateur à Voiron, près de Grenoble, dresse le bilan de son année 2020. « - Janvier / , , ,
egaliteetreconciliation.fr
(…) Au total, le PIB mondial pourrait avoir reculé de près de 5 % en 2020, d’après les dernières estimations du FMI, revues à la baisse en cours d’année avec les vagues de l’épidémie. Avec trois groupes de pays. Des pays avancés qui ont connu une forte chute de leur PIB, autour de 10 %, parmi lesquels figurent la France, l’Espagne, l’Italie et le Royaume-Uni. D’autres pays avancés qui ont subi un recul moitié moins fort, comme l’Allemagne et les Etats-Unis. Et puis, les pays émergents, avec un PIB en baisse de 3 %. A l’exception de la Chine, seul grand pays à être resté en croissance l’an dernier. Pour l’année 2021, il y a trop d’incertitudes pour avancer des prévisions un peu solides : mutations du virus, efficacité et diffusion des vaccins, réactions du corps social… (…) Au-delà des hasards du virus, pourquoi l’économie a-t-elle beaucoup plus souffert dans certains pays que dans d’autres ? Pour une raison simple. Même si les pays émergents ont profité de la mondialisation pour développer leurs exportations, ils sont moins intégrés dans cette mondialisation, le virus a souvent moins circulé chez eux. Ils ont aussi été protégés d’un virus bien différent qui s’est attaqué aux pays avancés : la financiarisation. (…) Et entre pays avancés, comme l’Allemagne et la France ? L’Allemagne est un pays industrialisé, la France un pays en voie de désindustrialisation. En vingt ans, le poids de l’industrie manufacturière dans le PIB français est passé de 15 % à 10 %, tandis qu’il s’est maintenu à près de 25 % en Allemagne. Or dans une crise pandémique, une économie industrialisée est plus résistante, elle s’appuie sur des clients fidèles et des technologies de pointe. Ce n’est pas le cas d’une économie de services, frappée par l’arrêt des relations de voisinage – que l’on pense, par exemple, à l’hôtellerie. A force de se désindustrialiser, de se déspécialiser, de distribuer plutôt que de produire, on a accéléré la fragilisation de l’économie et du corps social. C’est le résultat de « quarante ans d’égarements économiques » [titre de son ouvrage paru le 6 janvier aux éditions Odile Jacob]. Cette crise frappe plus de dix ans après celle de 2008. On aurait pu penser que nous aurions tiré les leçons de celle-ci pour mieux répondre à celle-là… Aucune des leçons de 2008 n’a été tirée. L’excès d’endettement dont est précisément née cette crise a continué à progresser. Nous avons fait, après la crise de 2008, exactement ce qu’il fallait pour en générer une nouvelle. Juste avant le début de la pandémie, plusieurs indicateurs auraient dû nous alerter sur les risques financiers que le monde courait, notamment le fort recours des entreprises à l’endettement. Or nous avons réagi avec encore plus d’endettement. D’autres que moi défendent une théorie bien différente. Ils estiment que, les taux d’intérêt nuls, voire négatifs, permettent de s’endetter indéfiniment sans dommages. C’est un vrai débat. Selon ces experts, il n’y a aucune raison, dans la doctrine, pour qu’un Etat ne puisse pas s’endetter davantage. C’est la « théorie monétaire moderne ». Je pense que cette théorie est fausse. La dette, quoi qu’il arrive, est une dette qui demeure. A moins de l’annuler, ce qui est un autre débat. Si on veut bien admettre l’idée que cette dette va rester, c’est le rapport entre la dette accumulée et la capacité productive d’un pays – c’est-à-dire sa capacité à la rembourser ou à la refinancer à des conditions normales – qui devient le problème central. Dès lors, le niveau de dette acceptable est variable selon le pays considéré. Les Etats-Unis peuvent vivre avec une dette considérable, car ils sont les émetteurs de la monnaie mondiale, le dollar. Ce n’est évidemment pas le cas de la France. (…) Pourquoi l’annulation de la dette n’est-elle pas envisageable ? La BCE n’a juridiquement pas le droit de le faire. Surtout, il faut se méfier de ce type de tentation. Nous avons une chose précieuse en France : la qualité de notre signature. Or il faut faire très attention à ce que les marchés continuent de nous être favorables pour conserver la qualité de cette signature. Et cela dépend de notre capacité à stabiliser notre niveau de dette, notamment par rapport aux pays qui nous entourent. En Europe, l’hétérogénéité entre les économies des pays membres est déjà forte, et elle le sera encore plus une fois la crise sanitaire passée. La zone euro va être plus vulnérable. Or si nous voulons une Europe forte, qui puisse perdurer, il faut commencer à se dire qu’on ne peut pas avoir 2 % à 3 % de déficit public tous les ans en France, l’une des toutes premières économies de la zone. La dégradation de nos comptes publics ne date pas de l’épidémie. Elle a été entreprise de façon méthodique et constante depuis des décennies. Nous ne pouvons plus continuer ainsi. (…) Comme en 2008, les banques centrales ont été en première ligne pour faire face à cette crise. Ont-elles bien travaillé ? Je considère, depuis longtemps, que l’émission exagérée de monnaie nous conduit à une situation intenable. Si les taux d’intérêt doivent rester à zéro pendant une période indéfinie, on crée une vision dépressive de la société. Je m’explique : peu de gens l’ont noté, mais depuis plusieurs années déjà l’investissement productif s’effondre. Pourquoi, alors que l’on peut emprunter de l’argent pour rien ? D’abord, parce que les responsables de projets d’investissement sont découragés d’investir dans un environnement de taux zéro synonyme de faible croissance ; ils ont tendance à se porter sur des actifs rémunérateurs et spéculatifs. De plus, en raison des taux zéro, l’épargne des ménages en Europe s’est déplacée vers des actifs liquides et non risqués, essentiellement les comptes en banque. C’est tout à fait logique dès lors que les placements ne rapportent plus la moindre rémunération, pour cause de taux nuls. C’est ce que Keynes appelait déjà la « trappe à liquidités ». On a décidé de ne plus rémunérer le risque de l’investisseur. Dès lors, les investisseurs se détournent des projets risqués à long terme. La politique monétaire d’aujourd’hui fabrique la décroissance économique de demain. Or une société qui n’investit plus est une société sans avenir. Propos recueillis par Marie Bellan, Daniel Fortin et Jean-Marc Vittori. Cercle les Echos. L’article Larosière, ex-DG du FMI : « A force de désindustrialiser, (…) on a fragilisé le corps social. » est apparu en premier sur Fdesouche.
fdesouche.com
Pourquoi cet abus sécuritaire, cet abus de précautions alors que les multiples experts conseillers de nos décideurs savent plus que nous autres que le virus ne nous lâchera pas aussi facilement…
bvoltaire.fr
ERFM a lancé sa quotidienne ! À la barre de la quotidienne d'ERFM, le corsaire Monsieur K. vous invite à parcourir l'actualité française et internationale du jour sous le prisme de la résistance et en un temps record ! Revue de presse, commentaires des sujets qui agitent la toile et entretiens avec les personnalités de la dissidence : un Quart d'heure de vérité sans langue de bois ni censure, en action du mardi au vendredi sur ERFM. Au sommaire de ce Quart d'heure de vérité du 22 janvier 2021 : - Le quart d'heure de vérité / ,
egaliteetreconciliation.fr
Si l'exactitude historique nous obligeait à publier cette vidéo à la date anniversaire (ou commémorative) du 21 janvier, la punition de la chaîne TVL bannie une semaine de YouTube pour une vidéo qui a déplu aux autorités – celle d'Henrion-Caude – a décalé cet hommage posthume d'une journée. Que les monarchistes veuillent bien nous pardonner pour cette petite entorse à l'histoire de France. - Janvier / , ,
egaliteetreconciliation.fr
Près de 2.000 doses du vaccin Moderna stockées dans un hôpital de Boston ont été détruites, car un employé de ménage a accidentellement éteint un réfrigérateur, rapporte ABC News.
fr.sputniknews.com
La défense aérienne syrienne a repoussé plusieurs missiles israéliens lancés au petit matin ce 22 janvier depuis l’espace aérien libanais et ciblant les environs de la ville de Hama, selon l’agence Sana. Celle-ci indique que les frappes ont néanmoins fait des morts parmi la population civile.
fr.sputniknews.com
La police du Capitole s'est excusée auprès des 5.000 militaires de la Garde nationale déployés à Washington le jour de l'inauguration pour les avoir transférés dans un garage sans Wi-Fi et avec deux cabines de toilettes. Ils ont été autorisés à retourner au Capitole.
fr.sputniknews.com

Pages

Nos médias