La Haute Autorité de santé française a recommandé d’administrer une dose du vaccin Pfizer ou Moderna aux moins de 55 ans ayant reçu la première dose de la préparation d’AstraZeneca avant que celle-ci soit suspendue en France pour cette tranche d’âge. Pourtant, l’OMS déconseille de mélanger deux vaccins différents.
fr.sputniknews.com
Envoi d’une délégation dans le Donbass, intention d’envoyer des navires de guerre en mer Noire… Depuis le 8 avril, Washington multiplie les initiatives visant à afficher son soutien à Kiev alors que les tensions reprennent ces derniers jours avec Moscou.
fr.sputniknews.com
Un jeune habitant de Fréjus a essayé de se faire de l’argent facile en envoyant à plus de 600 personnes, dont des députés varois, une lettre d’extorsion. Mal formulée, elle contenait son RIB, ce qui a facilité son interpellation.
fr.sputniknews.com
Philip, prince des bourdes Marques d’affection décalées, manifestations de l’humour britannique ou remarques franchement déplacées, voire stupides : le prince Philip n’a jamais cessé d’alimenter un répertoire de gaffes dont les médias se délectaient, au point de publier un « best of » à chacun de ses anniversaires. Titulaire de centaines de titres honorifiques – comme chevalier de l’ordre de l’Eléphant au Danemark ou collier de l’ordre de l’Aigle aztèque au Mexique –, le duc d’Edimbourg aurait pu être aussi élevé au grade de prince de la bourde. Certaines de ses boutades manifestaient clairement une forme de condescendance aristocratique, voire de xénophobie ou de racisme impérial. Au président du Nigeria qui le recevait vêtu du traditionnel boubou, le prince lança en 2003 : « On dirait que vous êtes prêt pour aller au lit ! » A un aborigène, il demanda en 2002 : « Vous vous battez toujours à coups de lance ? » A un patron indien, lors d’une cérémonie célébrant la diversité du Royaume-Uni en 2009 : « Il y a beaucoup de gens de votre famille ce soir ! » « De quelle partie exotique du monde venez-vous ? », demanda-t-il à un lord d’origine jamaïcaine. « De Birmingham », lui répondit l’intéressé. D’autres gaffes du duc d’Edimbourg n’ont pas dû faire rire ceux et celles qu’elles ont visés. A un groupe d’enfants sourds qui se tenaient près d’un orchestre de steel-drums dans les Caraïbes, en 2000 : « Vu l’endroit où vous êtes, ce n’est pas étonnant que vous soyez sourds », lâcha-t-il. Et l’on peine à croire qu’il ait pu dire en 2002 à une femme aveugle accompagnée d’un chien-guide : « Il paraît qu’il existe des chiens-mangeurs pour les anorexiques, maintenant ! » www.lemonde.fr Père défaillant, multipliant les virées autour du monde avec ses potes, il détone comparé au politiquement correct très millimétré observé par sa femme. «Si vous restez trop longtemps ici, vous allez avoir les yeux bridés», lance-t-il à un étudiant britannique lors d’une visite en Chine en 1986. «Ça ressemble aux dessins de ma fille», analyse-t-il à propos d’une expo de dessins primitifs éthiopiens en 1965. Dans les années 1990-2000, il est devenu une des figures centrales des Guignols de l’info britanniques, qui l’avaient transformé en pilier de bar. Libération L’article Mort du prince Philip : “Il a souvent fait montre d’une certaine condescendance aristocratique, voire de xénophobie ou de racisme impérial” est apparu en premier sur Fdesouche.
fdesouche.com
Un quadragénaire a été condamné à quatre ans de prison et doit rembourser 25 millions d’euros à l’État, rapporte Le Parisien. Il avait utilisé à de multiples reprises une fraude classique à la TVA. En fuite, un mandat d’arrêt a été émis à son encontre.
fr.sputniknews.com
Une porte d’entrée de la mosquée Arrahma de Nantes a été incendiée dans le cadre d’un acte «criminel», a appris Sputnik auprès de l’association qui la gère. La maire de la ville a condamné les faits. L’enquête est en cours.
fr.sputniknews.com
D'abord, une chose nous intrigue chez Camélia Jordana : elle n'a jamais la même tête. C'est le privilège des actrices, dit-on. Et d'ailleurs, elle ne fait pas que chanter, elle joue aussi : dans le burlesque Sœurs d'armes de la lesbienne islamophobe Caroline Fourest (Camélia Jordana Riad-Aliouane, petite-fille d'immigrés algériens, n'y a pas vu de contradiction) et le grotesque Brio, le clip raciste antifrançais d'Yvan Attal qui fait gagner une beurette d'Assas à un concours d'éloquence... Mais là, on - Avril / , , , , , , ,
egaliteetreconciliation.fr
En vue d’empêcher une «dévalorisation des faits historiques», la Biélorussie ouvre une enquête pénale pour le génocide de son peuple dans les années 1940 par les nazis.
fr.sputniknews.com
L’auteur, Jennifer Ho, est universitaire. Elle est professeur d’Études Asiatiques Américaines Au milieu de l’augmentation inquiétante des attaques contre les Américains d’origine asiatique depuis mars 2020 se trouve une catégorie troublante de ces agressions : Les Noirs attaquent également les Américains d’origine asiatique. Les Blancs sont les principaux auteurs de racisme anti-asiatique. Mais en février 2021, une personne noire a poussé un homme asiatique âgé au sol à San Francisco ; l’homme est ensuite décédé de ses blessures. Dans une autre vidéo, réalisée à New York le 29 mars 2021, une personne noire pousse et bat une femme américaine d’origine asiatique sur le trottoir, devant une porte, tandis que des badauds observent l’agression, puis referment leur porte sur la femme sans intervenir ni lui porter secours. En tant que président actuel de l’Association for Asian American Studies et en tant que professeur d’études ethniques et d’études sur les races critiques spécialisé dans la culture asiatique américaine, je voulais m’attaquer au climat de racisme anti-asiatique que je constatais au début de la pandémie. En avril 2020, j’ai donc créé un jeu de diapositives PowerPoint sur le racisme anti-asiatique que mon employeur, l’université du Colorado Boulder, a transformé en site web. Cela m’a conduit à une cinquantaine d’entretiens, d’ateliers, de conférences et de présentations de groupes d’experts sur le racisme anti-asiatique, en particulier à l’époque du COVID-19. Ce que je retiens de toutes ces expériences, c’est que le racisme anti-asiatique a la même source que le racisme anti-noir : la suprématie blanche. Ainsi, lorsqu’une personne noire attaque une personne asiatique, la rencontre est alimentée peut-être par du racisme, mais très spécifiquement par la suprématie blanche. La suprématie blanche n’a pas besoin d’une personne blanche pour la perpétuer. Il n’y a pas que les Blancs
La suprématie blanche est une idéologie, un ensemble de valeurs et de croyances ancrées dans presque tous les systèmes et institutions des États-Unis. Elle repose sur la conviction qu’être blanc, c’est être humain et investi de droits universels inaliénables, et qu’être non-blanc, c’est être moins qu’humain, un objet jetable dont les autres peuvent abuser et se servir. La déshumanisation des Asiatiques par la société américaine est motivée par la suprématie de la race blanche et non par une personne noire qui peut ou non haïr les Asiatiques. Pendant la pandémie, la rhétorique du “péril jaune” qui accusait la Chine d’être responsable du COVID-19 a entraîné une augmentation de 150 % des incidents de harcèlement anti-asiatique signalés à la police en 2020. En particulier, les Américains originaires d’Asie de l’Est ou toute personne semblant être d’origine ou d’ascendance asiatique sont devenus les cibles de la colère déplacée de personnes accusant les Chinois ou ceux qui leur semblaient chinois, même s’ils étaient d’autres origines ethniques, comme les Japonais, les Taïwanais, les Coréens, les Birmans, les Thaïlandais ou les Philippins. Une peur de la maladie
La suprématie blanche en tant que racine du racisme peut être observée dans le cas de l’homme latino au Texas qui a poignardé une famille birmane en mars 2020, affirmant qu’il l’a fait parce qu’ils étaient chinois et qu’ils apportaient le coronavirus aux États-Unis. Bien que le suspect puisse avoir des problèmes de santé mentale, sa conviction que cette famille constituait une menace est motivée par les idées suprématistes blanches selon lesquelles les Chinois sont à blâmer pour le COVID-19. Cette même rhétorique consistant à accuser toute personne perçue comme chinoise d’être responsable du COVID-19 et à l’attaquer se retrouve dans d’innombrables rapports de harcèlement, notamment celui d’une Américaine d’origine vietnamienne qui s’est faite cracher dessus par un homme blanc alors qu’elle tentait d’entrer dans une épicerie en mars 2021. Quatre jours plus tard, des images vidéo ont montré une Chinoise de 76 ans qui a été frappée au visage par un homme blanc de 39 ans, le même jour où un homme blanc a tué huit personnes, dont six femmes asiatiques, à Atlanta. Les histoires de harcèlement individuel et de violence perpétrées contre des Américains d’origine asiatique par des agresseurs blancs ne reçoivent pas toujours la même attention que les vidéos virales d’agressions de Noirs envers des Asiatiques. Mais la suprématie blanche est à la base de tous ces incidents, tout comme la suprématie blanche est responsable de l’agenouillement du policier de Minneapolis Derek Chauvin sur le cou de George Floyd pendant plus de huit minutes : La suprématie blanche a fait de Floyd une menace pour les hommes noirs plutôt qu’un être humain. Comprendre la profondeur et la portée de cette idéologie du racisme peut être un défi, mais le faire permet à chaque personne, et à la nation dans son ensemble, de se rapprocher de la lutte contre les inégalités systémiques. Ce ne sont pas les Noirs que les Américains d’origine asiatique doivent craindre. C’est la suprématie blanche. The Conversation Série d'attaques contre des Asiatiques aux États-Unis : comment la gauche américaine tente de réconcilier Noirs et Asiatiques sur le dos des Blancs – https://t.co/vynKzbhA9r pic.twitter.com/3HUoyJE51U— Fdesouche.com est une revue de presse (@F_Desouche) March 21, 2021 L’article États-Unis : quand des Noirs attaquent des Asiatiques, la cause reste la suprématie blanche est apparu en premier sur Fdesouche.
fdesouche.com
À 22 ans, elle s’est retrouvée expulsée de la maison par ses parents, après avoir avoue dans une lettre qu’elle est tombée amoureuse d’une fille. À la mi-janvier 2021, se retrouvant sans abri et sans possibilité de récupérer ses biens, car que la serrure de la porte d’entrée avait été changée, Malika a déposé une plainte auprès de la police.

« Si vous revenez – elle et sa copine –, nous allons vous tuer, mieux vaut 50 ans de prison qu’une fille lesbienne », lui a dit sa mère. La mère de la jeune fille a aussi envoyé des messages audio glaçants, pour le moins effrayant : « Vous – sa fille et sa copine – êtes des merdes, si je vous vois, je vais vous tuer. Ne rentrer pas dans cette maison parce que je vous trancherai la gorge. Je vous souhaite une tumeur, vous êtes la ruine de la famille, mieux vaut une fille droguée qu’une lesbienne. »

Malika a dû demander de l’aide a la police pour qu’elle puisse retourner chez elle, afin qu’elle puisse se faire des vêtements. Les parents avaient déjà changé la serrure, après 3 jours. « En arrivant devant la maison avec les policiers,  j’ai gentiment demandé à ma mère de me laisser entrer seulement pour récupérer mes vêtements et mes affaires, mais elle, en s’adressant aux deux agents, a dit qu’elle ne savait pas qui j’étais. » Abandonné par ses parents et aussi par son frère qui lui a dit « Je vais te trancher la gorge, t’es malade. » […] Gay IT L’article Italie : Malika Chalhy, 22 ans, expulsée de sa maison par sa famille, parce que lesbienne : « Si je te vois, je vais te tuer. Je vais te trancher la gorge » est apparu en premier sur Fdesouche.
fdesouche.com

Pages