La photo d’un homme avec un brassard de police au bras gauche, un blason sur le casque et le visage caché par une cagoule représentant une tête de mort de clown a été partagée sur les réseaux sociaux suite à l’acte 23 des Gilets jaunes à Paris.
fr.sputniknews.com
Le 23 avril, Riyad a procédé à l'exécution groupée la plus importante de ces trois dernières années en tuant 37 citoyens, en majorité chiites, accusés de terrorisme. Accusations prononcées lors de « simulacres de procès », selon Amnesty international. Riyad a annoncé ce 23 avril avoir procédé à la décapitation de 35 citoyens et la crucifixion de deux autres, pour la plupart chiites (le chiisme est une branche de l'islam minoritaire en Arabie saoudite, et majoritaire en Iran, pays ennemi du royaume - Avril / , , ,
egaliteetreconciliation.fr
Les nationaux-sionistes ayant intérêt à diffuser la rumeur d'une opération islamiste, la thèse complotiste sur l'incendie n'est critiquée que pour la forme. - ER Presse / , , , , , , , , , , , , , , , ,
egaliteetreconciliation.fr
Les nationaux-sionistes ayant intérêt à diffuser la rumeur d'une opération islamiste, la thèse complotiste sur l'incendie n'est critiquée que pour la forme. - ER Presse / , , , , , , , , , , , , , , , ,
egaliteetreconciliation.fr
Le Canard enchaîné a publié des preuves d’un fichage très détaillé qui recense les Gilets jaunes blessés transportés dans les Hôpitaux de Paris. L’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) et l’Agence régionale de santé (ARS) insistent sur le fait qu’il ne s’agit en aucun cas d’un véritable fichage.
fr.sputniknews.com
Dimanche soir, après avoir été suspecté d’avoir subtilisé le sac à main d’une cliente d’une péniche quai Augagneur dans le 3e arrondissement de Lyon, un mineur tunisien a sauté dans le Rhône pour échapper à l’équipe de l’établissement qui l’interpellait. Le jeune homme, arrivé en France en 2018, est parvenu à traverser le fleuve rhodanien sans […]
fdesouche.com
Quelques jours avant la clôture de la période de dépôt des listes aux européennes, le président des Patriotes invité par France Inter a lancé un appel au chef de file de l’UPR. Il estime que l’alliance des deux partis pourrait constituer «une très grosse force pour le Frexit».
fr.sputniknews.com
Lundi, à #Auxonne, un passant a été agressé en pleine rue par 2 hommes cagoulés qui l’ont menacé avec 1 arme, après l’avoir renversé en scooter. La victime précise que les individus roulaient sans casque, à contresens, et tiraient des balles à blanc en l’air avant de le percuter. pic.twitter.com/uLkSVmFLNi — Pierre-Louis Mériguet (@PLMeriguet) April […]
fdesouche.com
Démarrée à Calais et Dunkerque, dans le sillage du Brexit à venir, la grève des douaniers dure depuis près de six semaines et s’étend progressivement à l’ensemble du territoire national, sans que le gouvernement gouverne. Ce à quoi nous sommes malheureusement habitués. Les médias dits principaux se font de même bien discrets. Entretien avec Benjamin Morel*, agent de contrôle des douanes. — Quelles sont précisément les revendications des douaniers ? En quoi sont-elles liées à l’arrivée prochaine ou probable du brexit ? — La France a perdu 6 000 douaniers en 25 ans. Pour couvrir le territoire, il n’y a que 17 600 personnes. C’est dix fois moins que la police ou la gendarmerie. Les grands pôles concentrant les flux de passagers sont couverts mais le maillage territorial n’existe plus et la France est devenue une passoire. Pourtant, qui a arrêté Mehdi Nemmouche, l’assassin du musée juif de Bruxelles ? Un douanier à Marseille. Qui a signalé le passage de la frontière suisse de l’assassin du père Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray ? Un douanier. Nous n’avons plus les moyens de notre politique. Les missions changent, on nous demande de lutter contre la fraude mais aussi d’intercepter des terroristes, tout en faisant de la protection des espèces protégées ou du contrôle des débits de boissons. Nous demandons des effectifs et une revalorisation de la prime de risque et des heures de nuit. Le ministre nous propose 50 euros nets par mois et l’heure de nuit à 5 euros. C’est insuffisant. On a fait rentrer 84 milliards dans les caisses de l’Etat et on nous fait l’aumône de 14 millions. Le point d’indice n’est pas revalorisé et nos salaires n’ont pas évolué depuis 2012, alors que le coût de la vie n’arrête pas d’augmenter. — Les missions des douaniers, depuis l’ouverture des frontières, sont mal connues des Français : quelles sont-elles exactement ?  — Nous saisissons la majorité des drogues qui entrent en France, presque 100 tonnes. Pour le tabac, ce sont 240 tonnes. Nous avons récupéré 50 millions d’avoirs criminels, plus de 1 000 armes à feu et contrôlé sept millions de jouets. Nous devons assurer la protection du territoire et des consommateurs par le contrôle des marchandises mais il nous est demandé de ne plus faire de contrôles, pour ne pas freiner la compétitivité des entreprises françaises. On laisse donc entrer et sortir de nos ports, aéroports et tunnels des milliers d’articles contrefaits en provenance de Chine, dangereux pour la santé publique et sans contrôle des normes. Le e-commerce est aussi un puits sans fond dont nous ne pouvons pas mesurer l’importance. Nous sommes noyés sous le fret postal. — La situation de Paris paraît emblématique d’une situation de ras-le-bol… — Paris est un bon exemple. Malgré les opérations coup de poing régulières porte de la Chapelle ou à Barbès contre les vendeurs de cigarettes, le trafic ne fait que s’amplifier : nous vidons l’océan à la petite cuillère. Au lieu de prendre le mal par la racine, on s’attaque à la fin de la chaîne en faisant des saisies dérisoires mais régulières qui alimentent les chiffres et les statistiques en faisant croire aux buralistes que l’on protège leur activité. Les vendeurs sont le plus souvent des migrants, tunisiens, marocains, syriens, libyens qui ne sont jamais arrêtés puisqu’on se contente de saisir la marchandise et de leur mettre une amende s’ils ont de l’argent sur eux. Ils savent pertinemment qu’aucune mesure de reconduite ne sera prononcée et se déclarent tous réfugiés politiques. Pour réussir, il faudrait s’attaquer aux criminels qui sont dans les cités et que personne n’ose déloger. — Pourquoi choisir la grève du zèle comme mode d’action ? — Ce n’est pas une grève du zèle. Nous exerçons les contrôles comme nous devrions le faire dans les conditions normales. En nous assurant de façon systématique que tous les passagers et les marchandises sont contrôlés. On voit bien que cela occasionne des retards puisque nous ne sommes pas assez nombreux. Donc les gens attendent pendant que nous faisons notre travail pour assurer leur sécurité. — Fin mars, le gouvernement aurait donné l’ordre de service de ne plus effectuer de contrôle renforcé ni de lutte contre la fraude ? — C’est proprement scandaleux, la LCF (lutte contre la Fraude, N.D.E.) est notre cœur de métier. Alors le ministre et le directeur général tentent de briser le mouvement en nous empêchant de contrôler. Les trafiquants et les terroristes doivent se frotter les mains. *Nom et prénom ont été changés Propos recueillis par Paul Vermeulen
present.fr
Que s’est-il passé au cours de ces 14 petites minutes ? Mercredi 17 avril, en début d’après-midi à Gardanne, une jeune fille de 15 ans monte dans le TER nº880146, en direction d’Aix-en-Provence. À bord, une poignée d’autres passagers. Mais aussi, dans le train attelé, trois agents de la police ferroviaire. Quatorze minutes plus tard, […]
fdesouche.com

Pages

Nos médias