La NYC Pride annonce de nouvelles politiques concernant la présence des forces de l’ordre et du NYPD lors des événements de la Pride à New York. La NYC Pride cherche à créer des espaces plus sûrs pour les communautés LGBTQIA+ et BIPOC à une époque où la violence contre les groupes marginalisés, en particulier les communautés BIPOC et trans, continue de s’intensifier. Le sentiment de sécurité que les forces de l’ordre sont censées apporter peut au contraire s’avérer menaçant, voire dangereux, pour les membres de notre communauté qui sont le plus souvent visés par une force excessive et/ou sans raison. La NYC Pride ne veut en aucun cas contribuer à créer une atmosphère de peur ou de danger pour les membres de la communauté. Les mesures prises par l’organisation mettent les forces de l’ordre au défi de reconnaître leurs torts et de rectifier le tir, dans l’espoir d’apporter un changement significatif. Dès maintenant, la NYC Pride interdit les exposants des services correctionnels et des forces de l’ordre aux événements de la NYC Pride jusqu’en 2025. À cette date, leur participation sera examinée par les comités des relations communautaires et de la diversité, de l’accessibilité et de l’inclusion, ainsi que par le conseil d’administration. Dans l’intervalle, la NYC Pride s’efforcera de fournir davantage de sécurité communautaire et de premiers intervenants, tout en prenant des mesures pour réduire la présence de la NYPD aux événements. La police de New York n’est pas tenue de diriger les premiers secours et la sécurité lors des événements de la NYC Pride. Tous les aspects de la première réponse et de la sécurité qui peuvent être réaffectés à la sécurité privée formée, aux leaders communautaires et aux bénévoles seront examinés. Un budget accru pour la sécurité et la première réponse permettra à la NYC Pride de construire indépendamment un plan d’urgence de première réponse en utilisant la sécurité privée et de fournir aux bénévoles de la sécurité une formation de désescalade pour la première réponse si nécessaire. La police de New York n’assurera les premières interventions et la sécurité qu’en cas d’absolue nécessité, comme le prévoient les autorités municipales. Dans ces cas, la NYC Pride examinera l’implication prévisible de la NYPD et, en partenariat avec les commissariats des lieux environnants, prendra des mesures pour maintenir les officiers de police à au moins un pâté de maisons des zones périphériques de l’événement lorsque cela est possible. NYC Pride
fdesouche.com
Les Républicains ont un problème d’identité aux yeux des électeurs. C’est ce que montre le sondage Ipsos/Sopra Steria réalisé pour France Info et Le Parisien et Aujourd’hui-en-France. Le Parisien
fdesouche.com
Les forces de l’ordre en France sont de plus en plus souvent prises pour cibles, ce qui a poussé le gouvernement à mettre en place de nouvelles mesures pour les protéger. Dans ce contexte déjà tendu, un homme a délibérément foncé sur le portail de la gendarmerie de Baume-les-Dames. Une plainte sera déposée.
fr.sputniknews.com
La semaine dernière, au cours de l’émission « Face à l’info », Éric Zemmour a surpris tout le monde au sujet de la dépénalisation du cannabis en déclarant : « Je me demande – oui, j’en suis arrivé là – si on ne devrait pas organiser la légalisation ordonnée du cannabis. » Une question que se …
bvoltaire.fr
15/05/2021 Moudjahidin est dans l'islam un combattant pour la foi qui s'engage dans le djihad #Afghanistan l’#EI revendique l’attentat avec charge explosive plantée hier dans une mosquée soufi de #Kaboul et l’imam qui dirigeait la prière Mohamad Nouman Fadli « qui invitait à combattre les moudjahidin ». Donc ça n’a rien à voir avec la trêve décrétée par #Taliban & gouv pic.twitter.com/CB1axBMJv4— Wassim Nasr (@SimNasr) May 15, 2021 14/05/2021 Des dizaines de fidèles ont également été blessés par ces explosifs placés à l’intérieur du lieu de culte de Jaw Dara, dans l’est du pays. Malgré les tensions récurrentes en Afghanistan, cibler une mosquée reste peu fréquent, et donc très marquant. Ce vendredi, l’attentat du lieu de culte du village de Jaw Dara, dans le district d’Haska Mina (province de Nangarhar), fera forcément date. Le bilan des victimes ne cesse en effet d’augmenter depuis l’explosion d’une bombe qui a provoqué l’effondrement du toit sur plusieurs centaines de fidèles. Mais pour l’instant, aucun groupe terroriste actif dans cette zone n’a revendiqué l’acte. Cette mosquée peut abriter les prières d’environ 700 musulmans. Et selon l’estimation d’un habitué, au moins 350 fidèles étaient sur place ce jour-là. Pour l’instant, la confusion règne toutefois sur le nombre de personnes réellement touchées. En début de soirée (milieu d’après-midi en France), le dernier bilan du porte-parole de la province faisait état de 62 morts et 33 blessés. Le Parisien
fdesouche.com
« "On nous prend tous bien pour des c... avec le coronavirus. En fait c'est une guerre bactérienne, il faut savoir qu'on est trop sur terre, il faut être réaliste la planète est surpeuplée donc ils ont créé ce virus pour tuer les plus faibles pour que la planète s'allège", a-t-elle poursuivi. [...] Sur Snapchat, Kim Glow a même comparé la situation aux camps de concentration de la Seconde Guerre mondiale. "C'est une sorte de... comme le truc qu'on étudie à l'école... les camps de concentration !", - Mai / , , , , , ,
egaliteetreconciliation.fr
Les tensions dans les villes israéliennes ne s’apaisent pas et les attaques sur fond de nationalisme se multiplient. À Jaffa, deux mineurs ont été brûlés, dont l’un très grièvement, lorsqu’une bouteille incendiaire a été jetée dans leur appartement. Leur père donne à Sputnik des détails sur le drame.
fr.sputniknews.com
Cet homme de 34 ans a écopé de 18 mois de prison, dont 12 ferme Comme souvent dans ce genre de cas, il a plaidé l’état second : “J’étais ivre, je ne suis pas comme ça. Ça n’excuse rien mais j’ai honte de moi.” Un argumentaire qui a sonné faux aux oreilles du tribunal correctionnel, au regard des faits qui lui étaient reprochés. Dans la journée de jeudi, Dounia Makala, Montfavétain de 34 ans, marié et père depuis quelques mois, retrouve des amis pour boire quelques verres, près d’Agroparc. Une fois seul, il prend la direction du centre- ville d’Avignon, en bus et déjà ivre. Il s’arrête alors dans un supermarché de la rue de la République et achète une nouvelle bouteille, qu’il boit tout seul, dans la rue. Au gré de ses divagations, l’homme se retrouve au niveau d’un arrêt de bus, non loin de la gare centre. Il repère alors…

La suite sur La Provence (Merci à Apache)
fdesouche.com
L’un des aspects les plus intéressants de la guerre du Kippour (1973) est qu’elle a marqué un passage soudain de l’ « hubris » maniaque israélien à la mélancolie, l’apathie et la dépression. Après leur remarquable victoire militaire […]
arretsurinfo.ch
Ce titre du site de vérification de l'info de Libé sonne comme une blague de Satan, pourtant (formulé par le journal de Dov Alfon sur le monde interrogatif), il est juste. Mais on est loin du 1,2 milliard d'aides directes et indirectes annuelles que l'État accorde à toute la presse écrite en générale. La conclusion est simple, et un enfant de six ans pourra la formuler : la presse dépend économiquement de l'État, plus du tout de ses lecteurs, elle doit donc rendre des comptes à son « actionnaire » - Mai / , , ,
egaliteetreconciliation.fr

Pages