Google a déclaré vendredi qu'il bloquerait son moteur de recherche en Australie si le pays allait au bout de son projet de nouveau code des réseaux sociaux destiné à contraindre ceux-ci à rémunérer les groupes de presse locaux pour avoir le droit d'utiliser leurs contenus sur leurs plateformes.
fr.sputniknews.com
Anthony Fauci, immunologue américain réputé et directeur de l'Institut national des maladies infectieuses, a dit être soulagé de ne plus avoir à contredire Donald Trump. Il a également indiqué que les infections à coronavirus pourraient être en train d'atteindre un plateau aux États-Unis.
fr.sputniknews.com
Le Parti communiste a annoncé jeudi soir avoir demandé à l'un de ses élus à Paris de se mettre en retrait, après des accusations de viol et d'agression sexuelle le visant, qualifiées de «calomnies» par l'intéressé.
fr.sputniknews.com
Le haut-commissaire au plan François Bayrou a été aperçu et photographié sans masque dans l’aéroport d’Orly à Paris. L’image a rapidement été diffusée sur les réseaux sociaux et a fait polémique. Joint par la République des Pyrénées, il admet avoir oublié de le porter pendant «quelques minutes».
fr.sputniknews.com
Le président Biden a profité de ses premiers jours de fonction pour annoncer un décret anti-discrimination qui, selon certains, obligera les écoles à inclure les athlètes transgenres dans les sports féminins.  L’ordonnance, intitulée Prévention et lutte contre la discrimination fondée sur l’identité de genre ou l’orientation sexuelle, a été signée quelques heures seulement après l’entrée en fonction du nouveau POTUS mercredi soir.  […] Erielle Davidson de l’Institut juif pour la sécurité nationale d’Amérique a écrit: «Triste journée pour le sport féminin. Les femmes doivent rivaliser avec des hommes biologiques au risque de se blesser et de perdre leur titre, grâce à un nouveau décret de Biden. Ne me dites jamais que c’est «pro-femme». Ca ne l’est pas. C’est destructeur et malveillant.   Peu de temps après, le hashtag #BidenErasedWomen a commencé à être tendance sur Twitter.  Cependant, les militants LGBT ont riposté, affirmant que l’ordre était simplement la tentative de Biden de progresser vers une société plus inclusive – tout comme il s’était engagé à le faire dans son discours inaugural.  […] Daily Mail L’article Inclusivité : Joe Biden signe un décret permettant aux étudiants nés hommes de concourir chez les femmes s’ils se sentent femmes est apparu en premier sur Fdesouche.
fdesouche.com
Voici comment le renard, en utilisant la psychologie et en s’appuyant sur le plus faible d’esprit parmi les volatiles, réussit à les convaincre d’aller se réfugier dans son terrier en leur faisant croire que le ciel allait leur tomber sur la tête avant de tous les dévorer ! Toute similitude avec ce qui nous arrive en ce moment n’est pas le fruit du hasard. Il était une fois un poulailler dans lequel vivaient des coqs, des poules, des poussins, des dindes et des canards. La communauté, qui avait un coq à sa tête, comprenait également Chicken Little, un poussin considéré comme un peu faible d’esprit.  Dans le poulailler,  la vie s’écoulait, heureuse, car tous étaient protégés par une grande et solide clôture qui tenait les prédateurs à distance. Un jour, le renard, qui voulait manger tous les membres de la communauté, après avoir longtemps observé la clôture, eut l’idée d’utiliser la psychologie. Dans un livre intitulé Psychologie, le renard apprit ce conseil : « Pour influencer les masses, visez d’abord les moins intelligents ». Il fit donc croire à Chicken Little que le ciel allait leur tomber sur la tête et que tous étaient condamnés à une vilaine fin. À moins que… ils ne laissent le renard les conduire à une grotte pour s’abriter. Dans le livre, en effet, il était dit : « Si vous dites un mensonge, n’en faites pas un petit, mais un gros ». Le renard prit donc un panneau bleu avec une étoile peinte dessus, le jeta dans le poulailler et le fit tomber sur la tête de Chicken Little. Chicken Little en fut terrifié, et quand, en parlant à travers la clôture, le renard lui fit croire que c’était la voix du destin, Chicken Little courut immédiatement avertir tout le poulailler : « Le ciel tombe! » Et, pour le prouver, il montra la bosse sur sa tête. La réaction des poules fut immédiate : « Mon Dieu, quelle peur! Qu’allons-nous faire? Nous allons tous être tués ! ». « Ne soyez pas stupides, ce n’est qu’un morceau de bois qui est tombé sur la tête de Chicken Little », dit le coq, mais le renard, recourant à nouveau à son livre de psychologie, commença à saper la confiance des poules en faisant circuler la rumeur selon laquelle le coq était un incapable, inapte à gouverner le poulailler.  Puis, toujours en chuchotant à travers la clôture, il convainquit Chicken Little : « le vrai patron, ce doit être toi ! C’est toi qui as les capacités, pas le coq ! ». Les poules implorèrent Chicken Little de les sauver, et il suivit le conseil du renard : il n’y avait pas une minute à perdre, il fallait ouvrir le poulailler et courir s’abriter dans la grotte. Ce serait bien de pouvoir raconter une fin heureuse, mais cette histoire n’a pas de fin heureuse. Tous les habitants du poulailler, en effet, suivant les pancartes préparées par le renard, coururent directement vers la grotte. Là, ils furent dévorés, et le renard fut à jamais reconnaissant à la psychologie. L’histoire de Chicken Little (qui remonte à 1943 et a été conçue, mais pas produite à l’époque, comme un film de propagande antinazie pour les États-Unis) est aujourd’hui reprise par Pete Baklinski qui, sur LifeSiteNews, commente : « Il y a plusieurs leçons importantes à tirer de cette histoire. Les voilà : Créer une crise ou en tirer profit est le meilleur moyen d’amener les masses vers un objectif prédéterminé par les contrôleurs ; Le mensonge peut contrôler les gens, surtout les ignorants et ceux qui sont incapables de penser par eux-mêmes ; Si vous dites un mensonge assez gros et que vous le répétez sans cesse, les gens finiront par le croire ; La crainte pour sa propre sécurité est le meilleur moyen d’amener les masses à accepter la solution des contrôleurs ; Une fois le mensonge acquis par les masses, la solution des contrôleurs apparaîtra logique. Pour ceux qui sont capables de voir, il y aura toujours des signes évidents que les mensonges et les récits basés sur la peur créés par les contrôleurs contredisent la réalité, la raison et le bon sens, mais la peur rend aveugle. Le renard qui veut manger les poules a donc beau jeu, en agissant à travers des mensonges, à amener tout le poulailler à adopter sa solution : courir à la grotte. Pour ceux qui sont convaincus que le ciel tombe sur le poulailler,  la solution de courir vers la grotte est tout à fait logique. Le problème,  c’est que le ciel ne tombe PAS sur le poulailler. Au début de l’affaire Covid, observe Baklinski, on nous a dit que des millions de personnes allaient mourir, et la terreur s’est donc répandue dans le monde entier. Le récit dominant lʼa alimenté et les masses, poussées par la peur, se sont soumises à des réglementations totalement liberticides, entraînant de très lourdes conséquences sur les plans économique, social et émotionnel. Dans son article, Baklinski fait référence à de nombreuses sources qui démontrent, preuves et données à l’appui, que les choses ne sont pas ce que le récit dominant leur dit. Comme j’en parle ici depuis longtemps, il n’est pas nécessaire de passer en revue tous les points. Je ne citerai que celui où l’auteur, citant le livre de CS Lewis The Great Divorce [Le grand divorce entre le ciel et la terre] (pages dans lesquelles l’auteur décrit l’enfer comme un lieu où ses habitants s’éloignent les uns des autres parce qu’ils se méprisent et se détestent), nous rappelle que l’enfer est l’éloignement social. Ainsi, « se traiter mutuellement comme des tueurs potentiels infectés par un virus, desquels nous devons garder nos distances, est une attaque directe contre notre appel divin à la communion ». Un dernier point à souligner,  selon Baklinski, concerne « le coup de génie de Satan qui a utilisé la crise pour fermer des églises et refuser aux fidèles l’accès aux sacrements, ce que les athées et les communistes s’efforcent de faire depuis longtemps ». Le Catéchisme de l’Église catholique est très clair : “Avant l’avènement du Christ, l’Église doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants. La persécution qui accompagne son pèlerinage sur la terre dévoilera le « mystère d’iniquité » sous la forme d’une imposture religieuse apportant aux hommes une solution apparente à leurs problèmes au prix de l’apostasie de la vérité. L’imposture religieuse suprême est celle de l’anti-Christ, c’est-à-dire celle d’un pseudo-messianisme où l’homme se glorifie lui-même à la place de Dieu et de son Messie venu dans la chair“. Baklinski conclut : « Il est temps pour nous, d’examiner les preuves et de juger la situation dans laquelle nous nous trouvons avec le bon jugement. Si les renards de notre époque nous disent que pour nous mettre en sécurité, il faut courir à la grotte, nous devons tout remettre en question et refuser de suivre leur récit si nous voyons qu’il ne correspond pas à la réalité. Si les empereurs de notre époque nous disent de suivre leurs plans qui à la fin sont contraires à ce que nous voyons, à la raison et au bon sens, nous sommes des imbéciles si nous les acceptons. En fin de compte, seule la vérité nous rendra libres. Et c’est en vivant selon la vérité que nous vivons dans la liberté en tant qu’enfants de Dieu ». Sources : Benoît et moi /Anne Brassié / LifeSiteNews L’article Il était une fois un poulailler : un conte pour enfants qui finit mal… est apparu en premier sur medias-presse.info.
medias-presse.info
Marie-Guite Dufay, la présidente de Bourgogne-Franche-Comté, première région viticole de France, a offert jeudi au Président américain Joe Biden deux bouteilles de vin de Bourgogne dans l'espoir de le convaincre de lever la surtaxe sur les vins et spiritueux français.
fr.sputniknews.com
Source : CBS News, Jeff Berardelli Traduit par les lecteurs du site Les-Crises Comme pour tant d’autres aspects de l’année 2020, la saison des ouragans dans l’Atlantique a été marquée par une succession d’événements dramatiques, repoussant les limites de ce que les météorologues pensaient être possible. Même si les records de longue date tombaient et que les météorologues avaient l’impression d’avoir tout vu, 2020 avait d’autres tours dans son sac. Depuis le nombre total de tempêtes jusqu’à l’intensification rapide et la multiplication des zones d’activité, les records établis en 2020 resteront probablement valables pendant un certain temps. Ce qui suit est un récapitulatif des événements les plus étonnants de la saison avec une explication des facteurs qui y ont conduit, au cours de cette saison sans précédent. Certains de ces facteurs sont des phénomènes naturels, tandis que d’autres sont le résultat de l’impact humain sur le climat. Le plus grand nombre de tempêtes en une saisonLire la suite
les-crises.fr
Source : Russia Today France, Interdit d’interdire  Frédéric #Taddeï reçoit Denis Robert, journaliste, Stéphanie Gibaud, lanceuse d’alerte, Eric Denécé, directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement, et Drieu Godefridi, philosophe. Source : Russia Today France, Interdit d’interdire, 11-01-2021 Lire la suite
les-crises.fr
Sanctoral Saint Vincent Il est, avec saint Étienne et saint Laurent, le troisième des illustres saints diacres de l’Église : il est le plus célèbre des martyrs d’Espagne. Aujourd’hui Vincent, le Victorieux, couvert de la dalmatique sacrée, et tenant la palme entre ses mains fidèles, vient rejoindre au berceau de l’Emmanuel son chef et son frère Etienne le Couronné. L’Espagne l’a vu naître ; il exerce le ministère du Diaconat dans la glorieuse Église de Saragosse, et, par la force et l’ardeur de sa foi, il présage les destinées du royaume Catholique entre tous les autres. Mais il n’appartient point à l’Espagne seulement ; comme Etienne, comme Laurent, Vincent est le héros de l’Église entière. C’est à travers les pierres qui pleuvaient sur lui, comme sur un blasphémateur, que le Diacre Etienne a prêché le Christ ; c’est sur le gril embrasé, comme le Diacre Laurent, que le Diacre Vincent a confessé le Fils de Dieu. Ce triumvirat de Martyrs fait l’ornement de la Litanie sacrée, et leurs trois noms symboliques et prédestinés, Couronne, Laurier et Victoire, nous annoncent les plus vaillants chevaliers de l’Emmanuel. Vincent a triomphé du feu, parce que la flamme de l’amour qui le consumait au dedans était plus ardente encore que celle qui brûlait son corps. Des prodiges admirables l’ont assisté dans ses rudes combats ; mais le Seigneur, qui se glorifiait en lui, n’a cependant pas voulu qu’il perdît la palme ; et, au milieu de ses tortures, le saint Diacre n’avait qu’une pensée, celle de reconnaître, par le don de son sang et de sa vie, le sacrifice du Dieu qui avait souffert la mort pour lui et pour tous les hommes. Avec quelle fidélité et quel amour il garde, en ces saints jours, le berceau de son Maître ! Comme il désire que cet Enfant soit aimé de ceux qui le visitent ! Lui qui n’a pas reculé, quand il s’est agi de se donner à lui à travers tant d’angoisses, comme il accuserait la lâcheté des chrétiens qui n’apporteraient à Jésus naissant que des cœurs froids et partagés ! A lui, on a demandé sa vie par lambeaux, il l’a donnée en souriant ; et nous refuserions de lever les obstacles futiles qui nous empêchent de commencer sérieusement avec Jésus une vie nouvelle ! Que le spectacle de tous ces Martyrs qui se pressent depuis quelques jours sur le Cycle stimule donc nos cœurs ; qu’ils apprennent à devenir simples et forts, comme l’a été le cœur des martyrs. Une ancienne tradition, dans la chrétienté, assigne à saint Vincent le patronage sur les travaux de la vigne et sur ceux qui les exercent. Cette idée est heureuse, et nous rappelle mystérieusement la part que le Diacre prend au divin Sacrifice. C’est lui qui verse dans le calice ce vin qui bientôt va devenir le sang du Christ. Il y a peu de jours, nous assistions au festin de Cana : le Christ nous y offrait son divin breuvage, le vin de son amour ; aujourd’hui, il nous le présente de nouveau, par la main de Vincent. Pour se rendre digne d’un si haut ministère, le saint Diacre a fait ses preuves, en mêlant son propre sang, comme un vin généreux, dans la coupe qui contient le prix du salut du monde. Ainsi se vérifie la parole de l’Apôtre, qui nous dit que les Saints accomplissent dans leur chair, par le mérite de leurs souffrances, quelque chose qui manquait, non à l’efficacité, mais à la plénitude du Sacrifice du Christ dont ils sont les membres. Saint Vincent conquit victorieusement la couronne du martyre le 22 janvier 304. Son tombeau est dans l’église de Castres an Aquitaine. Saint Anastase En ce même jour, l’Église honore la mémoire du saint moine Persan Anastase, qui souffrit le martyre en 628. Chosroès, s’étant emparé de Jérusalem, avait emporté en Perse le bois de la vraie Croix, qui fut reconquis plus tard par Héraclius. La vue de ce bois sacré excita dans Anastase, encore païen, le désir de connaître la Religion dont il est le trophée. Il renonça à la superstition persane pour embrasser le Christianisme et la vie monastique. Cette démarche, jointe au zèle du néophyte, anima contre lui le ressentiment des païens ; et après d’affreuses tortures, le soldat du Christ eut la tête tranchée. Son corps fut transféré à Constantinople, et de là à Rome, où il repose avec honneur. Deux Églises célèbres de cette capitale, l’une dans la ville, l’autre hors des murs, sont dédiées en commun à saint Vincent et à saint Anastase, parce que ces deux grands Martyrs ont souffert le même jour, quoique à des époques éloignées. Tel est le motif qui a porté l’Église à réunir leurs deux fêtes en une seule. Prions ce nouvel athlète du Christ de nous être favorable, et de nous recommander au Seigneur, dont la croix lui fut si chère. Martyrologe A Valence, dans l’Espagne Tarragonaise, saint Vincent, diacre et martyr. Sous Dacien, préfet très impie, après avoir subi la prison, la faim, le chevalet, la dislocation des membres, les lames ardentes, la grille de fer rougie au feu et d’autres genres de tourments, il s’envola au ciel pour y recevoir la récompense du martyre. Le poète Prudence, en des vers élégants, a chanté le noble triomphe de sa passion; le bienheureux Augustin et le pape saint Léon lui ont également décerné de magnifiques louanges. A Bethsaloé, en Assyrie, saint Anastase, moine perse. Après les nombreux tourments de la prison, des fouets et des chaînes, endurés à Césarée de Palestine, il fut encore éprouvé par les nombreux supplices que lui infligea le roi des Perses Chosroas; il fut enfin décapité, ayant été devancé au martyre par soixante dix compagnons qui furent précipités dans le fleuve. Sa tête fut portée à Rome, aux Eaux Salviennes ; ce chef et son image vénérée mettent en fuite les démons et guérissent les maladies, comme l’attestent les Actes du second concile de Nicée. A Embrun, dans les Gaules, les saints martyrs Vincent, Oronce et Victor, qui reçurent la couronne du martyre durant la persécution de Dioclétien. A Novare, saint Gaudence, évêque et confesseur. A Sora, saint Dominique abbé, célèbre par ses miracles. L’article Vendredi 22 janvier – Saint Vincent, Diacre et Martyr – Saint Anastase, Martyr est apparu en premier sur medias-presse.info.
medias-presse.info

Pages

Nos médias