BHL au secours de Buzyn, France Info auxiliaire de police contre les faux certificats de vaccination

E&R
14/09/2021
02:40

BHL au secours de Buzyn, France Info auxiliaire de police contre les faux certificats de vaccination

Article risible, une fois de plus, de France Info qui délaisse le journalisme pour faire du travail de police politique : traquer les résistants à l’ordre vaccinal.

« Dates des injections, cachet du groupe hospitalier de Strasbourg… Le document est convaincant. Nous sommes allés le présenter au directeur de l’établissement. Tout de suite, certaines erreurs attirent son attention : “Le numéro de lot n’est pas le bon, il n’y a pas la signature. C’est du bricolage, du photoshop. Ils ont dû prendre un vrai certificat et modifier le nom. C’est écœurant parce que derrière, il y a des gens qui vont faire croire qu’ils sont protégés et qu’ils protègent les autres. Ces gens-là sont des criminels, il n’y a pas d’autre mot”. »

Ils nous tuent, et ils nous traitent de criminels !

Il s’agit de dissuader les candidats au faux certificat de vaccination. Des millions de Français réfractaires à la piqûre oligarchique tentent aujourd’hui de vivre sans se faire injecter du Bourla ou du Bancel dans le corps, et ils ont raison : rien n’est sûr, tout est testé in vivo tandis que les malades et les morts du vaccin s’empilent. Aux uns les effets secondaires ou la privation de libertés, aux autres le profit !

« Renaud Nadjahi, pharmacien à Rambouillet et vice-président de l’Union des Syndicats de Pharmaciens d’Officine en sait quelque chose : “Nous avons la carte de professionnel de santé, ça nous ouvre les droits de façon sécurisée… Si je dois entrer dans ce schéma de bandit, je peux rentrer dans l’outil et certifier que vous avez été vaccinée."

Renaud Nadjahi reconnait d’ailleurs avoir été confronté à des demandes de faux certificats de vaccination : "J’ai été approché à plusieurs reprises par des personnes qui m’ont demandé si je pouvais vacciner l’évier. C’est à dire balancer la dose de seringue dans l’évier et de leur faire un certificat de vaccination. Oser demander ça à un professionnel de santé, c’est quelque chose que l’on doit condamner fortement”. »

À la fin de cette démonstration censée couper toute envie de tricher, France Info, ce commissariat de la pensée unique, envoie les peines, que ce soit pour les professionnels ou pour les gens :

Contacté, le ministère des Solidarités et de la Santé rappelle que ces fraudes exposent le professionnel soignant à des sanctions pénales ainsi qu’à une radiation. Les faussaires et les acheteurs encourent trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende.

Du bon travail de gestapiste de la Kommandantur !

En réalité, les Français épris de liberté ou méfiants des sourires carnassiers de Bancel & Bourla trichent sans aucune gêne : on voyage avec le QR code d’un copain ou d’une copine, et ce ne sont pas les intérimaires en bleu – les agents filtrants ! – qui fliquent les entrées dans les TGV qui vont arrêter le mouvement.

JPEG - 254.3 ko
Un billet, un masque, un pass... La honte !

Près de 800 000 tests sont effectués chaque jour dans les laboratoires et les pharmacies. Pour les réaliser, il a fallu recruter en urgence de nombreux étudiants. Des mois après, certains attendent encore d’être payés. (France Info)

Des centaines de milliers de Français sont prêts à tout pour échapper à cette saloperie de vaccin vendu par les médias mainstream, et ce ne sont pas les menaces sous forme d’articles de France Info qui vont y changer quelque chose. France Info, aujourd’hui, c’est Je suis partout, comme France Inter c’est Radio Paris. Ça balance du matin au soir, ça dénonce les résistants, les menace, les colle au poteau, les insulte. Quelle jolie mentalité démocratique !

En face, quand il s’agit des décideurs de l’État profond, comme cette Buzyn qui a fait interdire le protocole « Raoult » en janvier 2020, un soin qui aurait sauvé bien des gens dont l’état s’est aggravé, le doliprane ne changeant rien aux symptômes de la grippe wuhanaise, tous les agents médiatiques font front commun : il faut sauver le général Buzyn !

Poursuivre cet ex-ministre de la Santé devient alors un exemple terriblement injuste de la « judiciarisation de la vie politique ». Oh, pauvre Nénesse, qui de responsable devient la victime expiatoire d’une pandémie terrifiante contre laquelle il n’y avait pas de solution miracle... Un bouc, non, une chèvre émissaire !

Tout ce petit monde arrogant et menteur tombera comme un seul arbre rongé de l’intérieur par la maladie du mensonge consanguin. En attendant, ils se serrent les coudes !

« Ce qui se met en place, là, c’est un processus de destruction de la démocratie »

Quant Natacha Polony énonce cette énormité, on comprend ce que sa « démocratie » recouvre : la couche oligarchique qui doit à tout prix être protégée de toute justice. C’est pour ça qu’on la paye. Le lobby est en danger ! Le populisme monte ! C’est le moment de sortir BHL de sa boîte :

 

Mais dans les couches inférieures, ça bouge aussi. Les Français ne veulent pas se faire insulter ni menacer par une clique de pseudo-soignants (et même d’anti-soignants) qui jouent le vaccin oligarchique contre la santé publique. Naturellement, ces médecins sont l’objet de critiques véhémentes sur les réseaux sociaux, qui parfois dérapent dans la méchanceté. Heureusement, le journal des Lobbies et des Marchés est là pour leur offrir une tribune (il n’y a jamais eu de tribune en faveur des antivax ou des antipass) :

Ces dernières semaines, ces derniers jours, plusieurs acteurs du monde hospitalier – directeurs, médecins, soignants, en outre-mer ou en métropole – ont été la cible d’attaques, de dégradations et de tentatives de violation de domicile, de menaces de mort, de manœuvre d’intimidation sous la forme d’insultes ou de propos appelant à la haine, très directement, sur les réseaux sociaux et dans la presse écrite.
Cette situation est le fait d’une minorité active. Pour autant, elle est intolérable et inquiétante. Elle appelle à la plus grande vigilance face à de possibles passages à l’acte. Nous affirmons notre pleine et entière solidarité avec nos collègues et appelons à un sursaut républicain le plus large possible pour faire cesser au plus vite ces agissements.

« Passages à l’acte » ? Alors qu’aucun médecin vaccinateur n’a été abattu – et heureusement – par des antivax en colère, des milliers de Français ont été éliminés au rivotril dans les Ehpad en 2020, des centaines sont morts suite à la vaccination et on ne compte plus ceux ont subi thromboses ou AVC, les pompiers pourront en témoigner, malgré les chiffes bidonnés des ARS. Naturellement, à chaque fois que quelqu’un décède après une vaccination, le lien n’est jamais prouvé !

Eudravigilance, la base de données européenne des rapports d’effets indésirables, précise bien que ses informations (pour les vaccins ou tout autre médicament) ne reflètent aucune confirmation d’un lien potentiel entre le médicament et le(s) effet(s) observé(s)​. Contrairement à ce qui circule sur les réseaux sociaux, on ne peut donc additionner le nombre de décès recensés après une vaccination dans ces bases et dire que tant de personnes sont décédées à cause des vaccins.
L’AFP le détaille très bien ici, et cite Jean-Daniel Lelièvre, chef du service des maladies infectieuses de l’Hôpital Henri-Mondor à Créteil et expert sur la question des vaccins à la Haute autorité de Santé : dans la vie réelle, les gens meurent, ont des infarctus, des thromboses, des cancers… Donc vous allez voir tous ces événements mais ça ne veut pas forcément dire qu’ils sont liés à la vaccination. Ce qui aurait été étonnant c’est qu’on ne déclare pas de décès après la vaccination. (Ouest-France)

« Dans la vie réelle, les gens meurent »... C’est comme ça que tout passe à l’as : le vaccin n’est responsable de rien, comme les vaccinateurs, mais les antivax sont responsables de l’épidémie ! Une magnifique – encore une fois – inversion accusatoire qui bénéficie toujours aux mêmes, aux dirigeants du pouvoir profond, dont la haute médecine fait partie.

Officiellement, malgré le recomptage de Libération, torchon assujetti au pouvoir profond, le seul vaccin Pfizer a causé la mort de 800 personnes en France jusqu’au mois d’août 2021. Officiellement...

L’animateur de l’émission, Loïc Signor, peinant à masquer son agacement, alerte son invité : « Vous n’avez pas les bons chiffres. […] Il n’y a pas 857 morts dus à un vaccin Pfizer en France : il y a peut-être 857 cas où cela pose problème, mais ce ne sont pas des cas avérés de décès suite au vaccin ! »
[Jean-Frédéric] Poisson persiste et signe : « Chers téléspectateurs, l’animateur est en train de me prendre pour un illettré. J’en suis désolé, je n’y peux rien : je lis un document que vous pouvez lire. Donc vous lirez : Pfizer, 761 décès ; AstraZeneca, 98 décès. »

Libération a beau pinailler, les morts sont là :

 

Ils nous tuent, et ils nous traitent de criminels !

Youtube Terms of Service (ToS), this website is using of YouTube API Services and Google Privacy Policy, Google Security Setting page