Bug dans la Matrice : Manon Aubry (LFI) avec la démocrate "antisémite" Ilhan Omar

E&R
05/06/2021
01:01:34

Bug dans la Matrice : Manon Aubry (LFI) avec la démocrate "antisémite" Ilhan Omar

Depuis que le RN a été normalisé – selon le vocabulaire en cours dans les démocraties populaires sous influence soviétique –, c’est-à-dire sionisé, la presse française met la pression sur LFI qui est censée représenter le second risque populiste antisémite en France.

 

Naturellement, les ordres viennent du CRIF (via ses agents ou relais) qui ne s’en cache même plus : Mélenchon, malgré tous ses états de service (Grand Orient, triangle rouge des prisonniers politiques d’Auschwitz), incarne le nouveau Jean-Marie Le Pen et ce, bien malgré lui.

Chaque semaine apporte son lot d’Insoumis devenus, par la grâce des médias, de terrifiants antisémites. Certes, il y en aurait encore quelques uns qui se cachent au RN, mais le ménage, déjà bien engagé, est en train de se terminer. L’objectif, c’est un parti 100 % pro-sioniste pour les échéances électorales à venir, en cas d’explosion en vol de Macron. Les clés du camion France pourraient être confiées à Marine Le Pen (qui a l’avantage sur Zemmour d’avoir un parti), sait-on jamais.

Mais jamais à Mélenchon, qui sent trop le vote des quartiers, l’immigration, l’islamisme, le djihadisme, bref, le terrorisme antifrançais. Ce n’est pas nous qui le pensons, c’est la théorie des amalgames lancée par les décideurs politiques et les ingénieurs sociaux à la baguette.

La victime antisémite par amalgame (VAPA) de la semaine s’appelle Manon Aubry, la députée insoumise qu’on voit beaucoup auprès de Mélenchon, et dans le parti du petit père des peuples gauchistes, c’est un signe de montée en grade. Sputnik présente l’accusée :

« La députée européenne insoumise Manon Aubry, qui avait créé par le passé une controverse avec son interprétation du racisme, a affirmé être ravie de participer à un séminaire avec la représentante démocrate américaine Ilhan Omar, ayant elle-même provoqué un tollé après ses propos jugés antisémites. L’eurodéputée de La France insoumise Manon Aubry a laissé échapper une petite phrase donnant prise à une nouvelle controverse. »

Cependant cette « figure de l’aile gauche des Démocrates » est l’auteure d’une déclaration jugée antisémite jusque dans son camp. En février 2019, Ilhan Omar, fille de réfugiés somaliens et seule élue à porter le voile islamique, avait affirmé que le soutien américain à Israël était alimenté par des financements de l’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee), le principal lobby pro-israélien aux États-Unis. Ses propos avaient été dénoncés comme antisémites, même par les démocrates et l’élue s’était vue obligée de présenter ses excuses. En janvier 2020, l’ONG Stop Antisemitism l’avait nommée « antisémite de l’année » 2019. (Sputnik)

Question : Mélenchon va-t-il devoir purger LFI de ses éléments déclarés – par l’adversaire, notez-le bien – antisémites, comme l’a fait Marine Le Pen au RN, ou résistera-t-il à l’habituelle injonction sioniste ? Par extension, que se passera-t-il quand le ménage sioniste aura été fait dans tous les partis, qu’ils soient de gouvernement ou pas ? Pourra-t-on encore appeler la France une démocratie ? Ne sera-ce pas plutôt une sionocratie ?

Les médias mainstream, eux, ont déjà été passés au scanner sioniste. D’ailleurs, mainstream veut quasiment dire pro-sioniste aujourd’hui, ou alors très peu antisioniste. Juste de quoi donner l’impression de démocratie, comme lorsque l’antisioniste de gauche Sibony intervient chez Taddeï pour fustiger la politique israélienne, ce qu’un « non juif » ne peut quasiment plus faire en télé :

Cliquez ici pour entendre une critique autorisée de la colonisation israélienne

Cet extrait est tiré de l’émission Interdit d’interdire du 20 février 2019 consacrée à l’antisionisme et à l’antisémitisme.

Au fait, pourquoi le lobby juif américain a-t-il décerné la médaille du courage à Ilhan Omar ? La réponse par i24news :

Bien comprendre qu’en l’occurrence, la « haine des juifs » n’est que l’information selon laquelle l’AIPAC influence avec son argent la politique américaine, ce qui est d’une banalité absolue. Dans son cas, Ilhan Omar a dû batailler contre un concurrent interne dans le Parti démocrate qui était financé par les personnes suivantes :

Parmi les noms dévoilés figurent les milliardaires Seth Klarman, un dirigeant de fonds spéculatifs, et Jonathan Gray, président de la société de capital-investissement Blackstone Group, ainsi que Stanley Weinstein, un ancien magnat de l’immobilier à la retraite basé à Miami. (i24news)

En 1941, il en fallait beaucoup pour être antisémite. En 2021, il n’en faut plus beaucoup, et la moindre allusion à l’influence politique du lobby sioniste, que ce soit en France ou aux États-Unis, déclenche l’ire du même lobby, en ordre de marche et parlant d’une seule voix.

Conclusion  : il n’y a pas de lobby, mais il réagit en lobby pour défendre son influence et ses privilèges. Comprenne qui pourra.

Youtube Terms of Service (ToS), this website is using of YouTube API Services and Google Privacy Policy, Google Security Setting page