Chaambi, l’anti-Zemmour : "Le PS et la poignée de sionistes nous l’ont jouée à l’envers"

E&R
06/11/2019
01:01:24

Chaambi, l’anti-Zemmour : "Le PS et la poignée de sionistes nous l’ont jouée à l’envers"

Épinglé pour ses propos très virulents contre Zemmour dimanche, Abdelaziz Chaambi est un ancien militant d’extrême gauche et une figure historique de la lutte anti-islamophobie.

Un rassemblement « Stop Zemmour » et anti-islamophobie, dimanche, devant CNews, protestant notamment contre l’antenne donnée au polémiste d’extrême droite, a rassemblé quelques centaines de personnes.

La manifestation, passée relativement inaperçue sur le moment, a fait beaucoup parler d’elle après la diffusion sur Twitter d’un montage du discours du cofondateur de la Coordination contre le racisme et l’islamophobie (CRI), Abedelaziz Chaambi, s’en prenant violemment à Éric Zemmour. Dans son tweet, Guillaume Bigot (qui se présente comme chroniqueur à BFM, Sud Radio et CNews), a fait un montage de deux minutes de la séquence et écrit : « Je vous présente "Abdelaziz Chammbi" fiché S qui traite de bâtard sioniste Zemmour. » « "Bâtard", "virus", "bête immonde" : Zemmour insulté en public par un fiché S », a ensuite titré Valeurs Actuelles dès le lendemain. « Zemmour traité de "bâtard sioniste" par un fiché S devant les locaux de CNews », reprend pour sa part I24 News.

À l’origine de ce rassemblement, le collectif StopZemmour, né d’une « initiative citoyenne de musulmans choqués par les propos d’Éric Zemmour à heure de grande écoute », ainsi que le présente Elias d’Imzalène, à l’origine du collectif et fondateur du site Islam&Info, contacté par CheckNews. « Ce comité regroupe des gens de la vie associative et militante, des avocats, journalistes ou éducateurs qui partagent une même indignation. » Parmi les orateurs dimanche, le militant Elliot Lepers, l’élu francilien Pierre Serne, l’instagrameuse Miimii Boumboum ou encore la présidente de l’association Baytouna.

« Islamophobie ambiante »

[...]

Le cofondateur de la CRI a pris la parole au bout d’une demi-heure de rassemblement. Après avoir rendu « hommage aux mamans, aux sœurs, aux filles qui portent le foulard parce que c’est un courage extraordinaire » le militant s’en prend à Éric Zemmour :

« Depuis 1989, on nous bassine avec le foulard, les mosquées, le hallal etc. qu’est-ce qu’on a fait pour changer cette réalité ? Est-ce qu’on s’est battu ? Non, maintenant il faut se battre. Il ne faut plus laisser passer. Zemmour, le virus islamophobe. Zemmour c’est un bâtard, excusez-moi le terme, engendré par un mariage incestueux entre les politiques et les médias. Ils ont fabriqué un monstre et ce monstre-là, c’est un ogre. Quand il mange des choses avariées, je caractérise ça par une bête immonde. Quand elle est nourrie de nourriture avariée, elle nous chie sur la gueule. Quand elle mange de la nourriture franco-française, elle nous chie des Caroline Fourest, des Bruckner, des Praud, des Zemmour, des Morano, des Rioufol, des Clavreul, des Bouvet, des Odoul, des Galzi, etc. Et quand ce monstre mange du couscous ou de la harissa il nous chie des Zhora Bitan, des Fadila Mehal, des Lydia Guirous, des Zineb El Rhazoui et des Sifaoui. »

« Au-delà de cette parenthèse un peu humoristique, poursuit Chaambi, il faut comprendre que Zemmour c’est un pion. Zemmour, il est enfanté par un monstre. Il faut qu’on s’attaque au monstre. Le monstre c’est-à-dire le mariage entre la politique, les médias, sous la supervision du monde de la finance. Ce sont eux qui nous détruisent la vie, qui nous pourrissent la vie, qui sont en train d’appauvrir les gens, qui sont en train de ruiner le peuple pour le capital. Honnêtement j’aurais bien aimé être là pour parler du chômage, de la crise, des guerres coloniales. Mais ils sont tellement vicieux qu’ils nous ont dicté notre agenda et les thématiques sur lesquelles on doit se battre. On doit sortir de ça. Il faut que les musulmans soient sur d’autres luttes. »

Militant d’extrême gauche

[...]

Libé le décrivait ainsi en 2013 :

« Un blouson quelle que soit la saison et une grosse voix qu’il fait souvent résonner à l’aide d’un mégaphone. Installé dans la banlieue lyonnaise, Abdelaziz Chaambi, militant depuis plus de trente ans dans les quartiers populaires, s’est imposé avec sa Coordination contre le racisme et l’islamophobie (CRI), créée en 2008. Il est à la fois l’aîné, le prolétaire et la grande gueule de la galaxie anti-islamophobie. »

[...]

La Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983, dont il a de nouveau parlé dimanche, l’a visiblement marqué. De l’expérience, il garde surtout une rancœur contre les mouvements de gauche. « Il n’a jamais pardonné la période de récupération qui a suivi », analyse un connaisseur du mouvement, en désaccord avec Chaambi.

« On connaît la musique, moi j’ai connu 1983 et la Marche pour l’égalité des droits et contre le racisme et on a vu comment le PS et la poignée de sionistes nous l’ont joué à l’envers et nous ont dévitalisé notre lutte », a-t-il dénoncé dimanche.

« J’en veux beaucoup à la gauche de cette époque, qui est de ma génération : les Dray, les Désir, ils sont aujourd’hui à la tête des institutions politiques. L’un dirige le PS, l’autre est député, l’autre sénateur, l’autre au Parlement européen, ils ont pris le champ politique et ils nous ont donné le champ de l’animation et de l’associatif », indiquait d’ailleurs Abdelaziz Chaambi à Slate en 2013.

[...]

Antisionisme militant

Comme l’écrivait Slate en 2017, l’homme se caractérise par ailleurs un « antisionisme militant ». Dimanche, il a d’ailleurs évoqué le sujet lors du rassemblement anti-Zemmour :

« Une pensée sincère pour nos frères à Gaza qui subissent un massacre depuis douze ans. Hier encore il y a eu des massacres, l’armée sioniste a bombardé Gaza, elle est en train d’étouffer un peuple, au su et au vu de tout le monde. Gaza c’est l’islam qui résiste, c’est pas l’islam qui se soumet, c’est l’islam qui se bat. »

Dans le discours de Chaambi, la dénonciation des sionistes peut intervenir au-delà du cadre israélo-palestinien. Dimanche, il a ainsi déploré « comment le PS et la poignée de sionistes » ont tué les espoirs nées de la marche de 1983. En, revanche, contrairement à ce qui a été rapporté par Guillaume Bigot dans son tweet, avant d’être repris dans certains articles, Chaambi n’a traité à aucun moment Zemmour de « bâtard sioniste » dimanche. Contacté, Abdelaziz Chaambi, assume le terme « bâtard » ainsi que le reste de son allocution : « Mes propos sont crus, abrupts, mais je les assume. »

Lire l’article entier sur liberation.fr

Le tweet controversé de Guillaume Bigot :

 

Un entretien avec Abdelaziz Chaambi en 2015 :

Youtube Terms of Service (ToS), this website is using of YouTube API Services and Google Privacy Policy, Google Security Setting page