Covid-19 : les surprises que révèle une analyse sérieuse des statistiques

E&R
08/07/2021
01:44:09

Covid-19 : les surprises que révèle une analyse sérieuse des statistiques

La mortalité en Europe

Comprendre les données de mortalité européenne pour prendre les bonnes décisions.

La nécessité de s’affranchir des biais de perception

Cet article a pour objectif d’analyser les données de mortalité de 33 pays européens afin de comprendre les dynamiques en jeu depuis plus d’un an.

Toutes les données utilisées proviennent de sources officielles :

Eurostat pour les décès et la population par âge des pays européens Insee pour les données détaillées françaises Ourworldindata pour les données de malades, décès et vaccination en lien avec la Covid 19 Médicam pour les données des médicaments délivrés les les pharmacies de ville Ecdc pour les données des mesures prises par les différents pays Toutes les données de mortalité utilisées dans cet article, sont des données de mortalité toutes causes confondues et pas uniquement des données de mortalité de la seule cause Covid-19. En effet pour considérer qu’une maladie est mortelle, il faut qu’elle ait un impact sur la mortalité générale, et pas uniquement compter les décès de personnes qui en sont porteuses. Chacun conviendra que cela n’aurait aucun sens statistique de compter les décès survenus après la dégustation d’une glace à la vanille. Pourtant en le faisant nous verrions une forte augmentation de ces décès l’été, uniquement parce qu’en France 1500 personnes décèdent tous les jours l’été, et qu’à cette période, elles dégustent plus souvent des glaces à la vanille. Il s’agit de ce que l’on appelle un biais de perception.

Le fait de présenter en permanence des statistiques de mortalité de personnes porteuses de la Covid induit un biais de perception. Il laisse imaginer que ce virus est la seule cause de mortalité aujourd’hui sans jamais confronter ces décès au nombre de décès habituels de chaque pays. Dans ce contexte, il est impossible de réaliser une recherche raisonnable des causes de décès depuis mars 2020 : c’est la Covid-19 qui s’impose et rien d’autre n’est envisageable. C’est le contraire d’une démarche scientifique.

Pour cette raison, cet article se base uniquement sur les décès toutes causes et met en lien les différents évènements et choix qui ont été pris dans les différents pays, afin de chercher des causes de décès sans biais préalable.

Les données des décès toutes causes sont étonnamment et malheureusement beaucoup plus difficiles à trouver. On ne peut qu’être surpris de constater qu’elles ne bénéficient pas de la diffusion des statistiques de la Covid et ses nombreux sites internet redoublant d’interfaces graphiques. Elles doivent être téléchargées sur des sites spécialisés et retravaillées pour les rendre exploitables. Elles sont pourtant les seules permettant une analyse objective de la situation. Il “suffirait” pourtant à des sites tels qu’Ourworldindata de se “brancher” sur les sites officiels de dépôts de données statistiques tels qu’Eurostat pour proposer des graphiques et animations éclairant le débat sur de nombreux sujets. Eurostat propose même une interface de programmation d’application (API) permettant à toute personne de télécharger et d’utiliser n’importe quelle base de données.

Concernant Ourworldindata, il ne s’agit pas d’un problème de “place” puisque le site héberge déjà 300 thèmes et plus de 3000 visualisations de données. Il s’agit d’un choix éditorial. Les thèmes et graphiques proposés dans tout exercice de communication correspondent à des choix discutés et validés. Sur Ourworldindata, les données mises en valeur sont actuellement représentatifs des centres d’intérêts politiques et médiatiques aujourd’hui : croissance de la population, espérance de vie, pollution, dépenses gouvernementales, corruption et bien évidemment Covid-19. Il s’agit bien d’un site de communication dont l’enjeu est de convaincre (ou persuader), et non pas un site de recherche dont le but est de questionner pour comprendre.

Cet article présente en première partie le bilan de l’année 2020 pour montrer que dans sa globalité, cette année est loin d’être exceptionnelle du point de vue de la mortalité. Ce résultat est confirmé pour tous les pays d’Europe pour lesquels nous avons des données de population et de décès.

En seconde partie, cet article présente les décès semaine après semaine de tous les pays européens. Pour comprendre les dynamiques en jeu, 3 périodes de mortalité liées à la Covid-19 seront étudiées :

la période de mars-avril 2020, spécifique à un nombre restreint de pays européens la période d’octobre à décembre 2020 qui présente une hausse des décès inhabtiuelle la période depuis début 2021 qui présente un rebond de mortalité lui-aussi inhabituel Nous verrons que dans les 3 cas, la mortalité est liée non pas à la seule présence d’une nouvelle maladie, mais directement aux choix de politiques sanitaires pris. Dans tous les cas, la croyance dans des modèles de propagation épidémique a induit les pouvoirs publics en erreur. La lutte contre la propagation au détriment de la qualité des soins s’est finalement révélée catastrophique. Cette expérience prouve que les modèles épidémiques utilisés sont déconnectés de la réalité et que seule la qualité du soin prévaut. Au regard des données collectées de mortalité, nous questionnons la stratégie de santé mise en place depuis plus d’un an, du port du masque au confinement total et jusqu’au pari vaccinal au détriment du soin classique.

Sommaire de l’étude  :

1. Du point de vue de la mortalité, l’année 2020 est comparable au reste de la décennie pour une majorité de pays d’Europe

1.1 Quelques rappels pour la France : l’importance du vieillissement de la population

1.2 L’année 2020 en Europe : Une année dans la norme pour tous les pays

1.3 La mortalité en Europe : le pays de résidence bien plus déterminant que l’année

1.4 Une baisse de mortalité aujourd’hui n’entraîne pas une baisse de la mortalité demain

1.5 La chute de l’espérance de vie n’est qu’une autre manière de présenter le même résultat

2 Des pics de mortalités à relier aux décisions prises depuis 2020

2.1 La mortalité hivernale n’est pas un phénomène de propagation

2.2 le pic de mortalité de mars-avril 2020 ne concerne que peu de territoires

2.3 Le lien entre les mesures françaises et les variations de mortalité

2.3.2 La mortalité des infections respiratoires aiguës telle que la Covid-19

2.3.3 L’accélération artificielle des décès

2.4 Le pic de mortalité précoce d’octobre 2020

2.5 Le rebond de mortalité depuis début 2021

2.5.1 La Hongrie, pays test de la politique vaccinale à grande échelle

2.5.2 L’étude des autres pays européens confirment l’analyse

Lire l’étude complète sur le site Mondialisation.ca

Youtube Terms of Service (ToS), this website is using of YouTube API Services and Google Privacy Policy, Google Security Setting page