Des restaurateurs entrent en résistance contre le pass sanitaire : "on n’est pas de la police !"

E&R
13/07/2021

Des restaurateurs entrent en résistance contre le pass sanitaire : "on n’est pas de la police !"

Les professionnels de la restauration accueillent la nouvelle avec abattement, parfois avec colère. À Paris, Alain Fontaine est plutôt résigné. Le patron du restaurant Le Mesturet a abandonné ses fourneaux pour écouter le message du président de la République. Immédiatement après, il réagit et estime que « ça va être compliqué, nous ne savons pas faire ça. Nous allons nous substituer à, au pire des vigiles, au mieux des gendarmes. Le pass sanitaire va être quelque chose de beaucoup compliqué, va amener des conflits aux portes des lieux de vie, des cinémas, des terrasses des cafés et des restaurants ». (France Info)

Les restaurateurs viennent de prendre un coup de poignard dans le dos de la part de Macron. Pour les 1 500 000 soignants, c’est encore pire : certains envisagent de démissionner. La Macronie, c’est l’anarchie !

 

C’est la dictature tous azimuts pour une grippe, du jamais vu. Macron veut un bras de fer avec la nation, il l’aura.

À partir du mois d’août, le pass sanitaire sera obligatoire pour entrer dans les centres commerciaux, les cinémas, les théâtres, et pour boire un verre ou manger dans les cafés et restaurants, comme l’a annoncé le chef de l’État, Emmanuel Macron, dans une allocution diffusée lundi 12 juillet.

« Qui va faire la police ? »

 

Le pass sanitaire, cette infamie, est une mesure inapplicable. Non seulement parce qu’elle est moralement et constitutionnellement scélérate, qu’elle n’a aucune utilité en matière de santé publique (l’immunité collective s’acquiert par l’exposition au virus et par le soin apporté immédiatement, et on souligne immédiatement, aux personnes malades, et non uniquement atteintes puisque tout le monde ou presque l’est), mais elle est en train d’infliger le coup de grâce à deux professions rudement secouées ces derniers temps : les soignants, et les restaurateurs. Et Dieu sait si les Français ont besoin des deux.
Visiblement, les désirs du Petit Dictateur vont avoir du mal à devenir réalité...

Daniel Dequatre, patron du restaurant Le Monsigny, à Paris, est beaucoup plus en colère. Il rappelle que « cela fait deux ans que c’est la misère. Avant de retrouver le chiffre d’affaires de 2019, on va devoir attendre 2022 ou 2023. Et là, on nous met le pass sanitaire... Moi, je ne suis pas de la police ». Il veut se rebeller contre la mesure et assure que ses clients « rentreront quand ils voudront, et je ne leur demanderai rien » !

 
 
Youtube Terms of Service (ToS), this website is using of YouTube API Services and Google Privacy Policy, Google Security Setting page