En bref Mercredi 24 juin de l’an de grâce 2020

E&R
24/06/2020
08:57

En bref Mercredi 24 juin de l’an de grâce 2020

Black Ass Matter

 

Allez, on va arrêter de parler de la Touffe (l’Estouffe en vieux françois) et passer aux choses sérieuses. Cependant, si on était communautaires et racialistes à la l’Estouffe, on penserait à donner aux enfants et aux jeunes de la Noirance – la communauté noire – d’autres héros, pas juste des délinquants, quelque chose de plus grand, ou alors un ex-délinquant comme Malcolm X devenu homme politique, même s’il n’a pas été élu, ou un Louis Farrakhan, un gosse de rien qui fera du violon, fréquentera les meilleures écoles (parce qu’il était doué), et qui croisera un jour la route de Malcolm X.

Jewstice pour Assa Traoré !

Un croisement qui finira mal, puisque MX finira flingué et qu’on accusera des types de la Nation of Islam de Louis... Mais il y a peut-être un shunt de la CIA qui, dans les années 60, descendait ou faisait descendre les leaders noirs les uns après les autres. Remarquez, les leaders blancs aussi, pourvu qu’ils fussent contre le pouvoir profond, le lobby militaro-industriel, la nucléarisation d’Israël, tout ça...

Guy Carlier avait écrit un jour une chanson, Y a pas que les grands qui rêvent, chantée par une petite fille, Melody. On pourrait écrire Y a pas que les Noirs qui morflent, car les infirmières, après avoir subi les injonctions douteuses de la bande Buzyn-Lévy-Salomon-Tedros-Gates, sont retournées dans la rue se prendre des pavés de CRS dans la gueule.

Et quand on est un Blanc, on morfle beaucoup plus que les Noirs parce qu’on n’a pas le bouclier du racisme pour se défendre. La preuve : les soutiens d’Assa Traoré ont-ils été cognés aussi fort que les Gilets jaunes ? Loin, très loin de là.

JPEG - 73.1 ko
Tout le monde n’a pas la chance d’être noir !

Mais le meilleur bouclier reste celui de l’antisémitisme, il permet de faire tout ce qu’on veut et, quand vient le moment de payer pour ses actes illégaux ou amoraux, tchac, on brandit le bouclier et toute l’ardoise est effacée. Malheureusement, seule une infime minorité d’êtres humains a droit au bouclier d’or. L’autre, celui des Traoré, est en argent, mais c’est déjà pas mal. Celui des Français est en plomb. Non seulement il est lourd et mou, mais en plus il est dangereux pour la santé de son porteur, pareil pour les dents.

JPEG - 59.1 ko
Choc des cultures

Quand les Blancs parlent des Noirs, ils prennent des pincettes, par peur d’être taxés de racistes. Nous on n’en a rien à foutre, on dit ce qu’on pense, selon une ligne qui est toujours la même : pas de tribalisme, l’intérêt général avant tout, du vrai républicanisme pas vérolé par les loges et les lobbies. Qui justement supportent tous les mouvement tribaux, antinationaux, au détriment de toute justice.

Et donc on ne se fout pas de la gueule des Noirs, mais des racialistes noirs ou blancs, de ceux qui font de la noiritude une qualité ou un défaut. C’est la même salade : ceux qui trouvent que les Noirs sont des animaux sont aussi cons que ceux qui trouvent que black is beautiful. Y a qu’à regarder la sale tronche du George Floyd, ça sent pas vraiment le héros qui vole au secours de la veuve et de l’orpheline (d’ailleurs il en laisse deux sur le carreau), c’est même le contraire : pointer un flingue sur le ventre d’une femme enceinte pour la braquer, la preuve d’une sous-humanité absolue.

PNG - 594.6 ko
Les identitaires noirs nous envoient une équipe !

La pauvreté n’excuse pas tout. Regardez, nous, on est pauvres mais on a de la morale. C’est vrai qu’on aimerait bien être un peu moins pauvres avec un peu moins de morale, mais on n’a pas le choix, la dissidence, ça rapporte... que des emmerdes ! Il faut croire qu’on aime ça... Mais y a t-il un vrai et noble combat sans emmerdes, sans coups à prendre ?

On vous laisse réfléchir à la question, on quitte la vallée de larmes communautaires et on élève son âme. Pour nous détendre, on a feuilleté La Charente libre et on a trouvé des perles. C’était juste au moment du déconfinement décidé par les escrocs du ministère de la Santé :

Ça c’est de la presse, bon sang ! Ensuite, comme dans Le Parisien, il y a l’inévitable micro-trottoir : le canard interroge des gens qui nous ressemblent, c’est l’exercice pluraliste de la page 3. Du coup on a trouvé Joachim et Marianne, qui ont donné leur point de vue sur le déconfiturage :

Le Joachim, il plaisante pas. C’te bon voisin sympa que ça doit être ! Joachim, pour vous dire, dans 20 ans, il respecte encore les gestes barrières, il prend son pain chez la boulangère avec une pince de 2m50, masque FFP2 sur le nez et gants Mapa jusqu’aux épaules. Voilà ce que nos responsables de la santé nationale ont produit, voilà aussi ce que nos dirigeants voudraient que nous soyons : tous Joachim ! Je suis Joachim, toi aussi, toi, toi, nous !

Il y a un nom en français pour les Joachim, mais ici c’est une rubrique pacifique, c’est pas écrit défouloir. Quoique... non rien. Il faut dire, et là on défend le Joachim, que beaucoup de Français, toutes couleurs confondues, ont été désorientés par l’épisode de la grosse encule du Covid, puisqu’il faut parler vrai. C’est par paresse qu’on fait pas de circonvolutions mentales, c’est chiant d’écrire des longues phrases de merde pour ne rien dire ou pour dire toujours la même chose, on pense au Monde, au style ampoulé (bande d’ampoulés !) des diplômés de Sciences Pot, aux tribunes branlo-centrées des tocards foudroyants de l’EHESS (ah, on adore leur mettre la pâtée, à eux, sérieux, jamais la vie d’ma grand-mère on a vu un truc solide sortir de cette école prestichieuse, jamais !), c’est par paresse qu’on dit la vérité, ou du moins ce qui s’en rapproche. Pas trop le temps de mentir, c’est barbant de mentir. Et puis faut dire qu’on n’est pas trop subtils non plus.
Donc le mélange de paresse intellectuelle et de manque de subtilité (on appelle ça la lourdeur), ça donne le parler vrai, ou l’écrire vrai.

Regardez cette pauvre Tâché : il ment, mais ça lui réussit pas. On dirait le petit neveu de Proust qui remonterait de la cave, un peu groggy, marchant en canard...

Sinon mentir, d’accord, mais pour déconner ! L’humour est une forme de mensonge mais qui paradoxalement fait se rapprocher de la vérité. On ment pour déconner, pour mettre l’ambiance, pour que tout le monde se sente bien. Par exemple ça c’est un mensonge qui fait rire :

Pourquoi un mensonge ? Parce que jamais les Roms n’iront sur la Lune. Et vous savez pourquoi ?

Eh bien parce qu’ils n’ont pas les moyens de construire une fusée. Où sont leurs savants ? La NASA rom ? Le centre de recherches spatiales ? Dans une caravane ? Bon, en même temps, que ce soit des Roms ou des Amerloques, il n’y en a pas un capable de passer la ceinture de Van Allen.

OK, il a fait la vannasse de débutant, mais ensuite il se rattrape.

Attention ! Nous venons de regarder jusqu’au bout, et sommes sincèrement désolés pour cette vidéo anticomplotiste. Nous avons cédé à la pression de Rudy IIIe Reichstadt. La ceinture de Rudy nous étrangle, on étouffe, on étouffe !

JPEG - 102.7 ko
Y a pas que le Sud qui morfle...

Question : le sionisme est-il une milice qui étouffe le peuple français à terre ? Vous avez 4 heures.

Bonus : les Noirs peuvent-ils être méchants ?

 
Youtube Terms of Service (ToS), this website is using of YouTube API Services and Google Privacy Policy, Google Security Setting page