En bref – Mardi 6 juillet de l’an de grâce 2021

E&R
06/07/2021
07:19

En bref – Mardi 6 juillet de l’an de grâce 2021

Le 4 juillet, c’est le 14 juillet américain, leur fête d’indépendance contre la perfide Angleterre. C’était il y a presque 250 ans. Aujourd’hui, le peuple américain peut fêter son indépendance de toutes les façons possibles, il l’a perdue : l’Anglais a été remplacé par le pouvoir profond, qui se planque derrière les institutions ou organisations que sont le Pentagone, la Réserve fédérale, la presse de la cote est, le lobby sioniste, le renseignement, les GAFAM de la côte ouest et l’armée. Dans cette constellation, chacun tient son rôle, et le président doit faire semblant de détenir le pouvoir, alors qu’il obéit à cette arborescence non étatique.

Il n’obéit pas au peuple, oh que non, et c’est pareil chez nous. La dangereuse démocratie, dans les deux cas, a été digérée par la dominance qui a su la tourner à son avantage. Du coup, les gens, même s’ils n’ont pas bien compris la mécanique de l’arnaque à travers tous les écrans officiels et non officiels, ne croient plus trop à la démocratie, au système parlementaire : ils sont de moins en moins à voter. Là-bas, au pays de l’Oncle Sam et de l’Oncle Tom, un habitant sur deux seulement se déplace lors des élections. Nous dirons qu’ils ont compris un peu avant nous les système de captation du vote par l’oligarchie. Chez nous, quel que soit le président, c’est toujours le même merdier. C’est donc qu’il y a un loup. Et le loup, c’est le pouvoir profond.

Après cette pompeuse introduction, qui a le mérite de replacer les petites choses dans les grandes, les pièces dans le puzzle, les infos dans the big picture, on peut passer aux choses non sérieuses. Et la première chose non sérieuse, c’est la montée au firmament du frère Bertrand.

Frère Xav, c’est réglé. Après lui, on a la délichieuse Amélie de Montchalin, un nom à dormir dans un château hanté par la technocratie néolibérale.

 

Les présentateurs abusent du qualificatif « glaçant », on pense qu’il sied à merveille à la Montchalin. Elle non plus ne plaisante pas avec le vaccin : son autorité naturelle nous a collés au mur, à peine avait-elle terminé son plat d’injonctions qu’on a été s’inscrire pour la piquouse Bourla. Comme quoi, l’autorité, ça marche. Les mères de familles résignées montrent l’exemple :

 

BFM a le chic pour trouver toujours les bonnes personnes qui correspondent au discours du gouvernement, c’est une chance. Mais parfois, le mur de la propagande se fissure, et laisse filtrer un filet de vérité...

 

Karma...

On a fait frère Xav, la Montchalin, ah, il manque Thomas Porcher. Thomas, le grand public ne connaît pas trop. Cet économiste atterré a étonnamment mis son poids dans la balance oligarchique pour forcer les Français en bonne santé à choper la Bourla.
Nous qui sommes vigilants, avons retrouvé son injonction, mais aussi le prix de son injonction. Car dans ce bas monde des RS, rien n’est gratuit. Comme Lechypre, Thomas voulait « rendre la vie difficile aux non vaccinés » (il a effacé sa vidéo mais il reste le squelette) :

 

Maintenant, c’est lui qui semble avoir une vie difficile, et on compatit : c’est pas marrant d’avoir la meute sur le dos.

 

Quelle idée aussi de mettre un coup de pompe dans la sphère antivax, très puissante sur les RS, malgré la censure. Mais la désormais difficile vie de Thomas n’est rien par rapport à celle de Lechypre, qui lui, vient de s’interdire à vie toute sortie au milieu des gens. Il est même devenu un mème.

« Sac à merde, c’est une insulte ? »

Pour ceux qui en auraient marre de vivre dans la dystopie macroniste, il y a la vie rêvée des anges à tête vide.

 

Le bonheur dans l’oubli et la consommation, c’est une solution. La tête dans le sable, ce mix entre la fuite et l’inhibition de l’action, pose un seul problème : ça laisse les fesses à l’air. Et dans ce monde de brutes et de prédateurs, un cul à l’air, comme au cap d’Agde, ça reste rarement inoccupé.

Pour réussir à vivre dans l’oubli de tout ce merdier, avec la pilule bleue, le steak saignant, la négation de la conscience, une chose est nécessaire : tuer l’Indien dans l’enfant. C’était le programme des autorités canadiennes, et c’est aussi le nôtre, toutes proportions gardées, dans l’école publique.

 

Bolossé, Bolloré...

Restons dans le karma. Une chose inédite s’est produite : l’agent socialo-sioniste Patrick Liste Noire Cohen, bien connu de la fachosphère, s’est mué en résistant à la bollorisation de la station Europe 1. On sent qu’il ne s’agit pas que d’information... Et l’explication de Liste Noire vaut son pesant de shekels :

 

Lui qui n’a eu de cesse de mépriser tout le camp national, donc d’entretenir la fracture artificielle entre gauche et droite, extrême gauche et extrême droite, le voici soudain du mauvais côté de la barrière sociale... Il connaîtra le sort de Julien Dray et de tant d’autres, qu’on peut appeler les paléosionistes. La ligne a changé, Pat, tu ne seras plus commissaire politique, ce job cool bourré d’avantages, la démocratie et les places juteuses confisquées par une minorité, la purge approche.

Globalement, tous ces agents oligarchiques ne se rendent pas compte de la violence de leurs propos, tant ils se croient légitimes. Et la violence, elle est comme un chien : elle revient toujours chez son maître. Désormais, Thomas, Amélie et Patrick pourront goûter à leur deuxième vie.

Adieu, Pat...

Youtube Terms of Service (ToS), this website is using of YouTube API Services and Google Privacy Policy, Google Security Setting page