En bref – Samedi 29 mai de l’an de grâce 2021

E&R
29/05/2021
47:45

En bref – Samedi 29 mai de l’an de grâce 2021

 

Si ça se trouve, un psy dormeur, c’est moins cher, non ? En tout cas, ce psy va perdre des clients. Même dans les pires moments, on peut trouver un truc positif, un réconfort, une issue. Sauf quand on sort de la salle des tortures de la Loubianka pour être dirigé, en claudiquant, dans la salle des exécutions : là, c’est cuit de chez cuit. Les miracles existent, mais il faut parfois aller les chercher, au bout de soi, comme cette dernière minute, cette dernière seconde, il y a 21 ans...

Encore meilleur : la même chose en VO, côté italien :

Et de l’autre côté des Alpes, en VF :

On refait un tour en Italie avec le miracle – tout dépend de quel côté on se place – du petit Eitan, seul survivant de la chute du téléphérique. Miracle pour lui, pas pour les 14 autres, évidemment. Mais dans les autres, il y avait presque toute sa famille...

 

Continuons dans le miracle, mais plus léger, avec deux gros nazes, Mcfly & Carlito, qui ont eu l’honneur d’assister à un concert d’Ultra Vomit, le groupe de fake metal, dans les jardins de l’Élysée. Suite à un pari, le Président le leur avait promis, s’ils atteignaient les 10 millions de vues avec une vidéo faisant la promo des gestes barrière... C’est donc un chez d’État qui tient ses promesses, non ?

Honnêtement, on n’a pas regardé, ce truc s’adresse surtout aux enfants et aux analystes politiques mainstream, c’est-à-dire de bas étage, qui vont nous ressortir le rabaissement de la fonction et autres platitudes.

 

Par contre on a écouté l’analyse de Laurence Benhamou, qui a l’insigne honneur à l’AFP de marquer le Président à la culotte. Rien de notable, pourtant, en 39 secondes. Elle aurait pu dire la chose essentielle, et en même temps assez méprisable, que Carlito est un fils de, celui de Guy Carlier...

 

L’axe Carlito-Carlier-Fogiel-Macron, cette colonne vertébrale biscornue, c’est le résumé de notre République bananière, et parfois Banania. Un Fogiel qui nous a bien fait rire avec sa noble définition de BFM TV :

 

Même pas la peine de commenter. Une fois qu’on est lancé dans le délire, la désinformation, le quasi-mensonge, pourquoi s’arrêter ? Et après, ce genre de pro de la propagande peut se moquer des platistes, ces trois fêlés qui pensent que la Terre est plate comme Audrey Fleurot avant son opération.
Des platistes bien pratiques pour la paire Mendès & Reichstadt, qui sont à la politique ce que Mcfly & Carlito sont à l’humour, histoire de se placer sans risque dans le camp de l’Intelligence...

C’est comme si on jugeait le lobby sioniste à l’aune des sorties d’Habib ou d’Hanouna, on est quand même plus sérieux que ça, sur E&R. C’est le moment de placer un interlude, de détendre le lecteur, de le préparer pour la pub...

 

Pub pour la Ligue contre le cancer !

 

Axel Kahn, c’est ce grand ponte de la médecine allopathique qui a participé à la psychose sur le covid, cette fabrication médiatique, cet hologramme cérébral. Bien-pensant au possible, sûr de lui et vaccinateur, à la tête de la Ligue anti-crabe, il révèle soudain qu’il en est atteint, et en phase terminale. Depuis, son melon n’a pas désenflé, mais personne n’a dit qu’il fallait être humble devant la mort. Axel distille des « vérités » plutôt bateau, montrant son peu d’imagination, ce qui est logique quand on fait dans la médecine oligarchique :

« Rien à faire, le monde est beau et laid ; ont y trouve le Bien et le Mal. Les gens sont magnifiques et désolants. Pas le choix, on est au monde. Sauf lorsqu’il reste peu à vivre. Impossible de tout faire et connaître. Alors on choisit. Assez confortable, en somme. »

Mais Axel, c’est aussi la sortie politique hasardeuse du 12 février 2019, lors d’un prétendu regain de l’antisémitisme :

Temps de plomb. Quenelles, « ils nous gazent comme des putains de juifs », « Juden », horreurs nazies sur le beau visage de Simone Veil, plaque et arbres en souvenir d’Ilian Halimi dédradés, complotisme antisémite, etc. Les temps jaunes font sortir les démons de leurs tanières.
Soral, quel horrible islamiste. Des centaines de milliers de fidèles sur les réseaux.

Tout semble permis à cet oligarque pro-vax, qui fustigeait en 2019 les Gilets jaunes :

Les antisémites, pas de vrais GJ. Les incendiaires de demeures d’élus, de préfecture, de scooters et voitures, les assaillants de l’AN pas plus. Pas non plus les tabasseurs de journalistes, les bloqueurs de journaux. Mais alors, les vrais, c’est qui ?

 

On reste dans le Kahn avec le livre d’Anne, qui fait la une de Paris Match, ouvrage poignant sur sa souffrance rétroactive lors de son couple avec Dominique, le maudit :

 

C’est fou le nombre de femmes qui, après la rupture, découvrent qu’elles vivaient avec un PN (pervers narcissique), un monstre. La mode des (hommes) salauds et des (femmes) innocentes passera, comme toute mode.
Beaucoup de monde aujourd’hui revendique une souffrance, cherchant à obtenir un avantage politique, matériel. La vraie souffrance, elle, veut être soignée. Pas échangée, ni vendue.

Youtube Terms of Service (ToS), this website is using of YouTube API Services and Google Privacy Policy, Google Security Setting page