La chair est faible, mais le verbe aussi

E&R
12/08/2019
06:00

La chair est faible, mais le verbe aussi

Les réseaux sociaux sont la plus grande invention depuis la roue en feu car les humains s’y lâchent comme jamais et cela donne de grands moments de vérité. Ceux qui s’expriment sans contrainte dans la chaleur de l’émotion dévoilent leurs pensées profondes. Il y a tant d’occasions de donner des leçons, de démolir l’Autre, de haïr son ennemi qu’il est difficile de résister à la tentation. La chair est faible, mais le verbe aussi. Comment peuvent-ils ne pas s’en rendre compte ? La vanité. Twitter est un micro ouvert sur le monde et quand elle se retrouve devant un micro, la pensée peut prendre le pas sur la parole et l’inconscient sur le conscient.

Thierry de Cabarrus est un journaliste mainstream (oxymore) devenu célèbre (grâce à nous) lors d’un spectacle de Dieudonné à Roubaix. Cet auxiliaire de police politique avait averti les autorités que la salle avait été louée sous un faux nom. Malheureusement, le mouton noir du CRIF avait réussi à jouer et Thierry en avait été tout retourné. Une tendance à la délation qui ne s’est pas éteinte, faut croire que c’est ancré profond...

 

Dans la même veine haineuse, la splendide Hélène Pilichowski, pour les naïfs qui croient que les femmes ne sont qu’Amour & Douceur :

 

Epstein a disparu, exfiltré en enfer ou en Israël – ce qui revient au même –, et il faut absolument tenir les murs, car un financier juif international à la tête d’un réseau pédocriminel, ça fait beaucoup pour un seul lobby. La mule est trop chargée, elle risque de basculer dans le ravin, et personne ne tentera de la retenir. Alors Tristan Mendès France, le petit-fils de, intervient avec toute sa lourdeur anticomplotiste primaire :

 

Tiens, y avait longtemps qu’on n’avait plus eu de nouvelle de la Foresti, depuis qu’elle s’est pris le bec avec Jamel dans le tournage de leur navet commun... Elle nous revient en pleine forme pour nous faire une Madonna, souvenez-vous, le vieux thon décati avait promis en novembre 2016 « If you vote for Hillary Clinton, I will give you a blowjob » (si vous votez pour Hillary Clinton, je vous ferai une fellation). Ce n’est pas ce que propose Florence mais trois ans après, tenter de revenir en grâce (on l’a pas entendue pendant la révolte jaune) en poignardant Trump, c’est d’une élégance...

 

Madonna, transition toute trouvée avec la Cotta, qui fut très proche de Mitterrand, mais qui n’a pas hérité de sa retenue et la finesse de sa perfidie légendaire...

 

Des fois on pourrait penser que Laideur va de pair avec Connerie, mais c’est une impression seulement, une facilité d’esprit. Regardez, Brad Pitt est un beau mec mais il est la marionnette d’Arnon Milchan, l’utrasioniste d’Hollywood. En tout cas, le médiocre dramaturge Ribes incarne toute l’élégance du gauchisme culturel subventionné :

 

Regardez, cette « journaliste » est jolie mais elle ne dit malheureusement que des âneries, il n’y a donc pas de corrélation entre Beauté et Intelligence (preuve par l’absurde).

 

Joe, lui, est tout en haut de la chaîne alimentaire des grands prédateurs US (il est le favori des primaires démocrates pour 2020) mais ça ne l’empêche pas de fourcher. En même temps c’est pas vraiment un lapsus, quand on connaît la corrélation entre les problèmes sociaux et le retard éducatif des enfants des familles noires pauvres aux États-Unis... Sauf que Biden est censé être de gauche, enfin, à l’américaine quoi.

 

Conclusion ?

À force de prendre les gens pour des cons, de leur mentir, de leur dire quoi penser, de leur dire ce qui est bien et mal, surtout quand c’est archifaux ou con comme la mort, de leur mettre des coups de bâtons et de fouet dans la gueule, ça va mal finir. Ne jamais marcher sur la queue du lion. Tout cela nous promet un avenir proche rock and roll.


Vous aimez les articles d’E&R ?
Participez au combat journalier de la Rédaction
avec le financement participatif :