La psychiatre Muriel Salmona attaquée par Causeur pour sa thèse soralienne sur Outreau

E&R
26/03/2021
01:53:22

La psychiatre Muriel Salmona attaquée par Causeur pour sa thèse soralienne sur Outreau

Causeur a repris la tribune – d’une centaine de magistrats, avocats et thérapeutes diffusée dans Le Monde – qui mettait en garde les lecteurs contre les thèses de Muriel Salmona, la psychiatre pour qui les enfants d’Outreau n’ont pas été entendus. Elle est une partisan de la parole de l’enfant, opposée en cela à la partie adverse qui considère que l’enfant peut au mieux fantasmer, au pire mentir, dans les cas d’inceste difficiles à prouver.

Le mensuel d’Élisabeth Lévy prend le parti de défendre la justice d’Outreau, c’est-à-dire la négation globale de la parole de l’enfant. Si Causeur sort ses griffes, c’est parce que la thèse de Muriel Salmona serait proche du livre de Thomet sur Outreau édité par Kontre Kulture, la maison d’édition d’Alain Soral. L’introduction de l’article du mensuel national-sioniste dit tout :

« Pour notre enquêteur Erwan Seznec, qui lui consacre tout un papier titré “Les liaisons dangereuses de Muriel Salmona”, cette psychiatre est entourée de militants qui sacralisent la parole de l’enfant. Ce sont peu ou prou les mêmes qui estimaient, dans l’affaire d’Outreau, que plus le témoignage d’un enfant est contradictoire, plus il est fiable.

Par exemple, Marie-Christine Gryson-Dejehensart, avec qui Muriel Salmona a cosigné un livre (Danger en protection de l’enfance), est une experte qui n’a jamais eu un mot pour les 14 innocents d’Outreau qu’elle a contribué à mettre derrière les barreaux, et qui se réfère fréquemment à une contre-enquête fleurant bon le complotisme et publiée par la maison d’édition d’Alain Soral. »

 

Les défenseurs des « 14 innocents », dont certains ont pourtant violé des enfants !, sortent la carte pratique « complotistes » pour dénigrer la thèse adverse. En cause, la théorie du refoulement et de l’amnésie traumatique, qui ne serait pas « scientifique ». Mais quand c’est Causeur qui « enquête », c’est forcément scientifique !

Peggy Sastre démontre dans un papier remarquable (« Muriel Salmona, la psy qui traumatise ») que les notions d’« amnésie traumatique » et de « refoulement » sont dénuées de fondement scientifique. Elles constituent pourtant un écran derrière lequel Muriel Salmona promeut des thèses dangereuses.

Un des grands torts de Salmona, outre sa thèse proche du livre de Kontre Kulture sur le sujet, c’est le nombre trop grand de ses invitations à la télévision, ce qui ne devrait pas rendre Élisabeth Lévy jalouse, puisqu’on la voit partout et toujours, elle aussi, notamment sur CNews où elle a un strapontin. Mais visiblement, il n’y a de la place que pour la thèse officielle, celle des enfants menteurs et des parents innocents, heureusement secourus, à l’époque, par le grand pénaliste Dupond, devenu Dupond-Moretti pour la galerie.

Pour ceux qui ne sont pas abonnés au Monde, nous publions le verbatim de Salmona dans sa vidéo choc sur Brut le 14 janvier 2021. Mais d’abord, la réaction outrée des défenseurs de la « justice » :

« Ce message, qui se veut protecteur, devient délétère par la prévision quasi inéluctable d’agressions sexuelles criminelles menaçant tous les enfants, mais aussi en déconsidérant les adultes et les institutions. »

On sent bien que c’est l’institution qui se défend, qu’elle défend plus l’institution que les enfants, alors qu’elle a clairement failli – et parfois pour d’obscures raisons internes – et depuis des lustres sur les grandes affaires de pédophilie et d’inceste ! On ne reviendra pas sur toutes les enquêtes relatives à des pédocriminels seuls ou en réseau laminées par les magistrats...

« À toi, future victime d’inceste, je suis désolée car tu vas subir un viol commis par l’un des membres de ta famille. C’est intolérable. Tu as certainement moins de dix ans. Je ne sais pas dans quelles circonstances ça va se passer mais ton beau-père, ton père, ton frère, ton oncle reviendront certainement plusieurs fois. Peut-être que certains membres de ta famille comprendront ce qu’il se passe mais ils choisiront de ne rien dire pour se ranger du côté de l’agresseur, pour ne pas briser la famille, pour ne pas faire de vague et tu resteras seule.

Tu seras une des 6,7 millions de personnes qui ont subi l’inceste en France. Aujourd’hui, on sait qu’une fille sur cinq et un garçon sur treize subissent des violences sexuelles dont la moitié sont incestueuses. Je suis désolée pour toi car si rien n’est fait pour te secourir, te protéger, te soigner, cet inceste aura des conséquences très lourdes sur ta santé et sur ta vie. Tu as 50 % de risque de faire des tentatives de suicide, des dépressions à répétition, d’avoir des troubles alimentaires, des troubles du sommeil, des conduites addictives. Tu risques d’en souffrir toute ta vie. Tu risques de vivre dans la peur, peur de l’agresseur, peur de subir à nouveau des violences, peur de tout.

Je suis désolée pour toutes les conséquences que ça peut avoir sur ta vie professionnelle, sur ta vie amoureuse, sur ta sexualité.

Ce sera très difficile mais tu essayeras de parler, d’appeler au secours mais il y a de grands risques qu’on ne t’écoute pas et qu’on ne te protège pas. Tu devras survivre seul aux violences et à leurs conséquences psychotraumatiques. Tu penseras que c’est toi qui n’es pas normale alors que tous ces symptômes, toutes ces difficultés sont directement liées aux violences et en sont les conséquences normales et universelles.

Si tu es une des rares victimes d’inceste qui arrivera à porter plainte, la police pourra essayer de discréditer ton témoignage. Elle te reprochera des comportements qui sont pourtant la preuve de ton traumatisme comme le fait d’avoir été sidérée, paralysée au moment des violences. Pendant des années, tu oublieras peut-être ce qui s’est passé. Ton cerveau, pour que tu puisses survivre aux violences, disjonctera, créera une anesthésie émotionnelle qui sera responsable d’une amnésie traumatique qui t’empêchera de retrouver tes souvenirs. Et puis, un jour, quand tu seras enfin protégée, tu sortiras de cette amnésie traumatique et tu pourras dénoncer les violences que tu as subies.

Mais à ce moment-là, tu auras peut-être dépassé les délais de prescription pour obtenir justice. Il sera trop tard. De toute façon, si tu arrives à dénoncer cet inceste à temps, dans trois quarts des cas, ta plainte sera classée sans suite. Au total, dans neuf cas sur dix, ton agresseur ne sera pas jugé. C’est ce qu’on appelle une impunité quasi totale.

Nous ne voulons pas ça pour toi. Nous allons tout faire pour que tu ne vives pas cet enfer, tout faire pour que tu ne subisses pas ces viols, tout faire pour que tu ne subisses pas ces injustices, tout faire pour te secourir, te protéger, protéger tes droits, te soigner, te réparer, te rendre justice. Toutes les conséquences sur ta santé pourraient être évitées avec des soins spécialisés. Les psychotraumatismes se traitent et c’est pour ça qu’il faut absolument que tous les professionnels de santé soient formés.

Nous nous battons pour briser le déni, pour lutter contre la loi du silence, pour lutter contre tous les stéréotypes, pour lutter contre l’impunité. Nous ne lâcherons jamais rien pour toi. Nous serons tes porte-voix. »

C’est vrai que Salmona est invitée sur les télés, mais cela permet d’avoir un autre son de cloche que la version officielle, qui se résume en un gros couvercle sur cette ténébreuse affaire.

Dans un des trois articles de Causeur sur le sujet, intitulé « Muriel Salmona : la psy qui traumatise » (...les magistrats ?), il y a une volonté de délation manifeste, qui rappelle ces médecins alignés sur la politique sanitaire actuelle (désatsreuse) qui mettent la pression sur les soignants sceptiques. En intertitre, sobrement, on peut lire : « Que fait l’Ordre des médecins ? » Et pourquoi pas : que fait la police de la pensée ? Justement, Marie Dosé, une des avocates qui a cosigné la tribune du Monde, nous prévient : « Muriel Salmona est une femme dangereuse ». Plus dangereuse que les parents violeurs d’Outreau qui ont été relâchés dans le paquet des innocents, car il y en avait ?

On sent nettement que le Système a peur, mais de quoi ?


Youtube Terms of Service (ToS), this website is using of YouTube API Services and Google Privacy Policy, Google Security Setting page