Lavage de cerveau à Sciences Po : un résultat saisissant Fabrique d’un hybride perroquet-guenon anti-Marine Le Pen

E&R
08/03/2017
01:52

Lavage de cerveau à Sciences Po : un résultat saisissant Fabrique d’un hybride perroquet-guenon anti-Marine Le Pen

Cette vidéo est intéressante à deux points de vue : médical et politique. Elle prouve qu’on peut prendre les commandes d’un cerveau à distance. Qui « on » ? Eh bien les bénéficiaires du dispositif de propagande, qui utilisent le système scolaire et l’ensemble médiatique pour s’emparer des esprits faibles, les occuper et prendre le pouvoir sur les individus.

Chacun sait que les étudiants de Sciences Po doivent par exemple lire Le Monde. Cette injonction était compréhensible il y a 30 ans, quand ce journal faisait encore de l’information. Maintenant qu’il fait de la désinformation, c’est-à-dire de l’information pour l’oligarchie, le résultat sur les âmes fragiles est saisissant : on peut faire dire n’importe quoi à un humain et le transformer ainsi en un hybride singe-perroquet. Les fonctions cérébrales sont réduites au mimétisme le plus simplet, et tout ce qui est de l’ordre personnel (doute, angoisse, ré-flexion) est effacé. C’est la définition du lavage de cerveau.

La supériorité de la propagande occidentiste – c’est le terme utilisé par le logicien russe Alexandre Zinoviev – sur la propagande soviétique (1920-1989) c’est le fait qu’elle n’est pas identifiée comme telle. Pourtant il y a bien une ligne, mais elle n’est pas écrite. Il y a un bien Parti, unique et exclusif, mais il n’est pas organisé en tant que tel. La ligne du Parti de la dominance, que l’on peut voir et entendre à travers la gymnastique mentale et physique de cette jeune femme, se recrache facilement.

Elle est contraire au bon sens, à l’intelligence des choses et des gens. Mais elle tient fermement, comme un carré de soldats sacrifié pour les besoins stratégiques de l’état-major. Et tous les petits soldats inconscients de l’oligarchie sont sacrifiés pour une Cause dont ils ne voient pas l’usufruit, dont ils ne verront jamais l’usufruit. Une blague courait dans les pays communistes : « j’ai vu beaucoup d’oeufs cassés, mais j’ai jamais vu d’omelette ». Ne poussons pas l’analogie avec le communisme soviétique trop loin. Il n’y a pas tant de pays que ça qui sont sortis de l’arriération économique pour se plonger dans le développement sur une période aussi courte, à peine 30 ans.

Voulant bien faire, cette jeune personne, pétrie de bons sentiments, manipulée par le truchement de ses bons sentiments, est le jouet de l’oligarchie. Ses facultés mentales techniques sont intactes – mémoire, abstraction, imagination – mais tout est altéré par un but suprême qu’elle ignore : servir les intérêts des marionnettistes. Ainsi, les gens qui pensent, qui ont conservé leur humanité, doivent-ils supporter ces zombies envoyés contre eux relayer la parole dominante, dénoncer toute déviance par rapport à elle, harceler les malpensants, bref, devenir un policier de la Pensée.

Gros avantage pour les oligarques : ces cerveaux lavés ne sont pas rémunérés, ils bossent gratuitement pour leurs Maîtres, ignorant tout de cette cynique ingénierie sociale. Et quand ils sont usés, ou qu’on trouve plus perroquet qu’eux, ils ont jetés. À ce moment-à, il est trop tard pour réfléchir. Le lavage de cerveaux généralisé fabrique à la fois des esclaves et des tortionnaires : esclaves pour les Maîtres, tortionnaires pour les cerveaux sales ou malades, selon l’expression de Patrick Liste Noire Cohen, chef de service sur la chaîne de fabrication.

Mais le lavage industriel de cerveaux produit aussi des affranchis, et de plus en plus. Il n’est pas sûr que la jeune femme de la vidéo devienne une affranchie, un jour. C’est tout le mal que nous lui souhaitons. En attendant, elle se fera du mal, et fera du mal aux autres.
Et le fait que tout le Net se foute de sa gueule devrait lui mettre la puce à l’oreille, merde, quand même !