Le discours de Wiley est l’inconscient juif

E&R
08/08/2020
26:29

Le discours de Wiley est l’inconscient juif

Si la Grande-Bretagne était une société saine, la saga #Wiley aurait déclenché une discussion ouverte sur la race et les privilèges. Wiley serait invité à la BBC Newsnight, il serait interpellé par un des présentateurs de la BBC, il serait confronté à un ou deux représentants de la communauté juive, il aurait eu l’occasion d’expliquer d’où il vient. Nous serions mieux à même de comprendre le conflit naissant entre les juifs et les Noirs.

Mais la Grande-Bretagne n’est pas en très bonne santé à présent et rien de tout cela n’est arrivé.

Ce qui s’est passé à la place de cela, c’est que l’affaire de George Floyd a recommencé ici à Londres, mais avec quelques différences majeures et significatives. Dans le cas de George Floyd, des policiers ont commis un acte mortellement brutal et traître. Dans le cas de Wiley, toute la ligue sioniste et ses alliés ont utilisé un genou collectif public pour tenter d’anéantir l’icône de la musique noire.

Une autre différence se reflète sur nous tous. Après l’assassinat de George Floyd, des milliers de Britanniques sont descendus dans la rue pour proclamer haut et fort que la vie des Noirs est importante. Ils ont affronté la police britannique, ils ont détruit les statues des marchands d’esclaves. Qui est descendu dans la rue pour soutenir Wiley ? Les vies noires ont-elles de l’importance tant que les Noirs n’ouvrent pas la bouche ?

Regardez Wiley en action :

Les commentaires de Wiley n’ont pas déclenché le débat souhaitable, bien que vif, car le pouvoir juif, tel que je le définis, est le pouvoir de faire taire les critiques du pouvoir juif. Tous les moyens qui servent cette cause sont considérés comme légitimes. Il est intéressant de noter que la neutralisation du discours est si extrême que l’on ne peut pas savoir ce qui, selon Wiley, était si offensant. Ses tweets ont été initialement supprimés par Twitter et son compte Twitter suspendu.

Tous les médias en Grande-Bretagne et ailleurs nous ont dit que les tweets de Wiley étaient horribles et antisémites, mais personne n’ose en donner d’exemple. Il semble que nous ne soyons même pas autorisés à savoir ce que nous ne devrions pas dire.

La censure est peut-être encore plus sinistre, ils ne veulent pas que Wiley soit cité uniquement pour découvrir qu’un grand nombre de Britanniques, y compris peut-être des voix juives importantes, sont en fait d’accord avec l’essentiel de la déclaration de Wiley.

Wiley est accusé de promouvoir des « théories de conspiration » sur les juifs et leur pouvoir. Cela est légèrement déroutant car les juifs se vantent souvent de leur pouvoir et de leur réussite. Selon le site juif Israelunwired, le message d’Alan Dershowitz aux juifs reflète une célébration du pouvoir des juifs :

« Pourquoi les juifs ressentent-ils le besoin de s’excuser ? Pourquoi pensent-ils que parce qu’ils sont forts et ont tant contribué au monde, cela mérite des excuses ? Au contraire ! Les juifs devraient se sentir fiers que Dieu leur ait donné une telle force. Et qu’ils l’ont utilisée pour aider les autres. C’est fou que le monde ait encore des croyances aussi négatives à l’égard du peuple juif ! »

À première vue, il semble que l’actuel numéro un « Amalek », Wiley, un rappeur noir célèbre et notre principal porte-parole sioniste, Dershowitz, s’accordent sur l’importance des juifs dans différents domaines. Cependant, Dershowitz a le droit de se vanter des réalisations juives, la voix noire de Wiley est réduite en poussière et déclarée ennemi public numéro un.

En 2018, Dershowitz a admis dans un article du Washington Examiner qu’ « il est vrai que les juifs sont représentés en grand nombre dans divers milieux professionnels tels que le milieu universitaire, la finance et les médias ». Dershowitz estime également que la prédominance des juifs « n’est pas due au fait qu’ils bénéficient d’un traitement préférentiel. C’est parce qu’ils ont prouvé leur succès dans ces entreprises. Doit-on leur en faire porter la faute ? »

Comme Dershowitz, je crois que certains juifs sont doués dans certains domaines, je crois aussi que les personnes qui travaillent dur méritent d’être reconnues. Je suis presque sûr que Wiley est également d’accord avec cela. Alors, où est le conflit ?

Dans mes écrits comme dans mes conférences, je continue d’insister sur le fait qu’il n’y a pas de « conspirations juives », que tout se fait au grand jour, qu’il s’agisse de la domination de l’AIPAC sur la politique étrangère des États-Unis ou du fait qu’Epstein fasse voler les leaders mondiaux sur son Lolita Express, mais on ne peut pas en parler. Dershowitz peut se vanter des réalisations juives : le reste d’entre nous ne le peut pas. Peut-être que nous abordons ici la véritable signification du privilège juif.

Ces deux derniers jours, j’ai cherché sur le Net pour trouver les mots que Wiley a prononcés. Je n’ai trouvé aucune trace, mais la BBC, le service d’information de l’échec, a été fière de nous fournir un monologue prolongé débité par Emma Barnett.

"Ces mots brûlent. Je suis sûr que je n’ai pas besoin de le dire à la plupart d’entre vous, mais au cas où je le ferais, ils brûlent profondément" @Emmabarnett répond aux tweets antisémites de l’artiste de la musique crasse Wiley Pour en savoir plus https://t.co/PwVCThs5EM pic.twitter.com/hcuM8a37LZ - BBC Radio 5 Live (@bbc5live) 27 juillet 2020

Emma Barnett a déclaré à ses auditeurs de la BBC qu’elle avait parcouru les tweets de Wiley et qu’ils étaient « tout droit sortis du livre de recettes hitlérien de l’Allemagne nazie des années 1930 ».

Selon Barnett, Wiley a tweeté que « les juifs sont des lâches, faites-moi quelque chose, j’attends ».

Cela ne ressemble pas à Hitler pour moi. C’est brut, c’est un défi, c’est une généralisation essentialiste mais ne contient rien qui fasse écho à Hitler ou à l’Allemagne nazie. Cependant, ils attaquent toujours Wiley aussi brutalement qu’ils le peuvent. Peut-être que Wiley devrait être reconnu comme le dernier prophète. Ils voudront peut-être un jour envisager d’intégrer ses tweets dans la Bible hébraïque.

« Ils agissent brutalement », dit-elle citant les écrits de Wiley, « mais ils se cachent derrière la police ». En fait, cela sonne comme un tweet écrit par un groupe de pression juif se vantant de son « intime partenariat » avec la police britannique.

Barnett cite encore Wiley : « Qui écrit les lois, qui change la loi, qui met en œuvre les lois ? » 80 % de nos députés conservateurs sont membres des Amis conservateurs d’Israël, de sorte que les priorités de nos « législateurs » sont évidentes. Peut-être Barnett devrait-elle profiter de cette occasion et nous dire combien de conservateurs sont amis de Hartlepool, Liverpool ou tout autre pool dans le Royaume.

« Qui dirige le monde ? » demande Wiley. Je suppose que lorsqu’Epstein, Maxwell, Wexner et Weinstein sont constamment dans les manchettes, cette question peut être rhétorique. Mme Barnett a-t-elle besoin que je lui présente le travail de Jared Kushner et son rôle dans l’administration Trump ?

Peut-être que le nom Rahm Israel Emanuel lui dirait quelque chose ? Dois-je parler à Barnett de l’AIPAC, du CFI, de LFI ou du CRIF ?

« Qui dirige la banque ? » Barnett cite le tweet de Wiley. Peut-être que Dershowitz pourrait aider à défendre Wiley comme il appelle les juifs à être fiers de leurs réalisations dans ce domaine. Barnett peut également regarder George Soros et le Black Wednesday. Elle peut regarder Goldman Sachs, Greenspan, Yellen ... la liste est assez interminable, et de plus en plus par jour.

Je suppose que Barnett est sincère quand elle se plaint que « ces mots jouent sur une peur très profonde juive cachée que l’antisémitisme soit en hausse ». Pourtant, « cachée » est-il le bon terme ?

Je pose la question parce que nous sommes bombardés jour et nuit par des répétitions de cette peur juive très spécifique. S’il y a quelque chose qui n’est pas « caché » en Grande-Bretagne, ce doit être la « peur juive de l’antisémitisme ».

Emma Barnett ne veut pas qu’on parle de #Jewishprivilege. Je crains que forcer tous les médias sociaux à mettre sur la liste noire un héros culturel noir juste un mois après George Floyd, avec également No 10 [1] et Priti Patel [2] qui poussent à la roue au nom de Zion, soit un privilège dont aucune autre minorité ethnique ne jouit, certainement pas la communauté d’anciens dirigeants mondiaux en bronze qui ont été renversés les uns après les autres ces dernières semaines.

Je suis en partie d’accord avec Emma Barnet quand elle dit : « Les juifs ne dirigent pas la justice ». Absolument correct Emma, les juifs ne dirigent pas les tribunaux, mais les groupes de pression juifs le font et ils se vantent à ce sujet 24/7.

Barnett déclare : « Les juifs ne dirigent pas les banques ». C’est vrai encore Emma, mais les juifs sont largement surreprésentés dans tous les secteurs bancaires et d’investissement comme Dershowitz s’en vantait ci-dessus.

« Les juifs ne dirigent pas le monde ! » Absolument vrai, mais l’AIPAC domine la politique étrangère américaine et en est fière.

« D’où a-t-il obtenu son mémo antisémite ? » demande Barnett. Je trouve cette question un peu déroutante puisque les statistiques confirment qu’un grand nombre d’Européens peuvent être d’accord avec Wiley. Une récente enquête majeure sur les attitudes du public pour CNN a révélé que plus d’un cinquième des 7 000 personnes interrogées dans sept pays estimaient que les juifs avaient trop d’influence dans la finance et la politique.

L’ADL nous raconte dans sa dernière enquête que 1,09 milliards de « personnes dans le monde entretiennent des attitudes antisémites » sur les 4 milliards interrogés. Encore une fois, nous parlons de 25 %. Pour répondre à la question de Barnett, si Wiley était vraiment à la recherche d’une source éducative, il avait plus d’un milliard de personnes à choisir. Il semble que, selon l’ADL, une personne sur quatre admette ses sentiments à l’égard des juifs pourvu qu’elle reste anonyme. Cela peut révéler ce que le « crime » de Wiley a été. Il a dit publiquement ce que la plupart des gens sont formés pour garder pour eux-mêmes.

Wiley nous a donné l’occasion de rencontrer nos démons, de comprendre ce que nous sommes pour de vrai. L’image qui se déroule à partir de cette saga est sombre et pointe vers un avenir plus sombre.

Nous sommes terrifiés par nos dirigeants et nous sommes tourmentés par nos propres pensées : ce que nous avons peur d’admettre à nous-mêmes. Nous vivons dans un monde où le maintien d’un compte de médias sociaux est beaucoup plus important que notre propre vérité.

C’est montrer à quel point nous sommes éloignés de notre éthique culturelle, spirituelle et intellectuelle athénienne : celle qui a fait de l’Occident une civilisation distincte.

Pour ceux qui sont désorientés par la réaction institutionnelle juive à Wiley, le psychanalyste français Jacques Lacan offre une explication. Je crois que la formule « L’inconscient est le discours de l’Autre », témoigne de la perspicacité la plus importante de Lacan. L’inconscient est la peur que tout le monde en dehors de vous-même vous voie comme vous êtes et pire encore, en discutant de vous avec d’autres derrière votre dos. L’inconscient est la peur que si vous échouez au lit ce soir, demain, vos voisins vous appelleront « L’impuissant ». Dans les perspectives lacaniennes, pour les juifs auto-identifiés il semble que l’inconscient est le discours des Goyim, c’est la crainte que ceux d’un milliard identifiés par l’ADL comme « antisémites » commencent à explorer leurs points de vue en les mettant au grand jour. C’est la peur insupportable que les Goyim sachent.

La perspicacité de Lacan nous aide à saisir l’hystérie autour de Wiley et de l’antisémitisme. Les juifs auto-identifiés sont très heureux de se vanter de leurs succès, mais l’idée que le même succès soit scruté par d’autres dévaste toute leur existence.

Si la Grande-Bretagne était un espace ouvert, nous pourrions discuter ouvertement de tout cela et faire avancer notre société vers l’harmonie et la réconciliation. Juifs et Gentils bénéficieraient d’un tel discours. Mais la Grande-Bretagne est une zone occupée et pendant plus d’un certain temps.

Elle est envahie par la peur et dominée par la politique de la peur.

Ce type de politique, lorsqu’il apparaît dans d’autres pays, est appelé « terreur », « fascisme », « autoritarisme », « totalitarisme » et « conditions tyranniques ». Peut-être qu’il est temps pour les juifs et les Goyim de décider si ce sont les conditions dans lesquelles ils veulent vivre.

Gilad Atzmon
Youtube Terms of Service (ToS), this website is using of YouTube API Services and Google Privacy Policy, Google Security Setting page