Le projet de Castex et de la caste néolibérale : étouffer le peuple français

E&R
12/08/2020
00:20

Le projet de Castex et de la caste néolibérale : étouffer le peuple français

« Pour expliquer la dégradation de la situation, Jean Castex a partagé "le constat d’une moindre vigilance, d’une moindre discipline, d’une moindre solidarité, de la part de certains d’entre nous, minoritaires sans doute mais trop nombreux".

"À la faveur de l’été, des vacances, on observe davantage de rassemblements familiaux, amicaux, festifs, qui sont autant d’occasions de diffusion du virus, a-t-il regretté. La contamination se développe aujourd’hui dans les tranches d’âge les plus jeunes." Le chef du gouvernement a promis des "actions de communication et de pédagogie, tout particulièrement à destination des jeunes et des populations qui peuvent se sentir à tort moins exposées". » (France info)

Régulièrement, et de manière de plus en plus incongrue, incohérente, contre-productive, alors que le virus grippal a quasiment disparu de notre pays à la faveur de températures estivales élevées, le pouvoir exécutif pousse le curseur de la psychose dans sa propagande covidienne.

 

Ainsi, mardi 11 août 2020, alors que les Français pensent à la rentrée professionnelle pour eux et à la rentrée scolaire pour leurs enfants, le Premier ministre Jean Castex, casté pour son obéissance absolue aux injonctions du pouvoir néolibéral profond – c’est-à-dire la Banque –, menace le pays d’un nouveau reconfinement et rend le port du masque quasi obligatoire dans tous les lieux publics.
Déjà, dans les rues de Paris, il faut un plan précis pour savoir où le mettre, le retirer et le remettre. Grotesque, dangereux, et inquiétant pour la suite. L’objectif est bien de désorienter les Français. Mais de quoi ? Pourquoi ?

 

Un cran plus loin dans le mensonge et l’escroquerie

L’ingénierie du Covid-19 (le 20 arrive...) a donc servi aux régimes politiques en délicatesse avec leurs peuples à resserrer leur emprise et à étouffer toute velléité de révolte.

Ça c’est pour (ou contre) les Gilets jaunes,
et le 30 octobre, c’est la nouvelle grippe, le Covid-20 !

Car on en est là : on n’en est plus aux petites manifs syndicales pour réclamer la défense d’intérêts plus ou moins particuliers, on en est à des soulèvements populaires plus ou moins sauvages, les Gilets jaunes ayant montré la voie et traduit en actes ce ras-le-bol du bas contre le haut. Ce n’est pas la hausse des carburants qui est à l’origine de ce soulèvement, qui a commencé à prendre, partant de la France, dans toute l’Europe et dans une partie du monde, mais bien l’inquiétude des Français pauvres et moins pauvres pour leur avenir et celui de leurs enfants. Car il ont compris qu’avec le néolibéralisme, l’Union européenne, la dette, ils auront de moins en moins de revenus, de sécurité, de services publics et d’avenir. Plus de travail pour ceux qui en auront, moins de travail pour ceux qui sont sacrifiés par les coupes néolibérales.

Pour pouvoir asseoir sa nouvelle domination, qui a été très contestée depuis deux ans, le lobby bancaire presse les larbins du gouvernement à jouer la psychose. Concrètement, le Premier larbin parle d’une épidémie qui « évolue dans le mauvais sens », alors que les hostos sont vides, que plus personne n’en meurt ou presque et que même des professeurs de médecine le confirment.

 
 

Certes, d’autres médecins jouent la psychose, et menacent même les Français d’un masquage à vie le temps de trouver un vaccin qui, de toute façon, n’empêchera pas le port du masque ! On a trouvé le thread sur Twitter d’un certain Francis Berenbaum, qui va dans le sens gouvernemental, celui des grands labos pharmaceutiques.

Après tout, on fait de l’information, alors écoutons ce que dit la partie adverse, l’anti-France quoi :

Il va falloir rendre la vaccination obligatoire. Préparons-nous dès aujourd’hui car certaines mesures demandent du courage politique et un peu de temps et nous sommes déjà en août. Il s’agira d’un devoir de citoyen. Réfléchissons aux mesures suivantes :

1- Vaccin gratuit. 2- Aucune exemption (sauf contre-indication formelle (ce sera très rare) 3- Pas d’objections religieuses. Les grandes religions ne s’opposent pas officiellement aux vaccinations. 4- Pas d’objections pour préférence personnelle. On parle là de patriotisme 5- Augmentation des primes d’assurance pour ceux qui refuseront de se faire vacciner (participent à l’augmentation des coûts de santé en enfreignant une prévention) 6- refus à l’accès des enfants et adultes non vaccinés dans les écoles et universités 7- Refus à l’accès aux transports en commun (avions, trains, métro) sans présentation du certificat de vaccination 8- Refus à l’accès dans les stades et autres lieux de rassemblement sans présentation du certif de vaccination 9- Obligation pour tous les personnels soignants

Et Berenbaum de terminer sur un appel à la propagande de masse :

Enormes campagnes d’information sur l’intérêt de la vaccination, ce qu’est une balance bénéfice-risque, pourquoi il faut le faire par patriotisme 3- Demandons aux influenceurs de communiquer par tous les moyens à leur disposition 4- Eduquons éduquons éduquons partout

Il n’y a aucune alternative à la vaccination pour la société, pour vos proches, pour vous-même. Préparons dès aujourd’hui notre avenir pour notre santé et nos emplois. Il existe déjà des propositions du comité scientifique vaccin pour faciliter sa diffusion, soutenons-le

Et pour finir, si nous arrivons en 1 an à éliminer un virus jusque là inconnu, vous imaginez comment nous pourrons aborder avec confiance les prochains virus qui ne manqueront pas d’apparaître ? C’est l’avenir de nos enfants que nous préparons en fait, là.

Après avoir écouté ce discours qu’on dirait tout droit sorti de la gorge de Bill Gates, le copain de feu Epstein, le pédophile international et maître-chanteur pour le compte du Mossad, passons aux choses plus sérieuses, à une analyse lucide des faits. D’abord, tout le monde ne pense pas comme l’oligarchie française. Il y a des pays qui refusent ce port du masque généralisé, on pense aux pays du nord de l’Europe, dont l’Allemagne.

 

En France, une grande partie de la population obtempère, se tirant ainsi deux balles dans le pied. La première est une balle physiologique, puisque le masque rend la respiration plus difficile. La seconde est une balle politique, puisque le masque symbolise la soumission à un pouvoir sadique, en tous les cas dont les intérêts ne sont clairement pas ceux du peuple français. Une résistance est en train de se créer, car le bon sens n’est pas mort chez nous.

 

La liberté des Français qui refusent le port du masque est touchée car le pouvoir exécutif les accuse de mettre en danger les autres, les « bons » Français, ceux qui sont soumis à la parole officielle. Une parole, rappelons-le, qui émane d’un Conseil scientifique bidon et présidé par un Delfraissy qui a l’air bien défraîchi, en tout cas qui ne donne pas envie de le suivre. Même dans les médias dominants, devant l’aberration du port du masque et de probables reconfinements ponctuels, des voix s’élèvent.

 

Il ne s’agit que de bon sens ! Mais le bon sens n’intéresse pas le gouvernement, qui n’est intéressé que par une chose : le basculement de la France d’avant, celle du travail et de la production, dans la France d’après, celle de la précarité, de l’uberisation, de la dématérialisation et de la dette éternelle qui va dans la poche de la Banque. C’est le sens de toute l’ingénierie du Covid, qui a servi d’écran à une destruction économique et sociale censée accélérer le passage d’un capitalisme productif à une capitalisme financier, celui qui tient justement les rênes du gouvernement Castex-Macron.

« Je le dis aujourd’hui avec une forme de gravité : si nous ne réagissons pas collectivement, nous nous exposons à un risque élevé de reprise épidémique, qui sera difficile à contrôler. » (Jean Castex)

 

Pour résumer – car les Français sont désorientés par cette désinformation gouvernementale massive qui heurte leur bon sens et leur joie de vivre –, comprendre que la dominance se sert du masque (qui ne servait à rien pendant l’épidémie et qui sert aujourd’hui, curieusement, alors qu’elle est terminée) comme d’une arme, une arme contre son peuple. Le masque est un coupeur de parole et un coupeur de pensée.

JPEG - 88.7 ko
No comment !

En disant aux Français, en substance, si vous ne mettez pas le masque vous serez responsables de tant de morts, ce gouvernement vendu à tous les grands intérêts économiques et financiers cherche à obtenir la soumission par la culpabilité et, surtout, à mettre la peur du virus (un virus disparu) devant la peur du déclassement. Or, le déclassement économique est déjà là, il se cache derrière le virus, et c’est le projet numéro un des employés de la Banque qui nous servent de dirigeants. Ils vont casser les salaires, le CDI, la sécurité professionnelle, ils vont imposer la précarité à tous les niveaux, tout ça grâce à un virus disparu et à un masque inutile, un mensonge d’État doublé d’une arme sanitaire.
Il ne manque plus que l’on demande aux Français masqués de lever les bras, comme des prisonniers, en baissant la tête. Et tous ceux qui obéissent sont, de fait, des prisonniers volontaires.

Les Français, s’ils croient à la propagande d’État de la part d’une élite qui a totalement trahi les intérêts de la nation, mettront le masque de la peur et de la soumission. Ils accepteront de la sorte le corollaire de toute cette manipulation, la paupérisation économique qui pointe et qui va toucher de plein fouet la classe productive, la fameuse classe moyenne.

Le deal proposé par la dominance est simple : votre santé compte plus que tout, plus que la prospérité économique, plus que votre travail, plus que votre tranquillité, plus que votre protection sociale. Pour se débarrasser de ce terrible fléau (fantôme), il va falloir faire des sacrifices, mais nous sommes là pour vous accompagner dans cette période difficile (que nous avons construite de toutes pièces).
C’est à peu de choses près le discours de Macron, ce diablotin qui fait du jet-ski à Brégançon et qui arrose ses gardes du corps en tee-shirts pour rigoler.

« Jusqu’ici protégées par les mesures provisoires du gouvernement pour faire face à la crise économique, plusieurs dizaines de milliers d’entreprises risquent de se retrouver en faillite à partir du 24 août. La société Altares, spécialiste des données d’entreprises, table sur plus de 60 000 banqueroutes entre juin 2020 et juin 2021. » (Sputnik)

En réalité, nos dirigeants s’attaquent à notre santé physique, mentale et économique avec l’étouffoir qu’on appelle le masque, des injonctions contradictoires qui rendent fou (les asiles où passent les plus fragiles d’entre nous sont en train d’exploser) et une destruction tout a fait programmée de l’emploi et de la production.

Le masque cache le projet totalitaire du néolibéralisme incarné par la Banque et l’oligarchie économique, qui donnent leurs ordres au personnel politique, pris entre le chien et l’os, le chien diabolique du haut et l’os du bas.
Alors, soyons un os, et un os incassable.

Youtube Terms of Service (ToS), this website is using of YouTube API Services and Google Privacy Policy, Google Security Setting page