Manuel Valls ou le lancer de nain entre la France et l’Espagne

E&R
28/05/2021
08:37

Manuel Valls ou le lancer de nain entre la France et l’Espagne

« À la suite d’un récent arrêté ministériel, le lancer de nains est interdit en France. Conséquence, Manu, un mètre dix-huit, est au chômage. Il rêvait de faire du spectacle. »

   

Si l’on considère la frontière franco-espagnole comme un filet, depuis quatre ans et la douteuse élection législative de la première circonscription d’Évry, on assiste à une partie de ping-pong étrange entre les deux pays, et précisément entre la Catalogne et l’Essonne, qui se renvoient à tour de rôle le pauvre Valls par dessus le filet.

 
 
 

Personne ne semble vouloir de ce Tullius Détritus qui amène la zizanie partout où il passe avec ses offres de services douteuses aux autorités en place. Même le CRIF, qui le marionnettait (barbarisme conçu à partir du nom commun marionnette et du verbe manipuler) depuis 2014, ne veut plus de lui, c’est dire (du coup Manu est passé à la LICRA). Des ministres à la botte, il y en a tellement qu’on n’a rien à faire d’un ex-député mal élu : Manu-la-bougeotte a rejoint LREM en 2017 et quitté la vie politique française en 2018, pensant devenir maire de Barcelone.

Il a servi (le pouvoir profond), il a été à la tête du pays pendant les années de sang (2014-2015), et les Catalans nous le renvoient encore une fois. Y a-t-il une destination pour les hommes politiques réprouvés ? Oui, le Conseil d’État, ou le Conseil économique et social, devenu CESE, mais c’est complet, ou alors eux non plus ne veulent pas de Valls, et encore moins le CC, le Conseil constitutionnel.

 

Alors, que faire de Manu-la-tremblote, l’homme d’Israël en France ? Pour le poste, on a déjà Meyer Habib, et il est indéboulonnable. Valls a le désavantage d’avoir eu une éducation catholique, et son revirement pro-israélien ne changera rien à cette donne essentialiste : le socialiste défroqué ne sera jamais juif, à son grand dam. Même chose pour Philippe Val qui lui se sent juif, mais ne l’est pas. Ses voyages en Israël n’y changeront rien non plus : le ressenti et les discours de soumission, dans ce cas-là, ne valent pas appartenance.

Cependant, – et c’est là où le rachat est possible –, si Manu n’est pas juif, il peut être sioniste, c’est-à-dire supporter et supplétif de la cause sioniste. Et là, on peut dire qu’il a mis les bouchées doubles : on ne reconnaît plus le socialiste pro-palestinien des années 2000 ! Serait-il en train d’expier ?
Las, même en jouant au sioniste, il arrive à déraper, en utilisant une photo de bombardement sur Gaza pour dénoncer les crimes... palestiniens :

 

Le problème, pour Manu, c’est d’avoir endossé cette combinaison de super-héros sioniste, trop grande pour lui :

Youtube Terms of Service (ToS), this website is using of YouTube API Services and Google Privacy Policy, Google Security Setting page