Marina Rollman ose une chronique pro-nazie sur France Inter !

E&R
08/10/2019
06:50

Marina Rollman ose une chronique pro-nazie sur France Inter !

Est-ce le réchauffement climatique ? Le nuage lubrizolien de Rouen ? Les tirs de missiles du croiseur Kuznetsov ? La disparition de Jacques Vichy c’est la France Chirac ? Il se passe quelque chose d’anormal sur France Inter, la station de toutes les bien-pensances.

D’habitude, on a le droit à un billet antinazi par jour, avec 15 bouffons en plateau qui applaudissent le bouffon du jour, et le lendemain ça tourne, c’est le bouffon suivant qui se fait applaudir par les quinze autres dans une sorte de branlette collective assez exclusive.

Car la norme sur France Inter, c’est l’armée mexicaine. Tous bouffent au râtelier de la manne publique, prélevée avec voracité sur l’argent durement gagné des Français qui ne sont pas tous socialo-sionistes, loin de là. « Les faits », nous crie-t-on dans le casque, « les faits » !

Elle s’appelle Marina Rollman, c’est une Suissesse, elle a fait les premières parties de Gad Elmaleh (hum hum), c’est la 3512e chroniqueuse humour de la station, qui en produit environ 250 par an, et qui racontent tous la même chose par contrat : la droite c’est mal, l’extrême droite c’est extrêmement mal. Le logiciel de pensée maison s’arrête à ça.

Et pourtant, la petite Marina, 15 ans et demi à vue de nez, nous a sorti une chronique inhabituelle car au lieu de faire dans l’antidroite primaire, elle a fait dans l’antigauche secondaire. Elle ne va pas non plus flinguer son avenir sur cette station qui fait les poches des Français et surtout de ceux qu’elle (la station, pas Marina) insulte à longueur d’émissions, tout le monde ne s’appelle pas Pierre-Emmanuel Barré.

« Merci à tous les gens qui se cultivent d’être là pour repousser le IVe Reich mais en vrai je crois que c’est un mensonge, la culture comme rempart à la barbarie. Parce que tu crois vraiment qu’à chaque fois que tu vas voir une troupe de mimes qui refait l’Odyssée en danse contact dans un Frac [Fonds régional d’art contemporain, une décharge à merdes subventionnées invendables, NDLR], quelque part y a un nazi qui se dit “ouais bon d’accord, peut-être qu’ils contrôlent pas tous les médias”... »

Il y a juste un point sur lequel on voudrait revenir, Marina. D’abord, une petite critique sur la diction : parle moins vite, t’es pas au lycée en train de raconter ta dernière cuite au GHB à des copines, t’es à la radio française et tu mâches pas tes mots. Il y a des cours de diction, où tu apprends à poser ton flux, pour que tout le monde comprenne bien ton message. Dans la Creuse, il est probable qu’ils n’ont rien bité à la logorrhée.

Et maintenant, magnéto, Serge ! Marina va critiquer les méthodes antinazies :

« C’est les types qui commettent des crimes homophobes, islamophobes, antisémites, eux on devrait pas les mettre en prison, eux on devrait directement les abonner à l’Odéon et à la Colline [Deux théâtres occupés par les gauchistes, NDLR], c’est eux qu’on devrait forcer à aller voir des spectacles “nécessaires”, on devrait les forcer à aller dîner avec la troupe après, et là y aurait des vraies rencontres ! Là y aurait des nazis repentis qui se mettraient au théâtre tu vois ! »

Stop magnéto, Serge.

D’abord, Marina, les « crimes homophobes, islamophobes et antisémites », c’est-à-dire les crimes nazis, il faudra que tu nous les précises un peu : quand, qui, où, combien. Pour l’instant, les stats nazies se bousculent pas au portillon. Quand on avance ça, prévoir au moins quelques bonbons. Par contre les crimes francophobes, il y en a tous les jours. Mais restons sur ton rêve de conversion.

On est prêts à parier notre bombers (voir photo) que si des nazis sont invités à la table des théâtreux après leur spectacle chiant de gauche – rayez les mentions redondantes – ce sont eux qui vont se convertir au nazisme et pas les nazis au gauchisme. Car la mayonnaise, Marina, elle ne retourne pas dans le tube. C’est pareil pour le sperme, mais ne vulgarisons pas le propos.

Et quelle preuve de cette conversion inversée ?

Tout simplement le cordon sanitaire. Le cordon sanitaire a été conçu par les loges et par le lobby sioniste pour empêcher un renouveau social & national en France, que les escrocs appellent nazisme, car cela dérangerait leurs intérêts, pas ceux du peuple. Assis sur le trésor national, le siège en deviendrait vite éjectable. Le cordon sanitaire, dont Chirac a appliqué la consigne toute sa vie, est justement établi pour que les idées nationales & sociales ne touchent pas le grand public, qui peut ainsi continuer à se faire berner par la démocratie, c’est-à-dire l’habillage rassurant des réseaux occultes qui ne partagent pas le pouvoir et qui ordonneraient sans mal de tirer sur le peuple, en cas de vraie révolution. Il n’y a qu’à voir les vagues d’« attentats » qui terrorisent le peuple au moment où il commence à comprendre qui tient les manettes. On le rappelle encore ici : le terrorisme est la répression en régime démocratique. Mais n’allons pas trop loin ! Tu n’as que 15 ans !

Tu es encore jeune, Marina, tu dois avoir 15 ans à tout péter, 14 peut-être, tu as la vie devant toi pour comprendre progressivement l’immense arnaque démocratique dans laquelle le peuple se débat sans comprendre parce que la démocratie, c’est son nœud coulant : plus tu veux t’en libérer, plus il se resserre.