Nicolas Dupont-Aignan : "Olivier Véran doit démissionner" Nous : "La bancocratie doit démissionner"

E&R
15/02/2021
20:30

Nicolas Dupont-Aignan : "Olivier Véran doit démissionner" Nous : "La bancocratie doit démissionner"

« À chaque fois, le ministre de la Santé, par son mépris, encore mardi dernier, à l’Assemblée nationale, en réponse à une question d’une députée [Martine Wonner], a balayé d’un revers de la main toutes les solutions de traitements de soins. »

 

La démission de Véran... On serait tentés de dire celle d’Agnès Buzyn aussi, mais elle s’est réfugiée en Suisse, dans les locaux confortables de l’OMC. Jean-François Delfraissy devrait lui aussi démissionner, pour abus de confiance, dissémination de fausses nouvelles et empêchement de soigner.

Plus Édouard Philippe, que le Système a placé en réserve, sur le banc, au cas où Macron exploserait en vol. On pourrait ajouter le Président, pour avoir violenté la population avec des mesures « sanitaires » irrationnelles et sa destruction des libertés publiques, sans compter la paupérisation de la nation. On pourrait enfermer toute l’équipe présidentielle (le discret Kohler compris), toute la bande gouvernementale et ces centaines de députés qui ne se sont jamais opposés aux prolongements successifs de l’état d’urgence dit sanitaire, qui est en réalité l’état d’urgence politique d’une meute de pillards en roue libre qui sent monter la grogne populaire. La justice a complètement disparu, la police cogne sur les mécontents, le corps du pays s’est détaché de la tête du pays, tout sera bientôt hors de contrôle.

Ce système faussement démocratique – en vérité bancocratique – est vermoulu, il tombe en miettes. On le voit très nettement avec les pommes pourries qui tombent du pédophilier, cet arbre à élites que les médias nous demandent de respecter et d’adorer malgré toutes les turpitudes, crimes et délits qui ruissellent depuis des décennies. Il n’y a plus de République depuis longtemps, et la démocratie est morte dans les mains des banquiers. Ce sont eux qui dirigent le pays, par la dette et l’usure, avec leur marionnette à l’Élysée, qui fait honte à notre pays et à sa grande histoire.
On a raison de parler de déclin, mais il s’agit du déclin objectif des élites, pas du peuple qui lui s’informe et prend une part de plus en plus grande dans la politique et la décision.

On pourrait rire de cette décadence mais ce serait un rire sardonique, et beaucoup de Français vont, dans les prochains moins, avoir faim. On en est là ! Il va falloir choisir entre rembourser la dette artificielle et bouffer. La question, comme dirait l’autre, elle va être vite répondue.

La population doute de ses dirigeants et elle a raison de douter.

 

Bonus 1 : la dernière conférence de presse d’Olivier Véran qui tente de re-terroriser la population avec ses « variants »

Youtube Terms of Service (ToS), this website is using of YouTube API Services and Google Privacy Policy, Google Security Setting page