Outreau, l’autre vérité, le documentaire de Serge Garde Éric Dupond-Moretti juge le film "poisseux" et "visqueux"

E&R
30/05/2021
01:32:30

Outreau, l’autre vérité, le documentaire de Serge Garde Éric Dupond-Moretti juge le film "poisseux" et "visqueux"

Outreau, l’autre vérité est un documentaire français, réalisé par Serge Garde et produit par Bernard de la Villardière, sorti en France le 6 mars 2013.

La présentation du documentaire :

Sous-titré Entre la défense et la vérité, il peut y avoir un fossé, ce film de Serge Garde revient sur l’épisode judiciaire d’Outreau, qui s’inscrit dans la préoccupation de l’auteur à l’égard des victimes de la pédophilie. Le film qui recueille des témoignages des protagonistes de l’affaire vise à montrer que Outreau et ses dysfonctionnements sont d’abord une injustice faite aux enfants. Dénonçant le rôle des médias, il se veut « un décryptage d’une manipulation de l’opinion publique » et suggère au passage que l’affaire a fait l’objet d’une « instrumentalisation par le pouvoir politique dans le but de supprimer la fonction de juge d’instruction ». Il voudrait « inciter les acteurs de la justice et les journalistes à réfléchir sur les effets pervers de la médiatisation lorsqu’elle condamne les victimes au silence ».

Le documentaire montre la pugnacité des avocats de la défense et l’influence qu’ils ont eue auprès des médias. Ce film, qui inclut le point de vue des victimes, tient son titre du fait que si la vérité judiciaire s’applique aux acquittés, elle se doit aussi d’être appliquée aux victimes qui ont été reconnues telles par la justice pour viols, abus sexuels et proxénétisme. L’expression « Autre vérité » marque ce double aspect.

(...)

Éric Dupond-Moretti, avocat d’une des accusées de l’affaire Outreau, juge le film « poisseux » et « visqueux », accusant notamment le réalisateur de n’avoir rencontré ni les accusés, ni leurs avocats. Pour Me Dupond-Moretti, « il y a toujours un doute pour les gens qui voient le complot partout, il y a toujours des gens qui pensent que les tours du World Trade Center ne se sont pas effondrées. Ce film est d’une absolue malhonnêteté […] Dans ce film partial s’engouffre le juge Burgaud, qui vient se faire réhabiliter à peu de frais ».

Le documentaire :

Découvrez l’enquête de Jacques Thomet chez Kontre Kulture  :

La quatrième de couverture :

Outreau ! On pourrait croire que tout a été dit, que tout a été écrit sur Outreau. L’affaire a été jugée, rejugée, et la Justice elle-même a fait l’objet de jugements aussi bien médiatiques qu’institutionnels. C’est entendu : Outreau est le Tchernobyl judiciaire qui par la faute d’un juge coupable a envoyé en prison des innocents. Outreau est ce cri qui accuse les enfants qui fabulent. Outreau est le Plus jamais ça ! de la Justice française.

Et pourtant, dans les archives des tribunaux dorment des milliers de pages qui racontent une autre affaire. Une affaire d’enfants malmenés par la Justice, d’experts ridiculisés et méprisés, d’avocats au service unique de leur propre gloire, d’acquittés devenus héros que des témoins et des victimes continuent d’accuser. Une affaire scabreuse et hélas ! banale de pédophiles, et peut-être de meurtriers, dont la médiatisation et le retournement a servi à étouffer depuis lors la parole des enfants et à dénigrer, voire à accuser, ceux qui tentent de les protéger.

C’est à cette contre-enquête minutieuse, véritable bombe dans le ciel aujourd’hui trop serein des pédocriminels et de leurs soutiens, que s’est livré l’auteur pendant deux ans et qu’il nous rapporte ici, suivie de l’analyse des conséquences d’un fiasco qui n’est pas là où on l’a dit.

Jacques Thomet, après une licence d’histoire et une formation de journaliste, a été rédacteur en chef pendant 32 ans à l’AFP.

Youtube Terms of Service (ToS), this website is using of YouTube API Services and Google Privacy Policy, Google Security Setting page