Patrick Chaimovitch, maire EELV de Colombes, compare les forces de l’ordre à la police de Vichy Darmanin porte plainte

E&R
28/07/2020
01:54

Patrick Chaimovitch, maire EELV de Colombes, compare les forces de l’ordre à la police de Vichy Darmanin porte plainte

Au début de l’année 2020, Patrick Chaimovitch présentait ses vœux à la ville de Colombes. À la 38e minute, la question des violences antipolicières est abordée.

Cliquez ici pour écouter la version de Chaim
 
– La Rédaction d’E&R –

 

Patrick Chaimovitch, nouvel édile de la ville des Hauts-de-Seine, a comparé les forces de l’ordre qui « traquent les migrants » aux gendarmes impliqués dans la rafle du Vel d’Hiv.

Une comparaison de Patrick Chaimovitch, nouveau maire de Colombes (Hauts-de-Seine), prononcée à l’occasion d’une commémoration de la rafle du Vel d’Hiv le 19 juillet, a suscité l’indignation. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a porté plainte ce lundi 27 juillet.

« Les gendarmes français qui ont obéi aux ordres de leurs supérieurs en mettant en œuvre la rafle du Vel d’Hiv (...) sont les ancêtres de ceux qui, aujourd’hui, avec le même zèle, traquent les migrants, les sans-papiers (...), ces êtres vivants qui essaient de survivre dans le dénuement », a déclaré l’élu EELV.

 

Au lendemain de ce discours polémique, le maire de Colombes, élu Europe Écologie les Verts face à la candidate sortante LR Nicole Goueta, avait expliqué ses propos :

« Un moment émouvant au cours duquel j’ai tenu à faire le lien entre la rafle du Vel d’Hiv et, d’une part, tous les génocides avant et après le nazisme, d’autre part, les migrants pourchassés partout en Europe parce qu’ils sont différents », a-t-il écrit le 20 juillet, sur Twitter.

 

Colère des syndicats de police

[...]

Depuis, le discours a été massivement relayé par divers syndicats de police, tels que Synergie-Officiers ou le Syndicat des Commissaires de la Police Nationale.

« Ce maire, à peine élu à #Colombes, par ses propos infâmes, incarne désormais la honte de la République et déshonore déjà son mandat », écrit ce dernier.

Le maire « regrette »

Dans un communiqué adressé à l’AFP, le maire dit « regretter que (s)on propos ait pu porter à confusion » et rappelle son « soutien aux policiers et aux gendarmes qui exercent la lourde responsabilité républicaine de sécurité dans des conditions extrêmement difficiles ».

« Il n’y a pour moi aucune comparaison possible entre police et gendarmerie d’un État démocratique d’une part, et police et gendarmerie de l’État pétainiste d’autre part », insiste-t-il, réfutant tout parallèle entre « le sort des migrants » et celui « des Juifs promis à l’extermination ».

Lire l’article entier sur lefigaro.fr

Youtube Terms of Service (ToS), this website is using of YouTube API Services and Google Privacy Policy, Google Security Setting page