Paul Bouffard, journaliste de Quotidien, affirme avoir été frappé par Francis Lalanne

E&R
08/06/2021
05:22

Paul Bouffard, journaliste de Quotidien, affirme avoir été frappé par Francis Lalanne

Dans une séquence diffusée ce lundi soir [7 juin 2021], l’émission phare de TMC montre comment ses journalistes ont souhaité interroger samedi à Avignon Francis Lalanne lors d’une université citoyenne dans laquelle intervenaient notamment des Gilets jaunes. L’entretien se déroule initialement correctement avant de se tendre, Francis Lalanne accusant de « manipulation » les journalistes qui l’interrogent sur des propos de Jean-Marie Bigard qualifiant notamment l’ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn de « connasse ». (HuffPost)

 

Les journalistes de Quotidien découvrent qu’il est parfois un peu dangereux de faire de la propagande, de tordre la réalité, de prendre toujours le parti de la dominance. Yann Barthès ne devrait pas envoyer ses reporters fluets au milieu des vrais gens qui goûtent de moins en moins ces fabricants de fake news et de menaces contre les résistants.

 

Quand le reporter parle d’« appel au meurtre », il ment et trompe son public. « Crève, connasse », c’est une expression qui veut plus dire « tu fais chier, connasse » que « j’appelle à ton meurtre, connasse ». Par exemple, Renaud, alors âgé de 16 ans, dans sa première chanson datant d’avril 1968, Crève salope, s’adresse à son père et à la bourgeoisie, qu’il vomit. Par la suite, c’est surtout du pastis que le chanteur vomira.

Paul Bouffard, l’un des trois journalistes de Bangumi, société qui produit Quotidien, a dénoncé dans sa plainte pour « violences avec arme » samedi – dont l’AFP a obtenu une copie – un « coup de poing violent au visage », un autre coup sur la tête. « Il s’est emparé de mon casque d’écoute puis s’en est servi comme arme », ajoute-t-il. (HuffPost)

On espère quand même que le reporter, qui n’a pas l’air d’être entre la vie et la mort, va se remettre de ce traumatisme et qu’il pourra rapidement être sur pieds afin de refaire de la propagande pour le compte de Bangumi, la société de production des riches Barthès & Bon. Car la propagande, ça rapporte : chaque émission coûte à la chaîne TMC entre 130 000 et 150 000 euros. Sachant que les producteurs prennent en général 20 % dessus, que l’émission est quotidienne, comme son nom l’indique, qu’il y en a entre 250 et 300 par an, hors rediffusions, calculez, hors salaire d’animateur pour Yann, combien Yann & Laurent peuvent se faire dans l’année...

Aujourd’hui, contrairement à hier (par exemple pendant la guerre du Viêt Nam), les reporters sont du côté de l’oligarchie. Ils doivent alors bien comprendre qu’ils sont des reporters de guerre, mais d’une guerre du haut contre le bas, et que le bas n’est pas toujours enclin à recevoir avec grâce les leçons de moraline et de bonne conduite de ceux qui les insultent du matin au soir. Il est à craindre que ce genre de scène ne se reproduise dans le temps.

Nous avons retrouvé un reportage de Paul Bouffard, aux côtés des jeunes de Hong Kong en lutte contre le pouvoir chinois. Là-bas, le pouvoir est mauvais ; chez nous, il est bon.

Paul estime qu’on ne sait jamais de quel côté sont les gens. On peut lui répondre : globalement, ils ne sont pas du côté de l’oligarchie et de Quotidien. Francis, à travers son avocat, conteste avoir frappé le propagandiste. Il dénonce « une mise en scène grossière à laquelle cette émission est coutumière ».

En fin d’article, leHuffPost rediffuse le passage de Francis dans l’émission de propagande de France 5 C à vous en 2016, pendant laquelle tous les propagandistes (Cohen, Lescure, Lapix) se foutent de la gueule du chanteur. On n’a pas vu la même attitude moqueuse quand BHL passait dans l’émission.

Youtube Terms of Service (ToS), this website is using of YouTube API Services and Google Privacy Policy, Google Security Setting page