Pourquoi parle-t-on de "Système corrompu" pour le Liban ?

E&R
08/08/2020
01:23

Pourquoi parle-t-on de "Système corrompu" pour le Liban ?

Quand on voit la liste des « tares » du Liban on se dit, tiens, on dirait la France...

Ceci étant dit, quand France Info écrit que le principal responsable de l’explosion gigantesque de Beyrouth est « la corruption », qui veut tout et rien dire, on comprend que ça permet de botter en touche, par exemple de l’autre côté d’Israël.

Et Macron, qui veut moraliser à lui tout seul le système libanais complètement verrouillé et vérolé, devrait regarder du côté de la France, où la corruption prend des formes moins visibles mais néanmoins très destructrices pour le pays.

« La corruption est la raison d’être de la classe politique actuelle » (Ziad Majed, professeur et politologue franco-libanais)

Cliquer ici pour écouter son analyse de la situation libanaise
– La Rédaction d’E&R –

 

En visite sur les décombres encore fumantes du port de Beyrouth, Emmanuel Macron a appelé, jeudi 6 août, les élites du Liban à « des initiatives fortes pour lutter contre la corruption ». Cette corruption est considérée par de nombreux Libanais comme la principale responsable de la double explosion qui a fait au moins 154 morts et des milliers de blessés, mardi. C’est aussi elle qui est accusée d’avoir engendré la dramatique crise économique qui plonge la moitié des Libanais sous le seuil de pauvreté et qui a poussé des centaines de milliers de personnes dans la rue, fin octobre, pour réclamer le départ de la classe politique au pouvoir.

Derrière ces défaillances se cachent plusieurs mécanismes de malversation : pourquoi, concrètement, l’expression de « système corrompu » est-elle si souvent utilisée pour parler du Liban ?

Parce que les communautés religieuses profitent des réseaux clientélistes

Maintenir un équilibre entre les différentes communautés : tel était le but du système politique institué à la fin de la guerre civile (1975-1990) pour préserver la cohésion du Liban. La tradition constitutionnelle veut que le président soit donc un chrétien maronite, et le Premier ministre, un musulman sunnite, par exemple.

Le partage des pouvoirs entre communautés devait se limiter à la Constitution : il a finalement mené, au fil des années, à la fragmentation progressive de la société entre réseaux confessionnels, selon Fouad Debs, avocat-juriste au barreau de Beyrouth et militant prodémocratie.

« Les élites de chaque confession placent des membres de leur communauté dans chaque institution, chaque grande entreprise. Par exemple, le dirigeant druze va s’assurer de la nomination de juges druzes dans la justice, dans l’armée, dans l’administration et la police », explique-t-il à franceinfo. Si bien que « des réseaux de dépendance et de fidélité se sont mis en place dans chaque confession ».

Parce qu’au Liban, tout peut s’acheter

Obtenir ses papiers d’état civil, faire immatriculer une voiture, avoir accès aux soins ou à l’éducation : au Liban, il faut mettre la main au porte-monnaie pour pouvoir accéder à des services officiellement assurés par l’État, ou offrir en compensation. Les habitants doivent souvent quémander un travail, une place, auprès de l’oligarchie.

[...]

Parce que les élites puisent dans les ressources de l’État

Depuis trente ans, la classe politique s’est servie dans les caisses de l’État, creusant petit à petit la dette libanaise.

« Après la fin de la guerre, des mafias se sont greffées sur le processus de reconstruction. Toutes les élites ont voulu prendre leur part du gâteau et faire profiter famille et amis », détaille Aurélie Daher à franceinfo.

[...]

La corruption gangrène ainsi les marchés publics, et brouille les rapports entre les sphères publiques et privées au profit de grandes dynasties familiales et économiques.

Parce que le système bancaire est en partie frauduleux

Le système financier libanais repose sur l’endettement constant de l’État, ce qui appauvrit la population sans faire vaciller la classe dominante. Les banques attirent les fonds étrangers avec des taux d’intérêt de placement extrêmement avantageux – à hauteur de 20% – avant de prêter cet argent à la Banque du Liban... qui rembourse avec des intérêts encore plus forts. C’est ce qu’on appelle une « pyramide de Ponzi » : les banques remboursent les intérêts avec l’argent des nouveaux clients. Le système a fait illusion… jusqu’à ce que les fonds étrangers se tarissent ces dernières années, quand les riches investisseurs des pays du Golfe, affectés par la chute du prix du pétrole, ont réduit la voilure.

Résultat, l’Etat s’est endetté à hauteur de 92 milliards de dollars, soit 170 % de son PIB. Voyant l’économie s’effondrer, les banques et les oligarques ont assuré leurs arrières en transférant leurs ressources à l’étranger.

[...]

Parce que la démocratie est chancelante

[...]

Pour la chercheuse Aurélie Daher, « le Parlement est désormais considéré comme un prestataire de services ». Selon un rapport de l’organisation Transparency International, qui lutte contre la corruption, un Libanais sur deux se voit offrir des pots-de-vin en échange de son vote, tandis que plus d’une personne sur quatre reçoit des menaces si elle ne vote pas d’une certaine manière. Ce qui entretient le cercle vicieux, et permet au système de perdurer.

Lire l’article entier sur francetvinfo.fr

Déjà, en 2019, la corruption des élites était au cœur du débat :

Retrouvez l’analyse de la Rédaction sur le Liban dans On nettoie l’info #7

Youtube Terms of Service (ToS), this website is using of YouTube API Services and Google Privacy Policy, Google Security Setting page