« On rêve du Moyen Âge car on est angoissé par notre avenir »

FDS
06/06/2019
15:12

« On rêve du Moyen Âge car on est angoissé par notre avenir »

L’historien William Blanc, spécialiste du Moyen Âge et de ses représentations dans la culture populaire, publie Winter is coming, une brève histoire politique de la fantasy (Libertalia, 2019). Un livre concis et stimulant, qui nous montre comment ce genre littéraire, né au XIXe siècle, se veut une critique de la modernité et du progrès technologique. L’envers, en un sens, de la science-fiction. Ou plutôt son pendant.

« La fantasy est fille de la modernité, écrit dès les premières lignes de son ouvrage William Blanc. Elle tire certes son inspiration de récits légendaires médiévaux, comme ceux de la Table ronde, mais ne peut s’expliquer sans les craintes que fait naître la révolution industrielle au XIXe siècle ». La littérature fantasy, qui dépeint des mondes imaginaires emprunts de mythologie, de surnaturel et de magie, est surtout connue pour les deux grandes sagas que sont Le Seigneur des Anneaux, de J. R. R. Tolkien, et Le Trône de Fer, de George R. R. Martin, adaptée en série par HBO. Des aventures épiques, où il est question de héros, de lutte entre le bien et le mal, de dragons et autres créatures surnaturelles, au choix fascinantes ou effrayantes (parfois les deux).

On s’interroge en revanche trop rarement sur le contenu politique de la fantasy. Pourtant, dès les débuts du genre, nous rappelle William Blanc, le genre est marqué par sa très forte dimension politique. Sa représentation fantasmée et esthétisée du Moyen Âge – que l’on nomme « médiévalisme » – apparaît ainsi comme une façon d’en appeler à une époque idéalisée, antérieure à la modernité et aux ravages de la révolution industrielle. La Comté, le pays des Hobbits du Seigneur des Anneaux, se veut ainsi une utopie écolo, quand le Mordor, royaume du terrible Sauron, incarnation du mal, se caractérise quant à lui par ses machineries infernales, ses déluges de flammes et d’industrie.

Si la critique de la modernité et de la technique s’inscrit tôt dans l’ADN de la fantasy – dès William Morris au début du XIXe siècle en fait -, le contenu politique des oeuvres de ce genre va évoluer et épouser différentes époques. C’est cette traversée historico-politique que nous propose William Blanc dans Winter is coming. Nous en retraçons ici avec lui les grandes lignes. […]

Usbek et Rica