Victoires de Miss Normandie sur TF1 et de la famille Lefèvre sur M6 : la France file un mauvais coton !

E&R
22/12/2020
28:50

Victoires de Miss Normandie sur TF1 et de la famille Lefèvre sur M6 : la France file un mauvais coton !

La 15e saison de La France a un incroyable talent ne s’est pas déroulée tout à fait comme l’auraient souhaité certains, et le concours Miss France 2021 sur la chaîne concurrente TF1 non plus. On aurait dit que les téléspectateurs s’étaient donnés le mot pour gripper le système. Un effet Covid rebond inattendu ? Dix mois de mauvaises nouvelles, de mensonges d’État, de persécutions policières, d’injonctions contradictoires et d’humiliations diverses auraient-ils modifié subtilement chez les Français leur vision des choses et du monde ?

Quand s’est présentée la famille Lefèvre au télé-crochet (ou presque) de M6, les petits sourires en coin et quelques quolibets ont été vus et entendus. Versaillais, catholiques – Blancs et Français pourrait-on rajouter – cette famille nombreuse était presque une caricature pour une émission qui accueille en général des talents moins politiquement incorrects.

Soyons tout à fait honnêtes, La France a un incroyable talent propose une palette assez variée d’artistes amateurs, mais on ne loupe jamais une occasion de faire un peu de propagande. Tout d’abord avec son présentateur phare des émissions 4 à 10, Alex Goude, dont on nous a rebattu les oreilles de son mariage avec son... mari (et dont il est déjà divorcé après seulement quelques années de mâles roucoulements) et leur enfant acheté par GPA aux États-Unis. Ensuite avec, cette année encore, un couple gay québécois de danseurs militants ou un autre groupe de jeunes danseurs adolescents de banlieue aux poncifs antiracistes et autres pancartes Black Lives Matter.

Alors il est sûr que cette famille toute proprette aux chants religieux – et en latin – n’avait pas beaucoup de chances sur le papier. Et pourtant.

Pour de sempiternelles raisons de droits d’auteur, il est difficile de vous proposer les prestations des Lefèvre, mais voici celle de la finale, qui dut se dérouler à leur domicile pour cause de Covid. C’est donc dans des conditions difficiles (la famille n’avait pas de retour du studio M6) et avec l’acoustique improbable d’une salle à manger qu’ont jailli ces quelques minutes d’une pure musicalité :

Comment ne pas s’émouvoir d’une telle merveille polyphonique à l’écriture harmonique riche de laquelle vient sourdre la voix pure et angélique du benjamin de 8 ans : « Douce nuit, sainte nuit » ? La membre du jury Marianne James ne s’y est pas trompée : « Vous êtes des anges ». D’ailleurs, et c’est encore une bizarrerie, presque un miracle devrait-on dire étant donné la situation, mais le jury dans son ensemble a été transporté dès la première émission par le talent de la famille Lefèvre et n’a eu de cesse de la soutenir, ce qui ne laisse pas de nous étonner encore. Même Éric Antoine, l’excellent magicien de confession juive, semblait se convertir dans un transport mystique que n’aurait pas renié la sœur de Bernard-Henri Lévy.

La finale donc, face aux acrobates de rue marseillais, fut sans appel : 30,1 % des téléspectateurs ont voté pour la famille catholique traditionnelle, contre 13,8 % pour les Wonsembe.

C’est alors que ce sont déchaînés les rageux du Net, choqués d’un tel retour concret du Réel. On ne pouvait faire gagner ces « ultra-bourgeois », ces « hyper-français », ces affreux riches (alors que les deux parents travaillant dans le secteur de l’évènementiel sont quasiment sans revenus depuis 10 mois).

Honteux la victoire de la #FamilleLefevre !!! Ils sont pétés de tunes ces petits bourgeois de Versailles alors que d’autres méritaient et en avaient plus besoin qu’eux !! #wonsombe #LFAUIT pic.twitter.com/vlbHB2ZmEE — totonews (@tonionews) December 15, 2020

Quand tu vois que même le jury de #LFAUIT ne réagit pas trop à la victoire de la #FamilleLefevre cela montre bien qu’ils ne méritaient pas cette victoire ! Avec l’argent ils vont s’acheter des tapisseries et des bilboquets ? pic.twitter.com/OBGB2DmT9S — totonews (@tonionews) December 15, 2020

Le Beau, splendeur du Vrai

De quoi cette victoire est-elle donc le signe ? D’un sursaut instinctif, d’un besoin naturel, viscéral, de ce qui manque à nos sociétés depuis trop longtemps : l’enchantement. Notre monde s’est progressivement enfoncé dans une laideur morale, dans une perversité malveillante, celle de l’ironie et du sarcasme, dans une corruption des esprits, celle de n’être plus enchanté par rien. Oui, c’est cela qui manque à notre monde : l’enchantement, c’est-à-dire ce qui constitue les hommes et les femmes encore innocents et naïfs de toutes les saloperies du monde.

Et cette famille Lefèvre c’est l’incarnation de la pureté, de l’intégrité morale, de l’amour familial, c’est-à-dire l’amour pur qui ne souffre pas de la jalousie et la possessivité. La famille Lefèvre, c’est la vertu, l’honnêteté, le Beau, le Vrai et le Simple, dans un monde où tous ces concepts ne sont plus devenus qu’un bref moment de leur contraire. La famille Lefèvre nous soigne, leurs chants nous guérissent, l’allégorie de ce qu’ils représentent – et les dépasse – panse nos douleurs, nos angoisses et nos afflictions dans une époque de carton-pâte, de spectacle où tout est vermoulu à s’en casser la gueule à chaque instant.

Profitons de ce moment suspendu de grâce pour écouter peut-être le plus grand chef-d’œuvre de musique sacrée imaginé par l’esprit humain : le Miserere d’Allegri, ici magnifiquement interprété par la famille Lefèvre. Puis cet autre chef-d’œuvre qui pourrait presque convertir les athées les plus endurcis : le Stabat Mater de Pergolese.

Miserere mei, Deus – Gregorio Allegri (circa 1638)
Stabat Mater – Giovanni Battista Pergolesi (1736)

N’oublions pas que ce concours nous a donné à voir une compatriote ultra-marine venue de Guadeloupe, Luan Pommier, jeune chanteuse et pianiste de grande qualité dont la cécité provoque, bien au-delà d’une quelconque commisération, une grâce et le sentiment immaculé d’une virginité morale dont l’époque manque cruellement et dont le fond de notre âme a tant besoin.

Quand l’éternel antisémitisme s’invite

Mais il fallait bien que l’ambiance soit abîmée et encore une fois par les mêmes lubies éternelles. L’élection de Miss France, quelques jours plus tard et sur la chaîne concurrente TF1, s’est jouée en finale entre Miss Normandie au nom fort gaulois d’Amandine Petit et Miss Provence au nom séfarade d’April Benayoum. À vrai dire, tous concentrés que nous étions sur les formes de ces corps vénusiens et ces visages inégalement beaux mais tous agréables, nous n’avions que faire des origines diverses des candidates – pourvu qu’elles fussent françaises, bien sûr !

Cependant, pour une raison étonnante, sûrement inutile mais peut-être provocatrice (voire maladroitement stratégique ?), la candidate provençale s’est sentie obligée d’évoquer les origines israéliennes de son père. Soit. Mais quand vinrent le temps des votes pour départager les deux Miss en lice, il s’est trouvé quelques bas du front pour tweeter à toute berzingue contre April Benayoum au motif de ses origines.

Mais à lire de plus près certains de ces tweets, on s’interroge – en bons complotistes – sur leur réalité. Nous n’avons guère d’illusion sur le niveau crasse de certains de nos concitoyens, ou bien sur leur agressivité idéologique ou leurs violences verbales (nous en sommes souvent victimes), mais tout de même « Tonton Hitler, t’as oublié d’exterminer Miss Provence » et autres messages aussi brutaux que caricaturaux, nous semble surprenants, si ce n’est suspects.

Quoi qu’il advienne, même si dans une innocence presque non feinte, nous acceptions l’augure de l’authenticité de tous ces tweets, tout d’abord que représentent-ils ? Une quantité infiniment négligeable d’internautes. D’autre part, de quelle double politique d’immigration et d’absence de répression judiciaire sont-ils les fruits ? Peut-être de la stratégie de destruction de ceux-là mêmes qui s’en plaignent aujourd’hui ?

Ci-dessous la réaction de la gagnante Miss Normandie, qui parle de manière assurée et affiche une beauté agréable – malgré un nez qui nous semble être passé sous les fourches Caudines d’un bistouri, ce qui, nous pensons, contreviendrait au règlement de Miss France.

À propos de la pseudo-vague antisémite totalement montée en mayonnaise, écouter sa réaction parfaitement bien-pensante à la 3e minute. Mais que pouvait-elle dire d’autre sans devoir produire une conférence de trois heures sur le conflit israélo-palestinien, 2500 ans d’histoire du judaïsme ou l’escroquerie du sionisme ? Nous sommes naturellement ici dans le spectacle et la propagande, pas la pensée de fond ou le débat d’experts.

Quoi qu’il arrive, c’est encore les téléspectateurs qui firent mentir le Système. En effet, si le jury de l’émission avait voté majoritairement pour Miss Provence (et nous ne disons pas bien sûr qu’il y aurait été encouragé par les propos de mademoiselle Benayoum sur ses origines, ni influencé par son coreligionnaire et présentateur Jean-Pierre Foucault), ce sont les Français qui, en vertu du règlement intérieur, départagèrent les deux candidates ex-æquo.

Or, les Français votèrent majoritairement pour Miss Normandie, ces ingrats sans mémoire !

Youtube Terms of Service (ToS), this website is using of YouTube API Services and Google Privacy Policy, Google Security Setting page