Vivre avec la schizophrénie

E&R
09/03/2018
04:33

Vivre avec la schizophrénie

La schizophrénie touche 0,7% de la population mondiale, 600 000 personnes en France. Comment vit-on avec ? Comment poursuivre ses études après une hospitalisation en psychiatrie ? Ou accéder à la formation, au travail, alors que le mot schizophrénie fait toujours peur ? Un reportage de Sarah Maquet.

En France, environ 600 000 personnes souffrent de schizophrénie. En prenant en compte les proches des malades, on estime le nombre de personnes impactées par cette maladie entre 3 et 5 millions. La schizophrénie se déclare le plus souvent entre 15 et 25 ans. Environ la moitié des patients souffrant de schizophrénie fait au moins une tentative de suicide dans sa vie et 10 % en meurent. Aujourd’hui, selon l’Inserm, une prise en charge adaptée permet d’obtenir une rémission durable chez un tiers des patients.

Pour informer, deux événements nationaux ont lieu en mars : les Semaines d’information de la santé mentale (SISM - du 12 au 25 mars) et les Journées de la schizophrénie (du 17 au 24 mars). Pour l’occasion, un clip d’information a été réalisé... Vidéo également déclinée en une expérience web interactive, où l’on se retrouve dans la tête d’une personne souffrant de schizophrénie.

L’association Unafam réunit 15 000 familles de personnes malades et/ou handicapées psychiques. En novembre 2016, elle apublié une étude sur "la défense des droits et intérêts des personnes malades psychiques, vue par leur entourage". Selon l’étude, menée auprès de 2 800 familles, 75% des familles disent être seules pour accompagner leur proche au quotidien. 30% des malades vivent chez leurs parents.

Que se passe-t-il dans la tête d’un schizophrène ?

[...]

Parmi les programmes destinés à sortir les familles de l’isolement et à mieux les intégrer dans le parcours de soins de leurs proches, il y a le programme psychoéducatif Profamille. Développé au Québec, il a pour objectif d’entraîner les familles à apporter une aide plus précise et plus ajustée à la maladie de leur proche.

[...]

Lire l’article entier sur franceculture.fr