En bref – Vendredi 12 novembre de l’an de grâce 2021

E&R
12/11/2021
15:16

En bref – Vendredi 12 novembre de l’an de grâce 2021

On va commencer par de l’amour, avec une danse datant de l’Ancien Régime appelée slow, qui permettait à un homme et une femme cisgenrés de communiquer par les abdomens, dans le noir, en toute impunité. Aujourd’hui, cette méthode d’approche nuptiale a disparu au profit de danses plus sauvages, plus zumba, les individus des deux sexes étant devenus plus distants, donc plus timides, ce qui nécessite une mise en relation via des plateformes numériques aux algorithmes tueurs de hasard, autrement dit déicides.

N’empêche, rien ne vaut le hasard, pour la rencontre. Ici, pas de hasard entre Albert & Ursula : c’est le big love au premier regard, avec une note de 35 milliards, soit 1,8 milliard de doses à 19,50 euros. La claque, hein.

 

Cet amour nous coûte cher mais on sait tous qu’il n’a pas de prix. Surtout quand c’est pas Ursula qui paye. Mais ça fait cher la redevance Bourla.

 

En France, selon le Petit Dictateur à la voix trafiquée, on serait simillion, pardon, six millions, à refuser le vaccin, enfin, plutôt l’injection douteuse des complices Bancel & Bourla. Écoutons Martine.

 

Ah, apparemment il ne s’agirait pas d’un vrai vaccin, plutôt d’un abonnement à un truc douteux, qui peut en plus rendre malade. Pas sympa de la part des amoureux Albert & Ursula ! Heureusement pour ces deux initiés, beaucoup d’abrutis (c’est le vaccin qui les rend aussi cons ?) croient à ces nouveaux dieux de l’Olympe mondialiste.
Après Maetine, on écoute Gislaine, qui a compris avec son cerveau que les non-vaccinés étaient des dangers de mort sur pattes :

 

On sait pas où le duo de clowns Marschall & Truchot des Grandes Gueules (qui se font toutes petites devant l’Autorité) ont pécho cette Gislaine, mais la grosse tanche fait bien ses 80 kilos et ses 60 de QI, une belle prise ! Dans la vidéo qui suit, on découvre que ces deux pros du hameçonnage de tanche utilisent des appâts Gooster :

Sortons de la pêche au gros pour revenir sur la nouvelle de la semaine, qui dépasse l’entendement : au bout de 21 mois d’encule médiatico-politico-médicale, on apprend que nos hôpitaux, prétendument saturés par des montagnes de covidés, n’en ont reçu que... 2 %. Même Blabla n’a pas pu tordre le réel.

 

Pour vous dire la vérité, on préfère Marie-Estelle. On sait pas pourquoi, mais si on nous propose une île déserte avec soit Blabla, soit Tételle, on prend Tételle. Peut-être ce quelque chose de plus doux, de plus vrai...

 

C’est le moment de parler mode hiver. Un observateur fin a découvert que nos amis migrants étaient habillés, mais pas chez Zavatta ou la friperie du coin. C’est marrant, on dirait les blousons des Identitaires des Alpes, ceux qui embêtent le passeur Cédric Herrou, héros de la LICRA. Si tout le monde met les mêmes doudounes, comment distinguer les bons des mauvais Français ?

 

Punaise, quand on pense qu’on porte le même blouson depuis 15 ans... Mais attention, il n’y a pas que des sorossiens galeux sur la terre de France, il y a aussi des ciottistes, qui veulent ouvrir un grand camp. On ignore qui Riri veut foutre dedans, mais on imagine que ce sont les djihadistes, les islamistes et éventuellement les 14 000 fichés S. Pourquoi ne pas rouvrir Dachau ?

 

Quand on en est là, c’est trop tard : même ces connards de gros cons d’Américains ont compris – ils ont mis 20 ans pour ça – que la solution au problème était politique, en amont donc. Cependant, quand on écrase le Proche-Orient sous les bombes, on peut difficilement demander à l’adversaire de négocier gentiment, une tasse de thé à la menthe à la main, un assortiment de loukoums sur un plateau d’argent. Ça se règle hélas à coups de kalach, et c’est ce qu’on veut éviter en France, malgré les provocations de qui vous savez.

Qui ? Oh, hé, faites pas les cons, hein, bon.

On a retrouvé la photo qui a servi à Paris Match à relancer la terreur verte. C’est drôle, quand on ôte la titraille, on découvre un gouvernement national apaisé qui a repris son pays à l’occupant.
Puisse cela nous arriver, un jour, en France.

Youtube Terms of Service (ToS), this website is using of YouTube API Services and Google Privacy Policy, Google Security Setting page