Stéphane Bancel, multimilliardaire PDG de Moderna, veut vacciner tous les 12-17 ans

E&R
28/05/2021

Stéphane Bancel, multimilliardaire PDG de Moderna, veut vacciner tous les 12-17 ans

Le plan du PDG français de Moderna est simple : vacciner tous les 12-17 ans pour, dit-il, éviter une 4e vague. Qu’on aura évidemment puisque la totalité des Terriens ne sera jamais vaccinée, encore heureux. Du coup, les rois de la vaccination, ces Dr Folamour qui veulent piquer l’humanité avec ce qu’ils appellent des vaccins mais qui ne sont pas des vaccins, auront leur 4e, puis leur 5e vague, histoire de vendre leur modificateur de métabolisme à tous les dirigeants corrompus du monde qui l’imposeront, à leur tour, à leurs administrés. Ne dit-on pas qu’on se fait administrer un vaccin ?

 

Heureusement, en France, le multimilliardaire peut compter sur des relais médiatiques et philosophiques de qualité, puisqu’il est fortement question de liberté dans ce qui nous arrive. L’immense penseur que personne ne lit mais qu’on voit partout, Raphaël Enthoven, est intervenu pour défendre le poison mondialiste :

 

C’est sûr qu’avec la paire Bancel-Enthoven, l’humanité est sauvée, sauvée de ce fléau qu’est la pandémie la plus grave que l’humanité ait connue, avec ses... 0,04 % de morts (3,51 millions sur 7,8 milliards d’humains, selon les deux nombres officiels), dont la plupart ont été rajoutés ou provoqués.

Les deux premières fortunes, qui se détachent du lot, sont détenues par le PDG de Moderna, Stéphane Bancel (4,3 milliards de dollars) et le PDG et cofondateur de BioNTech, Ugur Sahin (4 milliards). Huit autres milliardaires, dotés de « vastes portefeuilles d’actions » dans des sociétés pharmaceutiques, ont connu une hausse cumulée de leur patrimoine de 32,2 milliards de dollars, « assez pour vacciner toute la population indienne », ajoute le communiqué. (Le Figaro)

Le problème, c’est que Bancel est juge et partie, autrement dit, en tant que PDG de Moderna, il touche de l’argent sur chaque vaccination. On peut alors parler de conflit d’intérêts, comme lorsque Yves Lévy, le mari d’Agnès Buzyn (alors ministre de la Santé le temps d’imposer le pack des 11 vaccins et d’interdire l’hydroxychloroquine), était à la tête de l’Inserm, les deux époux affirmant ne pas parler boulot le soir à la maison. On peut les croire sur parole.

JPEG - 60.4 ko
La 4e vague, danger ou opportunité ?

Début juin, ce sauveur de l’humanité qui affirme « Je veux aider à sauver des vies », va déposer une demande d’AMM (autorisation de mise sur le marché) à l’Union européenne pour son pseudo-vaccin qui cible les 12-17 ans. Les décideurs de l’UE ont déjà dépensé environ 25 milliards pour les vaccins du PDG Albert Bourla, de la multinationale Pfizer. De l’argent, il y en a toujours pour les multinationales dans l’Union européenne.

Et comme on n’est jamais mieux servi que par soi-même, Bancel, loué dans la presse comme « l’empereur du vaccin », propose même une petite troisième dose, pour un troisième billet, histoire de bien assurer la rente, pardon, la protection des personnes fragiles, dont les résidents en Ehpad, ce public captif qui fait saliver les princes des ténèbres de la vaccination. La raison ? protéger les personnes fragiles non vaccinées. Ça alors, quelle générosité ! Quel humanisme ! Quel esprit de sacrifice !

Vraiment, l’humanité en général et la France en particulier ont de la chance d’avoir ce Bancel qui veut piquer les enfants pour gagner encore plus d’argent, mais, dit-il, c’est pour en donner encore plus aux autres à travers sa fondation, comme Bill et Melinda le font pour défiscaliser leurs gains, enfin, faisaient, car Melinda veut divorcer, suite à de sombres histoires de pédocriminalité. Mais c’est une autre histoire.

Malheureusement, il y a toujours des emmerdeurs sur Terre, des empêcheurs de penser en rond et de penser ronds, on les appelle les antivax, ils sont contre les vaccins, donc pour l’extermination de l’humanité, ce sont en quelque sorte des supernazis prêts à tout pour enterrer le monde, la vie, les autres. Ils sont méchants et il faut les éradiquer. Mais en douceur, car la démocratie n’est pas une dictature...

Ce qui compte, ce sont les « hésitants ». Ce sont eux qu’il faut entuber et intuber. Pour l’instant, le nombre inquiétant de personnes qui subissent des effets secondaires désastreux n’a pas l’air d’inquiéter la masse des hésitants, mais on en reparlera quand des Bancel et des Bourla toucheront à leurs enfants...

 
 

Du côté de ceux qui sont vraiment payés, et mal, pour sauver des vies, on n’a pas l’air d’apprécier cette piqûre oligarchique...

 
Youtube Terms of Service (ToS), this website is using of YouTube API Services and Google Privacy Policy, Google Security Setting page